Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

34ème congrès : Analyse de Jean Jacques Karman

19 Décembre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Bilan mitigé pour le 34e congrès du Parti communiste

Le 34ème congrès du PCF avait plusieurs enjeux. Le principal d'entre eux était l'existence même du PCF comme parti communiste. Déjà, lors de l'assemblé extraordinaire des secrétaires de section en décembre 2007, ceux-ci avaient tranché cette question dans le sens d'un parti communiste moderne en prise avec les luttes sociales. Cette orientation laissait encore une marge de manœuvre à la direction du PCF qui, elle, avait envisagé la création d'une nouvelle organisation.


Après cette date, Marie-George ne fit plus entendre ses doutes sur cette question. Mais sur le contenu de classe de ce parti communiste, hier comme aujourd'hui, la direction du PCF n'est pas très claire, car une partie de celle-ci, dans un document, montre le « bout du nez » d'un parti communiste qui changerait de nom et serait une véritable coquille vide.


Le 34ème congrès, pendant quatre jours à la Défense, a confirmé, par la voix des délégués (83,62 %) le maintien de l'existence du Parti Communiste. Sur ce point central du congrès, notre liste pour l'élection du conseil national, représentant le texte n° 3 (qui avait rassemblé 24 % des votes) a décidé d'ouvrir une discussion avec la liste officielle conduite par Marie-George. Cette démarche d'ouverture de notre part se brisa, dans la nuit de samedi à dimanche, sur une manœuvre de dernière minute de Marie-George. En effet, alors qu'il y avait accord sur le nombre, à la dernière réunion de la commission, Marie-George laissa se développer des critiques virulentes sur quelques membres de notre liste, pour nous demander qu'ils n'y figurent pas. Elle savait que nous n'accepterions pas qu'il y ait un choix entre les « bons » et les « mauvais » communistes. Donc notre liste fut maintenue et rassembla 10,26 % des délégués. Notons que les deux textes (n°2 et n°3), proches par leur contenu, avaient recueilli 40 % et ne se retrouvent représentés que par 10 % des délégués au congrès (c'est la démocratie de la tendance de la direction).


Les débats sur le texte du congrès marquèrent une évolution positive sur la crise, les solutions à celle-ci et sur le parti. Même si nous sommes encore très loin d'une analyse marxiste de la situation internationale et nationale, cette tendance des débats va dans le bon sens. L'attitude de ceux qui veulent liquider le parti le prouve, puisqu'ils ont pris le prétexte du refus par la majorité des délégués du mot « métamorphose » qualifiant le futur du PCF, pour présenter une liste allant des refondateurs et des proches de Robert Hue à certains membres de la direction actuelle. Cette liste réalisa 16,38 % (la caractéristique de cette liste, c'est qu'il figurait à coté des noms, non pas la responsabilité dans le parti, mais celle d'élu).


Devant la volonté de Marie-George d'écarter des membres du conseil national sortant, dont certains étaient hier encore ses soutiens, une quatrième liste se présenta. Cette liste qui réalisa 5,62 % fut difficile à identifier. Certains avaient voté pour la base commune, d'autres contre et le plus grand nombre avait choisi l'abstention. Elle se présentait sans orientation politique bien précise, au point que des délégués la qualifièrent de liste de « lutte des places ».


Globalement, compte tenu de la gravité de la crise du capitalisme qui peut déboucher sur une situation sociale explosive, le texte du congrès n'est pas à la hauteur pour un parti de lutte de classes. Si la classe ouvrière ne figure pas dans le texte du congrès, elle existe heureusement bel et bien. Les prochains mois nous le prouveront. La présence de militants communistes, marxistes révolutionnaires, au conseil national n'est pas inutile, car parfois les situations politiques peuvent évoluer très rapidement et positivement.


Pour terminer, Marie-George qui désignait l'expression des différentes sensibilités et le grand nombre de membres du CN comme responsables des problèmes de direction et de ses résultats, alors que le vrai problème c'est la ligne politique mi-réformiste, dut accepter ces sensibilités et ce grand nombre dans le nouveau CN. Personnellement, je reste persuadé que l'existence du droit de tendances serait une bonne chose pour l'action d'un vrai parti marxiste de tous les communistes de France.



Jean Jacques Karman

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles questiaux 20/12/2008 11:22

C'est sûr qu'avec 0% de vote obtenus ils n'ont pas de légitimité, mais ils représentent une culture politique parasyndicale du style "nous on est des gens au service des gens" qui s'est graduellement mise en place depuis la mutation. A mon avis ils représentent une petite moitié du parti à la base, en recul (MGB comprise), et la majorité du groupe dirigeant. Ils ne sont pas unis puisqu'ils sont plus nombreux sur la liste MGB que sur la liste Vieu, et surtout ils sont en concurrence pour des positions de pouvoir qui se font rare.

Oulianov93 20/12/2008 00:08

Moi ce qui m'énerve c'est que les communistes qui veulent d'un PCF ouvrier et marxiste, doivent s'unir et faire front pour avoir enfin un Parti Communiste digne de ce nom en Frrance !En attendant les liquidateurs de tout poil se sont unis et ont réussi à avoir une représentation tant au niveau fédéral que national alors qu'ils ne représentent rien dans le parti, à part leur petite personne et/ou leur chapelle.Fraternellement,Oulianov93

alain girard 19/12/2008 16:43

n'en demeure pas moins la nécessité de balayer devant sa porte ou sa tendanceza plus

gilles questiaux 19/12/2008 16:30

JJK n'est pas très gentil avec la liste Marchand mais quand il dit que la démarche n'était pas lisible il a raison. Pas de quoi en faire une guerre de religion, mais ça peut être dit quand même? surtout qu'on peut identifier beaucoup de camarades genre "ANR" sur la liste MGB.

alain girard 19/12/2008 14:19

j'ai soutenu sans faille le texte porté par A Gérin , j'ai bâti avec des camarades de la base commune l'adresse des communistes de Valenton et plusieurs de mes camarades valentonnais figuraient sur la liste de Nicolas Marchand et c'est une insulte qui leur st faite que d'attaquer ces camarades avec lesquels nous agisons au qutidieCeci est d'autant plus mesquin que JJ Karman lui même n'a pas hésité avec le compromis avec les mutants pour sa vice présidence du conseil général du 93 à certaine époque et ne parlons pas de ces "ténors" de la gauche co passés avec armes et bagages chez les liquidatuers;Alors que les communistes 'unissent dans leur parti et laisent de côté les querelles nombrilesques car l'ennemi est ailleurs que chez Marchand