Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le Secrétariat National est toujours en jeu, par Gilles Questiaux

6 Décembre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Publié le 17 avril 2008, auteur : Gilles Questiaux, membre du CE de section du PCF du XXème arrondissement de Paris. On voit aujourd'hui (5 décembre 2008) à quel point le débat du congrès a consisté à faire du sur-place sur la question cruciale de la désignation d'une nouvelle direction qui allie compétence et foi en l'avenir.

Marie George Buffet a déclaré depuis longtemps vouloir cesser d'exercer ses responsabilités de Secrétaire National du PCF au congrès, fin 2008. Le Secrétaire National, chacun le sait, est le principal dirigeant et porte parole médiatique de fait du Parti communiste français. Elle a semblé se raviser dernièrement, à l'annonce de la candidature d'André Gerin pour lui succéder à ce poste. Elle a aussi déclaré à ce sujet que "les bonshommes qui veulent diriger le parti importent peu". Je ne suis pas du tout d'accord : le choix du futur secrétaire national, est, nous le savons tous, d'une grande importance. Je ne crois pas d'ailleurs que Marie George a pu elle même arriver à ce poste sans l'avoir voulu. De toute manière, qu'elle se représente ou non, il faudra choisir un secrétaire national en décembre 2008.

Le futur secrétaire national devrait réunir selon moi plusieurs qualités :

Faire preuve de son attachement à la liberté des débats, et à la démocratie interne.

Rompre avec les stratégies d'échec et d'effacement du PCF. Son image ne doit pas être associée aux échecs graves qui se sont produits depuis 2002 . Le peuple français ne comprendrait pas ce parti pour qui "on ne change pas une équipe qui perd". Ni la satellisation au PS ni les recompositions factices du genre des "collectifs antilibéraux" ne doivent pouvoir se reproduire.

Montrer un fort enracinement populaire, et la capacité de remporter des succès électoraux, sur son nom, et au nom du parti communiste.

Refléter le déplacement géographique de la force communiste vers la périphérie des régions et de la grande banlieue.

Communiquer efficacement dans les médias. L'hostilité de ces derniers n'explique pas le caractère inaudible de la communication du PCF. Cette hostilité était encore plus forte du temps de Thorez ou de Marchais.

Bien entendu, le PCF ne peut pas être dirigé par des camarades qui ne croient plus au parti, au communisme, à la révolution, ni par ceux qui veulent "une autre force à gauche", quelles que soient leurs qualités personnelles ou la sincérité de leurs convictions. On ne peut pas remettre le destin d'une organisation entre les mains de ceux qui veulent la supprimer. Les dirigeants exécutifs doivent être sans lien avec les courants défaitistes de diverse nature qui s'expriment depuis dix ans dans le parti.

Le PCF doit être dirigé comme un parti conquérant, énergique, efficace pour défendre les classes populaires et ouvrir une perspective révolutionnaire contre le capitalisme.

Le futur secrétaire national doit donc être fermement attaché au parti, sans complaisance mais sans complexe sur l'histoire du PCF et du mouvement communiste en général. Je suggère en signe de cette fierté communiste retrouvée le rétablissement du symbole de la faucille et du marteau, qui est de notoriété universelle, qui indique sans ambiguité le caractère de classe du parti, et dont l'abandon vient de coûter cher aux communistes italiens.

Beaucoup de camarades trouveront étonnant que le débat sur le choix du principal dirigeant national et sur la composition de l'exécutif soit ouvert si tôt (mieux vaut tôt que jamais! en fait c'est resté tabou presque jusque la fin du congrès ). Mais il ne faut pas se leurrer sur un fait : pour l'immense majorité des français, le seul interêt du congrès du PCF, c'est de savoir quelle figure publique en sortira et incarnera le PCF dans les médias. Et pour l'appareil aussi! Les petites et grandes manœuvres ont déjà commencé, ou plutôt n'ont jamais cessé depuis quatre ans, et la rumeur va bon train. Dans ces conditions, je préfère la déclaration claire et nette d'André Gérin, à la situation d'incertitude et au flou démobilisateur qui perdure, les responsables de l'organisation communiste à tous les degrés étant dans l'incertude des intentions des uns et des autres, alors que nous avons besoin de toutes nos forces pour nous tourner vers l'extérieur de notre organisation pour la riposte à la droite, et la reconstruction d'un parti fort et respecté, par ses adversaires comme par ses alliés. Sans cette reconstruction il n'y aura pas de rassemblement victorieux, et pas davantage de gauche en France qu'en Italie

Il existe au PCF une tradition anarcho-syndicaliste qui nourrit un discours stérile anti-direction, qui n'empêche nullement le groupe dirigeant du PCF, largement inamovible depuis plusieurs générations de faire ce qu'il veut. Il faut en finir avec les protestations sans conséquences, et exiger les conditions d'un congrès démocratique, où la question du pouvoir et de la désignation des responsables dans l'organisation à tous les niveaux puisse être posée. Pour que le congrès soit véritablement démocratique il faut comme André Gerin l'a demandé qu'il soit préparé par une commission qui représente équitablement les différentes sensibiltés du parti profond, ce qui n'est pas le cas actuellement. Il faut aussi que l'Humanité publie honnêtement l'ensemble du débat, sans favoriser comme elle le fait actuellement sans vergogne l'aile droite du parti. (malgré toutes mes interpellations de Pierre Laurent, elle a continué impavide a blackouter toute la gauche du parti).

Enfin, ce texte n'est pas un portrait robot, et on voit bien que plusieurs candidat-e-s conviendraient. Mais le seul qui a eu le courage de se déclarer candidat, pour le moment, est André Gerin.

(et c'est toujours le seul! mais on a chuchotté et diffusé dans la presse bourgeoise, sans démenti, Pierre Laurent, Patrice Bessac, Olivier Dartigolles, Didier Le Reste, Marie Pierre Vieu, Éric Corbeaux, Pierre Lacaze,  Coppola le secrétaire du 13, etc, et, etc. le parti n'est peut être pas en si mauvais état, pour qu'il y ait tant d'amateurs pour le poste).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
il ne s'agit pas de soutenir un tel ou tel et de participer à la guerre des chefs, mais de soutenir les meilleures propositions pour le parti. Et je ne pense pas que Patrice soit le plus à même de porter nos couleurs à la tête du parti, mais ce n'est que mon point de vue...Je reviens de Lens et ce que j'y est vu est extraordinaire: 500 communistes bien décidés à ne pas laisser crever leur région. Un secrétaire fédéral qui ose parler d'abrogation des traités de Maastricht, de Rome et de Lisbonne, qui ose parler nationalisations, qui ose parler lutte des classes, et il ne tient pas un discours emprunté, il la vit tous les jours, la lutte des classes.C'est un discours comme cela que j'aurais aimé que patrice tienne. Là, je le soutiendrais sans hésitation.fraternellementAstrée
Répondre
A
Bonsoir,Je suis étonné que vous ne preniez pas le pari de patrice bessac. S'il devient secrétaire national, on peut négocier avec lui, et la place sera libre à paris.moi je trouve qu'il devrait dire tout haut sur marie-georg buffet ce qu'il nous dit tout bas : elle est foutue.
Répondre
G
Sur la tradition anarcho-syndicaliste, elle a pu s'exprimer dans le vote du texte de La Riposte, qui permettait à la fois de gueuler un coup son attachement au marxisme, mais de façon globalement inoffensive, car sans chercher à construire d'alternative.
Répondre
G
André Gerin toujours seul candidat ! ce congrès décidement manque de suspense!
Répondre
G
"et le seul qui ait eu le courage de se déclarer candidat, pour le moment est André Gerin". Au 21 juin, c'est toujours le cas. A quand une double page dans l'Huma sur André Gerin? Le Black out ça commence à bien faire.
Répondre