Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

André Gerin: "avec qui mener le combat après le 34ème congrès du PCF?"

9 Janvier 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Paroles de communistes!

André Gerin nous a envoyé ce texte:

Le 29 décembre 2008

Cher(e) Camarade,

Avec qui mener le combat après le 34ème congrès du PCF ?

Avec tous ceux qui veulent que le PCF demeure une force politique nationale capable de rompre avec le modèle de société capitaliste, une force politique capable de diriger la France pour construire un autre modèle de société : le communisme du 21ème siècle. Il y a des attentes fortes dans de nombreux milieux sociaux, syndicaux et intellectuels.

Les forces existent pour régénérer le PCF. Des dizaines de milliers de communistes pourront ré-adhérer. Des dizaines de milliers d'hommes et de femmes des classes populaires ont plus que jamais leur place comme adhérents. La préparation du congrès a mis en lumière des potentialités immenses. Il nous faut tendre la main à tous les communistes, sans a priori, en prenant appui sur le fait majoritaire, en menant avec conviction le débat et le combat politique et idéologique, en prise avec les réalités de la vie.

Il est important de préciser un certain nombre de choses qui sont liées au
congrès.


- Les refondateurs qui s'appellent maintenant « communistes unitaires » ont décidé d'avoir un pied dedans et un pied dehors. Organisés depuis octobre 1989, avec Charles Fiterman, ils mènent le combat depuis 20 ans pour réduire le PCF à une organisation politique de second plan. Ils se sont mis à découvert en annonçant leur vrai objectif : créer une autre force politique. Mais ils n'ont surtout pas pris le risque de se compter lors des votes des 29 et 30 octobre. L'initiative du 13 décembre, à la Défense met à jour leur méthode : créer des fractures pour handicaper au maximum le PCF. Il faut également se rappeler que les refondateurs ont toujours été partie prenante des choix stratégiques et associés aux postes à responsabilités depuis le congrès de Martigues, en 2000. Il y a une continuité, malgré les déclarations et les apparences, de leur engagement au 30ème, 31ème, 32ème, 33ème et peut-être même indirectement au 34ème congrès.

- Robert Hue dit que la mutation s'est heurtée « à une culture communiste enfermée, consciemment ou inconsciemment dans un modèle politique inadapté et conservateur ». Il annonce son départ du conseil national en confirmant qu'il met en cause la forme « parti » et en dénonçant le fétichisme du mot communisme. Il va jusqu'à nous sermonner en assurant que la gauche plurielle ce n'était pas si mal que cela ! Avec ce que dit Robert Hue, nous ne sommes pas loin du grand parti unique de la gauche dont rêve le Parti socialiste.

- Il faut regarder de près les propositions faites au conseil national par Marie-George Buffet et la direction sortante. Avec les élus de la liste conduite par Marie-Pierre Vieu, ceux qui sont favorables à la poursuite de la mutation et à la création d'une autre force politique sont toujours majoritaires à la direction nationale alors qu'ils sont minoritaires dans le parti.

- Nous étions en droit d'attendre de la part de Marie-George Buffet des explications, des mises au point, voire des prises de distance avec les refondateurs et ceux qui veulent poursuivre la mutation. Il n'en est rien. C'est le silence dans lequel on ressent une certaine gêne et la marque d'un mépris pour les représentants des deux textes alternatifs qui ont obtenu 40 %. La logique du tri sélectif pour la désignation des délégués au congrès a servi la soupe aux refondateurs et aux huistes, gayssotisés. On l'a vu à la commission des candidatures et dans les votes des listes pour marginaliser ceux qui refusent les abandons, les reniements opérés depuis 15 années.

J'ai dit que nous étions au milieu du gué (endroit d'une rivière où l'on peut passer sans perdre pied).

A la fois, il y a le chemin parcouru depuis Martigues. N'oublions pas le rôle pionnier de la fédération du Pas-de-Calais pour mettre les pieds dans le plat, avec à sa tête, pour commencer, Rémy Auchedé et surtout, ensuite, Jean-Claude Danglot.

A la fois, il reste énormément à faire. Nous devons examiner de manière précise et détaillée, département par département, au vu des résultats d'octobre, comment engager à la base, dans les fédérations, une stratégie de reconquête, pour que le PCF revive et retrouve ses couleurs. Nous avons à réfléchir à des initiatives publiques interdépartementales.

A l'impossible nul n'est tenu. Le chemin à parcourir devient plus exposé mais peut-être plus productif. La question n'est pas de savoir si nous avions raison. La question clé, c'est le  respect de la souveraineté des communistes. Nous devons tenir notre ligne de conduite, sans naïveté, avec lucidité devant toutes les chausses trappes qui seront sur notre route. Ce congrès a redonné l'espoir. Ne boudons pas notre plaisir. En même temps nous sommes mieux en mesure d'apprécier la situation, les rapports de forces et les enjeux liés à l'appareil et à l'équipe dirigeante. Notre potentiel est immense. Faisons-le fructifier avec soin dans le respect de la diversité territoriale et personnelle. Les communistes doivent être unis dans l'action mais pas dans l'abstraction, avec comme objectif central, l'engagement militant pour un parti communiste de combat.

Comment mener le combat


Ne nous laissons pas voler les votes des 29 et 30 octobre. Notre socle, notre ligne de mire, notre crédibilité, notre légitimité : c'est d'exiger en permanence le respect de la souveraineté des communistes. Nous devons renforcer notre cohésion issue de l'épreuve du congrès. La vie nous donne raison. Poursuivons, en appréciant que le temps peut nous être compté, en étant mobilisés dans les mois qui viennent, pour la préparation du prochain congrès afin d'atteindre l'objectif que les communistes reconquièrent leur parti jusqu'à la direction nationale.

Nous devons battre dans la vie, dans les luttes, la ligne réformiste d'abandon et de reniement en travaillant d'arrache-pied les idées neuves d'un projet révolutionnaire pour la France du 21ème siècle. Dans notre démarche nous portons la modernité. A nous de surprendre toujours avec l'objectif d'unir les communistes dans l'action avec la passion du débat.

Ce chantier commence dès maintenant. Je vais faire au début de l'année des propositions dans ce sens. Il serait bien d'en parler, d'échanger pour les suites à donner.

Reçois, Cher(e) Camarade, mes fraternelles salutations.

André GERIN

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jojo53 31/12/2008 15:17

Oui tu as raison de rendre à César.... (je me souviens du discours de R.Auchedé pour la commération du 80 ème anniversaire de la révolution d'Octobre, quelque part près de Paris, avec spectacle du "fils Valbon" en entracte; il demandait avec humour-noir- si la réaction n'allait pas ajouter aux "victimes du communisme" les victimes d'1 accident de car à Cuba, des fois que le chauffeur aurait eu sa carte du Parti). Plus sérieusement les refondateurs et les "orthodoxes" ne sont pas nés de la dernière pluie, et l'histoire-ou la crise économique désastreuse- nous "mord la nuque", les délais risquent d'être comptés.

Pasquale 31/12/2008 13:07







Je pense aussi qu'il faut mener le combat avec tous les communistes sans exclusive. Il est important néanmoins de tenir compte de la diversité des camarades, ceux du dedans et ceux qui sont en dehors du parti qui ne peuvent pas agir de la même manière. La meilleure façon à mon sens d'avancer ensemble et là où nous sommes c'est de constituer un réseau qui a commencé a exister à travers les blogs pour ce qui est de l'externe, et avec les camarades par régions dans la préparation du congrès du PCF et ainsi nous coordonner pour agir sur les luttes. Il faut nous préparer aussi à la déferlante « européenne » au sein du parti et de la "gauche" en générale (qui défilait hier à la manif pour le peuple Palestinien avec des drapeaux "la gauche") qui va avoir lieu à la faveur des élections européennes. La direction de notre parti va y participer, car elle est recomposée des mêmes, ceux qui ne veulent plus du PCF compris, je parle là des refondateurs qui se retrouvent sur les mêmes lignes concernant l'Europe que le reste de la direction. C’est aussi pour ça qu'ils sont toujours aux manettes du parti... C'est sur ce point précis qu'il va falloir réagir et agir. Le fruit pourri de l'Europe antisociale et bourgeoise va tomber à mon avis car les contradictions de la ligne suivie par le groupe dirigeant  vont apparaître.
  Peu importe pour ces camarades que le fruit soit pourri du moment qu'ils restent dans l'arbre où ils ont grimpé et qu’ils gardent leur place. Perché sur l’arbre de la Gauche européenne on se croit à l’abri des critiques et on croit qu’on n’a pas de comptes à rendre aux communistes.
La coquille vide c'est ça. Il faut une coquille pour faire exister ceux qui l'habitent mais qui comme le Bernard l'Hermite vont aussi d'une coquille à l'autre. L'espace national et les luttes qui lui sont propres seront délaissés pour les actions consensuelles de la gauche européenne. A nous d'être actifs, sur le terrain des luttes en France, de soutenir les luttes des peuples en général, de rester dans le débat sur l'Europe pour y apporter notre point de vue et dénoncer les dérives qui ne manqueront pas d'avoir lieu. Je pense que d'ici six mois, un an au  plus , il faudra faire converger les communistes du dehors et du dedans vers l’ objectif  de faire vivre et renforcer le PCF,  qui se fera par l’actualisation de la pensée marxiste (et un effort de formation dans ce sens), la  pratique consciente de la lutte des classes, le retour au sein du PCF des communistes qui ont quitté le parti, et aussi une meilleure organisation en interne des camarades qui sont sur cette ligne, et une participation plus active dans les postes à responsabilité, (dans les cellules, les sections, les fédés, le CN).

à l'unisson ! 30/12/2008 11:44

Cher camarade, Tu poses ici une bonne question.Permets moi de te répondre.Il faut mener le combat oui avec tous les communistes sans exclusive, ceux qui résistent au sein du parti comme ceux qui sont en dehors, du Prcf, en passant par les rouges vifs, combat communiste de Poussy, Communistes de Perlican et d'autres....oui les uns et les autres font la force de la renaissance du PCF.Tu parles de Rémy Auchédé, un camarade qui a joué un rôle pionnier dans la lutte contre la social-démocratisation du parti avec Georges Hage bien sur parmi d'autres !Maintenant il faut nous rassembler au plus vite, et cela est possible !