Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

La boussole s'affole et Sylvia Zappi perd la boule

27 Novembre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Ce que dit la presse

lien à l'article du Monde

 

La boussole s'affole chez les militants communistes. Alors que près de la moitié des fédérations et sections se sont réunies, samedi 22 novembre, pour décider de l'avenir du PCF et élire les délégués au congrès prévu du 11 au 13 décembre, les adhérents votent sur des textes qui se sont, en quelques jours, considérablement éloignés de la nouvelle ligne fixée par la direction.

Désinformation : nous avons voté hier sur la base commune, inchangée (qui il est vrai comportait un "trou" concernant la stratégie européenne, renvoyée à un rapport ultérieur de Francis Wurtz..

C'est l'appel à "un front progressiste européen" voté trois jours plus tôt en conseil national qui a changé la donne. Cet appel, qui se traduit par la présentation de listes communes aux Européennes de juin avec l'ancien socialiste Jean-Luc Mélenchon et toutes les forces favorables à la construction d'une "autre Europe", est soudain devenu "la" priorité du parti. Or cette politique d'alliance avec M. Mélenchon, qui fait écho au "front du non de gauche" de 2005, tranche avec l'orientation qui avait été arrêtée pour le congrès.

Et voilà le rapport. La BC ne contredit en rien cette stratégie d'alliance de sommet avec des groupuscules qu'on espère manipuler, dans la lignée des collectifs antilibéraux, elle la prépare au contraire.

Il y a trois semaines, la direction du parti avait en effet proposé un texte très conservateur de maintien en l'état du PCF.


Ce texte était conservateur en effet, mais uniquement des trois mots "parti communiste français", pour le reste c'était le salmigondi habituel de phrases creuses postmodernes, avec une singulière dérive pro-européenne, destinée à accueillir Méluche.

 

Les militants avaient voté sans enthousiasme : seuls 28 % avaient suivi Marie-George Buffet. Les assemblées générales avaient été marquées par une fréquentation très faible, une démoralisation certaine... et une poussée des "orthodoxes" derrière le député André Gerin.

Nous sommes heureux de l'apprendre aujourd'hui, cette inquiétante nouvelle. En lisant le Monde, on est informé à temps.

Un climat délétère de guerre de succession s'était installé, des dirigeants demandant désormais ouvertement le départ de Mme Buffet de son poste de secrétaire nationale.

Quel légitimisme soudain! Pour Zappi, demander le départ d'une dirigeante qui n'a pas réussi c'est "délétère", ça en dit plus long sur l'atmosphère qui règne dans les locaux du "Monde" qu'au PCF.


SORTIR DE LA TORPEUR

Résultat de cette sourde crise : le 6 novembre, 20 membres de la direction publiaient un texte proposant d'ouvrir le PCF "à d'autres cultures politiques" et de changer son nom pour "donner corps à sa métamorphose". D'un coup, une partie du noyau dirigeant qui avait bâti un congrès de repli changeait de pied parce qu'elle sentait que la base ne suivait pas et que la crise allait profiter aux plus raides.


La base vote à 90% des votants pour des textes qui demandent le maintien du PCF, dont plus de 35% pour des textes marxistes, et SZ présente la tentative de putsch qui consiste à lui imposer exactement le contraire comme le résultat de la demande de la base! On reconnaît là la dialectique typique de liquidateurs. Le putsch anti Buffet de novembre 2006 s'appuyait sur la même tactique qui nie toute valeur aux votes acquis au PCF.


Le départ de M. Mélenchon du PS, le lancement de son nouveau parti, son accord pour des listes communes semblent avoir sorti le PCF de sa torpeur. Et permis à la direction d'éviter de faire apparaître son congrès comme celui du repli. "Depuis dix jours, on sent avec cette ouverture une nouvelle envie chez les cocos", reconnaît Olivier Dartigolles, porte-parole. "Cette ligne unitaire va bousculer un congrès verrouillé", confirme Dominique Grador, membre de la direction. "On est en pleine schizo-stratégie entre un purisme révolutionnaire pour le parti et des listes ouvertes pour les Européennes", nuance Gilles Alfonsi, animateur des communistes unitaires. Dans les réunions, les militants suivent, entrevoyant une possibilité pour le PCF d'exister à nouveau.


Les membres de la direction interpellés sont tous du même bord, des participants à l'opération "métamorphose" ou des refondateurs boycottant le congrès.On voit de manière grossière les préférences de l'adversaire de classe parmi les membres de notre direction.


Les "orthodoxes" ne s'y trompent pas. Eux qui se voyaient en grands vainqueurs de la consultation militante, ont vivement réagi en dénonçant le risque d'une "dissolution du PCF".


On constate que pour le "journal de référence", Gerin, Marchand, et tous les dirigeants qui d'une manière ou d'un autre s'opposent à la dérive du PCF vers la transformation en un "PSG" social démocrate sont rejetés dans les mêmes ténèbres. Pour lui, nous sommes comme les colonisés : indiscernables! Cet ostracisme de la part du journal officiel de la bourgeoisie (qui n'est plus "Le Figaro" depuis longtemps) vaut label d'authenticité! Les copains de Zappi sont la fausse monnaie du communisme.

Sylvia Zappi entrelardée par Gilles Questiaux, 24/11/2008

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GQ 25/11/2009 16:54


Un an plus tard, on, constate que l'opération "front de gauche" a plutôt bien marché pour détrourner le débat, maiss qu'elle ne réussit pas pour le moment à prendre le sens voulu par ses
promoteurs. Au contraire, en permettant de dissocier le parti du PS, la plupart de nos camarades, sans doute à tort, l'imaginent comme un moyen de "faire vivre et renforcer le PCF"


gilles questiaux 26/11/2008 07:30

En relisant le premier paragraphe, je m'aperçoit que SZ voulait probablement dire en fait "les communistes votent sur textes dont la direction s'est enq uelques jour considérablement éloignée". C'est bien sûr tout aussi faux, comme on voit par la suite. Mais cette inversion grammaticale n'est cependant pas innocente, elle est là pour accréditer l'idées que la tnetative de putsch rflète une demande de la base.
 

Jonathan 25/11/2008 07:28

Oui, la phrase sur la métamorphose a dégagé chez nous, mais pas celle de l'ouverture à la gauche bidule...
La conférence a été assez longue et, de mon point de vue, intéressante seulement sur certains points : débat sur l'Europe (et évidemment sur la nation, très attaquée dans ce cadre), et sur la fameuse "ouverture" à la diversité de gauche...
Notre conférence a fait le choix de ne présenter personne au Conseil National. Ceux qui avaient été élu sur la liste de la direction ne se représentaient pas, mais Claude Fainzang, élue sur la liste alternative, était candidate. Alors qu'on nous fait tout un foin sur la "diversité", et malgré la protestation de beaucoup de camarade, sa candidature n'a pas été validée par la conférence. On cherche des camarades qui ont participé au CN ? Qui sont proches des gens, dans les luttes ? On avait là la camarade toute trouvée, mais comme elle est jugée "non représentative" de la section, celle-ci a refusé de présenter sa candidature.

gilles questiaux 24/11/2008 22:33

Salut Jonathan, il parait que la conf du XIXème a fait un amendement qui a éjecté la "métamorphose" des kafkaïens du texte de la bc. E vero?

Maryvonne Le Gland Leray 24/11/2008 22:05

je ne décolère pas.... la cerise sur le gateau et que je vois venir gros comme une maison, c'est qu'on va garder le sigle PCF et en même temps faire une gauche chamallow... qu'ils s'allient avec Mélechon et tout ce qu'il veulent mais surtout,  surtout qu'ils ne nous piquent pas le nom de Parti Communiste Français.... je pense qu'il va falloir être vigilant sur cela au congrès....

entre un PS strauss kahn rocard et bataclan, un parti de gôche qui n'existe pas encore un modem etc et une direction qui directionne toute seule et sans boussole par dessus le marché...

On est bien parti ....

bon voilà cela va mieux en le disant.

salut à vous tous...