Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Michel Peyret sur le dernier sarko-bla-bla

7 Février 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Positions

LE GRAND COMMIS , SES COMMANDITAIRES, CEUX QUI LES CAUTIONNENT Par Michel Peyret

samedi 7 février 2009, par Comité Valmy

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles questiaux 09/02/2009 12:32

A mon avis il faut reconnaître la légitimité et l'authenticité des expériences des pays socialistes (des "dictatures prolétariat" réellement existantes) pour pouvoir ensuite critiquer sans complaisance leurs défauts d'organisation, en faisant la part des circonstances bien sûr, mais en notant toutefois que ceux qui ont construit le socialisme savaient dès le début qu'ils ne seraient pas aidés, c'est le moins qu'on puisse dire. Il faut donc intégrer l'hostilité de l'adversaires dans ses calculs. A mon avis la vraie faiblesse des expériences de socialisme est d'avoir crée une atmosphère de passivité générale dans la population, qui explique la chute de 1989. Les habitants de ces pays ne voulaient pas ce qu'ils ont eu, le libéralisme mafieux, mais ils n'ont pas défendu ce qu'ils avaient, le socialisme peu productif. Ils ressemblent à nos camarades attachés au communisme mais qui reconduisent des dirigeants postcommunistes, en donnant parfois le coup de pied de l'âne à  ceux qui se metent en avant pour dénoncer la dérive droitière de l'appareil du 1.9%.

Pascal Brula 08/02/2009 22:07

Je ne sais pas à quoi joue Michel Peyret, mais je ne partage absolument pas son point de vue lorsqu'il dit qu'aucun peuple "ne s'est jamais donné la propriété (sousentendu des moyens de production) et les pouvoirs qu'elle assure". Et il ajoute "l'appropriation sociale reste en devenir". Il me semble que nier l'existence de pays socialistes revient à faire le jeu du Capital et à adopter la position simpliste qui consiste à se cacher derrière le mot "stalinisme" pour tout rejeter en bloc. Il est vrai que M. Peyret est sur les positions idéalistes de L. Sève qui considère qu'il n'y a pas d'étape intermédiaire et que l'on doit passer directement au communisme. Le seul problème, c'est qu'il est incapable de nous expliquer comment...