Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Domenico Losurdo, Staline : histoire et critique d'une légende noire

28 Décembre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Théorie immédiate

Domenico Losurdo

Staline : histoire et critique d'une légende noire


Avec un essai de Luciano Canfora

Carocci, Milano 2008, pp. 388, euro 29,50.


Il fut un temps où des hommes d'état illustres, tels Churchill ou De Gasperi, et des intellectuels de premier plan, tels Croce, Arendt, Bobbio, Thomas Mann, Kojève, Laski, regardèrent avec respect, sympathie, et même admiration Staline et le pays qu'il dirigeait. Au déclenchement de la Guerre Froide et plus encore avec la publication du Rapport Khrouchtchev, l'image s'est inversée et Staline est devenu un « monstre » , comparable seulement à Hitler. Feraient preuve de naïveté ceux qui voudraient conclure de ce revirement la vérité définitive sur le leader soviétique, en survolant de manière désinvolte les contradictions et les intérêts qui en sont à l'origine. Les contradictions radicales entre les diverses représentations de Staline devraient inciter l'historien non à accorder une valeur absolue à l'une, mais à les remettre en question toutes. Et c'est ce que fait Domenico Losurdo, en analysant les tragédies du vingtième siècle avec une méthode comparative qui ne laisse rien hors champ, et en contextualisant nombre des accusations portées contre Staline, dans cet ouvrage,  essai historique, historiographique et philosophique à la fois, qui ne manquera pas de créer la polémique.


Table :


Préambule : Le renversement de l'image historique de Staline


1 comment précipiter un dieu aux enfers : le rapport Khrouchtchev


2 les bolcheviks, du conflit idéologique à la guerre civile


3 A travers le vingtième siècle, dans la longue durée,  à travers l'histoire du marxisme et celle de la Russie : l'origine du « stalinisme »


4 le cours complexe et contradictoire de l'époque de Staline


5 Refoulement de l'histoire et construction du mythe : Hitler et Staline comme deux monstres jumeaux


6 Psychopathologie, morale et histoire dans 'interprétation de l'époque stalinienne


7 l'image de Staline entre histoire et mythologie


8 diabolisation et hagiographie dans l'interprétation du monde contemporain



De Staline à Gorbatchev : comment finit un empire, de Luciano Canfora



http://www.resistenze.org/sito/se/li/seli8n14.jpg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert Bibeau 07/06/2011 20:01



 


L’OEUVRE DE DOMENICO LOSURDO : STALINE LA LÉGENDE NOIRE


 


Robertbibeau@hotmail.com


 


6.06.2011


 


 


Deux livres en un volume, l’un réfute chacune
des calomnies contre Staline et l’autre  renie cette réfutation ! Pourquoi contredire en seconde partie ce qui fut si bien démonté dans la
première ? Le premier livre – les quatre cent quarante quatre premières pages du volume de Domenico Losurdo intitulé Staline. Histoire et critique d’une légende noire –présente un plaidoyer probant à la défense du bâtisseur de l’Union des Républiques Socialistes
Soviétiques. Pour chacune des calomnies et des ignominies formulées par les trotskystes puis par les révisionnistes khrouchtchéviens à l’encontre de Staline, qualifié par eux d’énorme monstre
humain, sombre, capricieux et dégénéré, le prolixe auteur, abondamment documenté (1058 citations), réfute chaque accusation. Puisant à des sources multiples (400 références), particulièrement aux
auteurs anti-soviétiques virulents, comme Churchill que l’on ne saurait soupçonner de sympathie communiste, Losurdo fait la preuve de la légende noire anti-stalinienne.


 


Pour que tant de gens de par le monde, y
compris dans l’univers anglo-saxon à l’anti-soviétisme exacerbé, aient trouvé convenable de présenter leurs hommages au peuple soviétique et à son leader pendant tant d’années, de fait, jusqu'au
rapport « secret » de Khrouchtchev (publié par la CIA), il devait bien y avoir quelques raisons objectives. Les faits sont têtus et ils sont éloquents comme le démontre Losurdo. Ils
attestent que Staline a été fidèle au marxisme-léninisme, à sa classe et à la construction du socialisme.


 


On doit reconnaître beaucoup de courage
politique à l’auteur pour oser ainsi  affronter le tsunami de la propagande occidentale à propos de Staline et de l’Union Soviétique recouverts tous
les deux par un maelstrom de mensonges qui se déverse sur eux depuis la guerre froide et même avant. Domenico Losurdo se montre d’abord à la hauteur du défi qu’il s’est posé et il reprend chaque
argument contre Staline et le contredit en s’appuyant sur des faits historiques et des documents d’époque. Puis, en postface, son courage s’évanouit et il s’arrête en si bon train, rebrousse
chemin et donne à Staline le baiser de Juda.


 


« Staline eut comme ligne de conduite de
se tenir en dehors des conflits : jusqu'à l’aveuglement de ne pas prêter foi aux avertissements qui lui arrivaient de plusieurs côtés en juin 1941 (…) il n’est pas du tout dit que Staline
retînt vraiment comme inévitable l’attaque allemande contre l’URSS ; et l’état d’impréparation dans lequel l’opération Barbarossa trouva les lignes soviétiques ferait même penser le
contraire. » (1)


 


Pourtant, trois cents pages auparavant
Losurdo, s’appuyant notamment sur la correspondance de Hitler, avait écrit ceci à ce propos :


 


« Hitler, qui, une semaine après, a été obligé
de reconnaître que l’opération Barbarossa avait sérieusement sous-évalué l’ennemi : « la préparation guerrière des Russes doit être considérée comme fantastique » (…) En ce qui
concerne la Russie, il est incontestable que Staline a élevé le niveau de vie. Le peuple russe ne souffrait pas de faim au moment du déclenchement de l’opération Barbarossa. « Dans
l’ensemble il convient de reconnaître : des usines de l’importante des Hermann Goering Werke ont été construites là où jusqu’il y a deux ans
n’existaient que des villages inconnus. Nous trouvons des lignes de chemins de fer qui n’étaient pas indiquées sur les cartes » (…) L’inégalable et incontestable contribution de la Russie
soviétique à la défaite de l’Allemagne nazie est étroitement liée à l’obstinée Seconde Révolution de Staline. » (2)   




GQ 26/12/2010 18:29



 


J'ai lu le livre en italien l'année dernière et publié deux notes sur RC :


 


Note de lecture d'un nouveau livre de
Losurdo : Staline, histoire et critique d'une légende noire(GQ)
Qualités et limites de l'ouvrage de Losurdo sur Staline (GQ)



GQ 26/12/2010 18:20



On fête la Saint Joseph le 19 mars. Mais en 1955, un certain pape Pie XII a fait inscrire au calendrier à la date du premier mai un certain "Saint Joseph, ouvrier". L'église romaine sait y faire,
y a pas à dire.



GQ 24/12/2010 00:03



les anars d'aujourd'hui n'ont aucune véritable intention de changer le monde, ce qu'ils veulent c'est complaire à leur narcissisme idéologique. En général ils sont sous l'influence des théories
séduisantes pour les ados mais décidément vélléitaires des situationnistes.



cf 23/12/2010 14:53



Bonjour,


Fin octobre dernier , à l'"issue" du mouvement contre la réforme des retraites ETC  , un site de soutien aux grévistes et autres actions etc  (donc très populaire) donnait des leçons et
des avertissements aux étudiants qui resortent les drapeaux rouges et lisent Lénine , ce criminel contre l' Humanité(...). L'url d'origine, sourcée depuis, se référait à l'époque à wikipedia!!!


Il s'agit de http://rebellyon.info/Le-retour-des-leninistes-une.html


Cela m'avait douché. Les anarchistes et Libertaires, nombreux en France sont à l'origine de beaucoup d'actions et de luttes.


Certains sont marxistes ( Minc aussi)mais fustigent la lutte des classes et les bolchéviques etc... Ce sont des anti communistes aussi acharnés que les libéraux et/ou néolibéraux. exemple:
Chomsky, Halimi, Bricmont que j'apprécie. Je ne comprends pas leur véhémence...


A vrai dire, je suis né après 1970 et n'ai pas vu les Stalinistes ou Staliniens français dont tout le monde parle. Ils sont coupables de quoi?  de caution de l'urss?.


Et pourquoi ne questionne-t' on jamais les habitants des pays libérés de l'urss, et les Russes, premiers concernés en ce qui concerne Lénine , Staline?


Comment peut-on laisser l'Union Europ réabiliter les collabos fascistes des pays de l'Est ?


Vous, Léninistes, êtes voués aux gémonies pour toujours, et comparables aux nazis !? Les anars refusent-ils de dialoguer ou est-ce vous? C'est la guerre?


Veuillez excuser mon manque de culture politique.


Je souhaite à tous de vivre de bonnes fêtes de Noel. Tendresse aux gens isolés.