Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le PCF imaginaire de MP Vieu et "La dépêche"

26 Décembre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Ce que dit la presse

Dans la série des "PCF imaginaires", après Sylvia Zappi du "Monde" voici l'interview de MPV dans "La Dépêche", quotidien il est vrai peu réputé pour sa déontologie et l'exactitude de ses infos (se souvenir du lynchage de Baudis).

On observe que le résultats (16%) de la liste des liquidateurs associés est toujours présenté implicitement comme représentatif de l'opinion de la base par la confusion entretenue avec le résultat du vote des communistes, inversé et filtré par la préparation du congrès. Que les multiples listes d'opposition à gauche depuis trois congrès n'ont tout simplement pas d'existence pour "La Dépêche". C'est au fond, bon signe pour nous.

On voit bien la tactique de MPV, toute semblable à celle de Royal au PS : s'appuyer sur les frustrations d'une partie de l'appareil, et sur la connivence d'un réseau constitué dans les médias, depuis l'époque de l'UNEF. Elle joue le rôle de la cendrillon qu'ils attendent tous, depuis Khrouchtchev au moins, ce fameux communiste "à visage humain" qu'ils font mine d'attendre comme le Messie!

Sans ça certaines de ses formules laissent rêveur : "je ne dis pas que j'ai eu raison mais je ne pense pas que j'ai eu tort!". Le sapeur Camembert est battu!

GQ, 26/12/2008

Tarbes. « J'ai envie que le PCF fasse sa révolution »

Marie-Pierre Vieu a tenté une OPA lors du congrès du Parti communiste. Manquée, mais la métamorphose est en marche.

Même si les apparences montrent que Marie-Pierre Vieu a voulu prendre son destin en main, c'est surtout celui du Parti communiste qui l'intéresse. Photo Joël Boyé
Même si les apparences montrent que Marie-Pierre Vieu a voulu prendre son destin en main, c'est surtout celui du Parti communiste qui l'intéresse. Photo Joël Boyé

Marie-Pierre Vieu a réalisé quelque chose d'historique. Tout d'abord, présenter une liste « dissidente » face à Marie-George Buffet lors de l'élection du premier secrétaire du Parti communiste. Du rarement vu place du Colonel-Fabien. Et du jamais vu en ce qui concerne le résultat d'une liste réformatrice, 16,34 %, alors que ce congrès était assez « verrouillé ».

Entretien.

«La NR»: Comment s'est dessinée cette candidature ?

Marie-Pierre Vieu: Tout est parti du résultat de la présidentielle, 2 % des voix, on s'est dit qu'il y avait un problème. Des gens comme moi ont cherché des réponses en pensant qu'il fallait, en quelque sorte, sortir de nous-mêmes pour travailler à une nouvelle force. Il s'agissait d'un véritable acte politique pour métamorphoser le Parti, pas une course à la place.

La candidature proprement dite s'est décidée pendant le congrès, quand on a vu que les hypothèses nées des débats n'allaient pas dans le sens d'une modernisation.

Comment cet acte et ce résultat ont-ils été pris ?

Localement, certains camarades étaient fâchés de ne pas avoir été prévenus. Pour ma part, je suis légitimiste et je respecte le résultat des urnes. Marie-George Buffet n'a pas bien pris la chose et maintenant, la balle est dans son camp. Il faut rassembler le Parti. Pour moi, l'unité, ce n'est pas forcément l'unanimité. Il faut avancer et faire de nos différences une force.

Pas une habitude dans un parti assez monolithique...

Il faut sortir des vieux schémas, sans pour autant renier ce qui a fait notre histoire. Mais je voudrais préciser que notre candidature n'était pas une sorte de putsch de quadras réformistes. Nous étions soutenus par quelques « historiques » comme Patrick Braouzec, Georges Séguy, Jack Ralite ou Jean-Claude Gayssot... Je ne dis pas que j'ai eu raison de faire ça, mais je suis sûre que je n'ai pas eu tort...

La gauche dans son ensemble est balkanisée. Si le PCF s'y met aussi...

Certes, le PS est en plein doute, Jean-Luc Mélenchon crée son parti, il y a le NPA de Besancenot... Le PCF n'est pas balkanisé, loin de là, il y a des débats, c'est tout. Je pense que la gauche tout entière est à recomposer et je crois que les communistes y ont toute leur place, mais ils doivent entrer dans le débat de manière offensive, ne pas subir les événements. J'ai vraiment envie que mon parti fasse sa révolution.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jojo53 31/12/2008 11:24

les voeux de nouvelle année c'est bien mais à quoi servent les communiqués de victoire quand on sait que la grande masse des prolétaires et opprimés de ce pays n' a probablement jamais vu le bout du nez d'1 "gériniste" et encore moins d'1 membre du PRCF ?il ne s'agit pas tant de désespérer que de pas se raconter (et raconter au peuple) d'histoires, la "force politique communiste organisée" est loin (évidemment pas parce qu'elle ne le veut pas) d'être au RDV de l'histoire en ces temps de mégacrise du systèmeSur tous les plans (quantitatif et qualitatif) le PCF de 2008 est inférieur à celui de 1931, où il "suffit" d'écarter Barbé-Célor pour repartir d'1 bon pied.Pour arriver à l'autre rive ça sera + compliqué.

CAC 29/12/2008 13:58

moi je souhaite de mes voeux pour 2009 que le PCF retrouve son rôle que ce soit sur le terrain aux côtés du monde du travail ou au parlement, ce que j'appelle la "fonction tribunitienne" qu'il a depuis laissé de côté.
Que le PCF redevienne un vrai parti communiste dans ce pays en unissant les drapeaux rouges et tricolores, l'internationale et la marseillaise, oui "j'aime le rouge dans le respect du blanc et du bleu" !

Jihad WACHILL 28/12/2008 01:28

Je serais par ailleurs curieux qu'Eric JALADE nous donne son interprétation de la formidable victoire du PCF aux cantonales dans le Tarn à Carmaux-Nord.

Astrée 27/12/2008 15:49

Alors là, je suis complètement d'accord avec ce qu'écrit Pierre Robes. Et si on commence à courber l'échine face à nos liquidateurs, comment lutter alors contre des ennemis bien plus redoutables et nefastes pour non pas pour un parti mais pour un pays, une planète!!Si on se désespère pour si peu, on ira pas bien loin...

Pierre Robes 27/12/2008 15:34

Je ne comprends pas ce message, si ce n'est que son auteur vient faire ici de la "retape" pour son orga, qui n'est pas le PCF. Je ne vais pas entrer dans son calcul d'apothicaire pour savoir combien pèsent les "liquidateurs" dans le Parti. J'ai des éléments qui me permettent de penser qu'ils sont (et ont été) bien plus influents à la tête qu'à la base. Je pense d'ailleurs que c'est une stratégie à l'oeuvre depuis des années : qui a intérêt à la dissolution-dilution (ou "mutation") du PCF ? La bourgeoisie, la social-démocratie comme les gauchistes de toutes obédiences.Mais certainement pas les habitants de mon quartier, les millions d'ouvriers et de salariés de notre pays qui attendent à nouveau un discours de classe de la part de leur parti. Comme dans d'autres départements, les gens savent qu'ici, dans le Tarn, ils peuvent compter sur les communistes, sur leurs élus (ou en tout cas la très grande majorité d'entre eux) pour les défendre. Nous sommes dans une logique de reconquête, à la fois de nos forces organisées (pour redevenir un parti de masse, notamment dans les entreprises et les quartiers populaires) et dans le parti, pour convaincre, dans l'action, que nos orientations sont les seules qui permettront de rassembler et de gagner.Nous sommes engagés dans une course de vitesse avec les liquidateurs, ils ont de l'influence et des réseaux : Ils ne croient plus en rien, ils naviguent à vue pour sauver leurs strapontins, leur carrière ou pour assouvir leurs ambitions.L'avenir est à nous : les militants nous font confiance lorsque nous sommes dans l'action, lorsque nous prenons des initiatives, nous pouvons démontrer que nous sommes capables de rassembler réellement (et pas que des politiciens), bref, lorsque nous avons une pratique communiste. Formons des cadres, des militants, reconstituons des cellules, renforçons nos organisations, c'est la condition indispensable pour avoir l'outil révolutionnaire pour changer la société.