Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

CRITIQUER POUR AVANCER par Nose de Champagne

31 Janvier 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Correspondance au PCF

Poste sur le blog "le merle moqueur" sous l'article :

Dans la lutte de classe au PCF, qui pense que "Staline avait raison"?


Lorsque je dis que j'approuve le commentaire proposé ici par Gilles QUESTIAUX, cela veut dire qu'il est nécessaire de s'interroger sur la situation interne de notre parti, telle qu'elle est issue du dernier congrès national.

En particulier, il faut s'interroger (et aussi trouver des réponses - pertinentes, si possible) sur les champs politiques et sociologiques que recouvrent chacun les différents groupes aujourd'hui représentés à la direction du PCF: le CN.

Il faut s'interroger sur "le hasard" et la nécessité, au sommet, de cette représentation inversée, de la base de notre parti.

Il faut s'interroger sur le projet réel (et donc dépasser le projet officiel) des groupes qui s'incrustent à la direction nationale. Et il faut alors définir une méthode pour travailler, le temps nécessaire, en leur présence pour déboucher sur la réalisation des objectifs (du compromis nécessaire) assignés par le congrès.

Dans ce cadre, je considère que l'article de G.Q ouvre des pistes, qu'il faut encore éclairer. Je crois qu'il faut vérifier et rendre mieux accessible la réflexion sur les éléments contradictoires - voire antagonistes - qui sont à l'oeuvre aujourd'hui dans le parti.

Mais il y a aussi une réflexion à poursuivre sur la stratégie du parti: frontiste ou autre ? Et quelle autre ?

Pour ma part, le retour à un parti de classe, celui de la classe ouvrière qui n'a ni disparu ni perdu la perspective ouverte par "le manifeste communiste", cela implique un retour à un enseignement et une pratique du matérialisme dialectique et du matérialisme historique, comme un retour au développement vivant de l'économie politique marxiste.

Cette réflexion pose aussi la nécessité d'un travail poussé sur l'état et les évolutions des couches intermédiaires situées entre les classes antagonistes, la classe capitaliste et la classe ouvrière.

De même, le retour à ce parti de classe, de la classe ouvrière, ne peut déboucher que sur un caractère internationaliste plus marqué, à l'image de cette classe ouvrière "mondialisée".

Les prises de parti doivent être nettes et donner systématiquement la perspective, y compris lorsqu'elles doivent rendre compte de la complexité, pour permettre l'appropriation et l'identification.

Dernière observation: les références au VietNam, à la Chine, à Cuba, etc. doivent être rendues dans les perspectives historiques de ces expériences particulières. De là, elles portent des potentialités d'avenir pour le socialisme et le communisme. Les généralisations sans précaution (à éviter) ne donnent pas à réfléchir mais seulement à classer et à condamner.

Dernière remarque, elle concerne le parti lui-même, dans son recrutement et sa structuration. Il faudrait qu'on se préoccupe un peu plus des pans de territoires entiers où les directions qui se sont succédées depuis l'ère Hue ont laissé le parti disparaître. Il faudrait un plan de reconquête, commençant par un recensement et se poursuivant par l'établissement de contacts de plus en plus étroits sur l'ensemble des territoires abandonnés. Compte tenu de l'ampleur du travail, la structure "arrondissement" semble assez pertinente et permettrait peut-être un redéploiement des révolutionnaires.

NOSE DE CHAMPAGNE

Posté par NOSE, 27 janvier 2009 à 14:28

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article