Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Amendement proposé par Patrice Leguérinais

17 Novembre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Dans le cadre des propositions d'amendements, je vous envoie celui que je vais proposer à ma conférence de section:

Remplacer la section de la base commune concernant "la crise d'alternative à gauche" par le texte ci-dessous:

La crise d'alternative à gauche.


L'objectif principal du Parti Communiste est de combattre le capitalisme, de participer à son renversement. En d'autres termes, le cœur de l'activité politique du PCF vise à substituer à l'économie de profit un système centré sur la satisfaction des besoins sociaux : le socialisme. A l'heure où la crise de ce système met à l'ordre du jour chômage et reculs sociaux radicaux pour la majorité du monde du travail, rien ne saurait être plus urgent. En ce sens, le Parti Communiste est et demeure un parti révolutionnaire.


De ce point de vue, nous ne pouvons que tirer un bilan négatif de notre participation aux gouvernements de la « gauche plurielle » (1997-2002). Honnêtes gestionnaires d'un capitalisme en crise récurrente, ces gouvernements ont un bilan dont aucun communiste ne peut se revendiquer. Il suffit de rappeler qu'ils ont mis en œuvre un programme de privatisations sans précédent.


C'est pourquoi les communistes affirment qu'il ne saurait être question pour eux de rééditer l' expérience de la Gauche Plurielle. Le seul gouvernement auquel puisse participer le parti communiste est un gouvernement populaire, dont le programme, élaboré à l'avance, se prononcerait pour des remises en causes significatives des mécanismes de l'économie de profit, seul moyen de préserver les acquis de l'immense majorité des salariés, de la population laborieuse.


Sans qu'il soit possible ici de tout décrire indiquons qu'un tel gouvernement, anticapitaliste par nature, prendra des mesures de transformations économiques et sociales radicales : nationalisation des industries-clé (notamment le secteur financier), remise en cause du libre-échange, autrement dit de la mise en concurrence des travailleurs d'Europe (monopole du commerce extérieur). Parallèlement ce gouvernement procèdera à la réorganisation économique du pays, afin de le faire fonctionner non selon les exigences du Capital financier mais selon les besoins de la majorité des salariés, des jeunes, des retraités. Évidemment, un gouvernement populaire romprait immédiatement avec des institutions comme l'Union Européenne, l'OMC et tutti quanti.


A l'heure actuelle, il est évidemment impossible de donner les contours exacts d'un tel gouvernement, on est dans l'obligation d'en rester au niveau qualitatif. Ceci étant, le PCF est évidemment disponible pour débattre de ces objectifs avec toute formation partageant cette approche.


Précisons tout de suite que le MODEM - authentique parti de droite « relooké » et que nous combattons - ne fait pas partie de la liste de telles formations.


Il faut aussi indiquer qu'à cette étape, les débats internes au PS ne prêtent guère à l'optimisme. On sait que l'aile droite de ce parti, celle qui porte une responsabilité écrasante dans le succès électoral de Sarkozy, a vu son poids se renforcer. Nul doute qu'elle va accentuer sa pression en vue de liquider le peu de traditions socialistes qui persistent au sein de ce parti.


En tout cas, une chose est certaine : qu'on ne compte pas sur les communistes pour participer à un gouvernement tel qu'on l'imagine dans les sommets du PS. Le seul auquel nous pourrions participer est un gouvernement dont la politique rendrait envisageable la satisfaction des aspirations qui montent du monde du Travail.


Bien évidemment, ceci ne signifie pas que nous renoncions à toute relation avec le PS ou toute autre formation se situant sur le terrain du monde du Travail. A l'heure où le Capital se prépare à une offensive anti-sociale d'une violence inédite, le rôle des communistes est d'être au cœur de la résistance à ces offensives, de réaliser l'unité la plus large sur cette base.


Reçu de Patrice Leguérinais le 16 novembre 2008


PS de GQ : je suis d'accord avec l'essentiel , mais je pense que pour qu'un amendement au texte 1 puisse peser, il faut s'attaquer à un problème litigieux à la fois : ainsi l'Union Européenne, et l'identité révolutionnaire du parti devraient être réaffirmés ailleurs.



 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article