Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pasquale Noizet pose sa candidature au CN du PCF

18 Novembre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008


Candidature au Conseil National du PCF

Pasquale NOIZET - Née le 16 avril 1954 à Paris -

Profession : réalisatrice et monteuse indépendante


Motivation et éléments biographiques destinés à mes camarades


 Exclue du système scolaire à 15 ans, je me suis lancée dans la vie avec une formation technique en secrétariat, qui ne correspondait pas du tout à mes désirs. Je ne me suis pas découragée, et je me suis construite  petit à petit une expérience professionnelle et artistique dans des domaines variés s'inscrivant dans une démarche marquée notamment par l'expérimental. Ayant été aussi comédienne et metteur en scène,  je suis en capacité de communiquer et d'exercer des fonctions de directeur artistique. Je ne suis nullement intimidée par les gens des médias, les gens « importants », les gens célèbres, ou tous ceux qui pensent l'être.  J'ai  repris mes études à 46 ans et j'ai suivi une formation diplômante bac+4 de DEFA, (option développement culturel du territoire...) qui m'a permis d'exercer des fonctions de chargé de mission auprès des élus du XXème, où au contact du public j'ai découvert l'étendue de la précarité qui peut exister dans un quartier comme le nôtre, les problèmes du logement et du handicap. J'ai compris en étant à leur écoute, la grande solitude voire le sentiment d'abandon que peuvent vivre des gens que l'on croise tous les jours dans la rue. J'ai aussi découvert la situation scandaleuse de l'Afrique, où j'ai voyagé pour l'organisation du festival « Belleville milieu du Monde » que j'ai organisé de 1993 à 1997 (entreprise qui m'a valu d'y laisser ma chemise!).

 Sur le plan politique, j'ai longtemps été de sensibilité « anar » et j'ai été une révolutionnaire autonome durant les années soixante-dix. J'ai adhéré au PCF en 2004 après un passage chez les Verts (2001-2003) où j'ai été membre de l'équivalent du CN chez nous. J'ai quitté ce parti qui commençait sa dérive droitière et libérale, par opposition aux clans et aux tendances qui résumaient la vie interne de cette organisation.  J'ai conservé une sensibilité écologique. Mais depuis l'époque où je vendais l'Huma sur le marché de Saint Ouen avec mon grand père et ma grand mère, militants communistes et résistants, j'ai toujours été révoltée par l'injustice, et déterminée à agir contre elle. J'ai graduellement pris conscience de la nécessité d'une organisation politique structurée pour atteindre des objectifs concrets, et j'ai aussi compris que la justice sociale, et la survie de la planète ne pouvait être obtenues que par le socialisme.

Pour moi le PCF est le parti de lutte des classes qui parviendra à cet objectif en portant au pouvoir la légitimité des classes exploitées. Au PCF, après avoir soutenu la candidature de Marie George Buffet, et participé activement à son comité de campagne, j'ai conclu de cet échec qu'il fallait réexaminer le discours, trop démagogique et pas suffisamment révolutionnaire, et  les stratégies du 33ème congrès. Pour la préparation du 34ème congrès, j'ai activement participé aux débats (y compris celui de Tour) et je  me suis ralliée aux positions défendues par le troisième texte, « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps », notamment celles d'André Gerin. Je ne suis pas d'accord avec l'idée que le CN doit être une simple chambre technique, et je pense que les sensibilités réelles du parti doivent y être représentées, sans pour autant devenir des tendances avec des luttes de chefs mais je suis pour une exigence de la démocratie qui se concrétise dans les actions internes de notre parti. Je voudrais représenter non seulement mes camarades et amis du XXème arrondissement, mais aussi tous ceux qui dans toute la France, les 25% de communistes qui ont exprimé un vote pour le texte 3. Je voudrais particulièrement que le parti renoue des liens avec les organisations révolutionnaires et communistes du monde, qu'il se porte observateur dans des congrès d'autres partis à l'échelle internationale. C'est le moindre que nous puissions faire pour nous faire notre propre idée des autres partis communistes et progressistes et en faire état à nos camarades. Je suis pour un parti ouvert sur le monde sans ostracisme, sans démagogie, qui s'affirme sur des positions communistes sans remettre en question son identité à chaque instant, car ainsi il risque d'oublier les raisons même de son existence c'est-à-dire, changer radicalement la société.

 J'ai réalisé une centaine de vidéos (interviews, reportages) pour la section du XXème (cafés politiques, législatives), pour le comité de campagne de Marie George, et pour les camarades qui ont produit le texte de congrès « faire vivre... ». En décembre 2007, j'ai réalisé avec la participation de nombreux vétérans du parti et grâce au soutien de camarades, le film « Si l'écho de leurs voix faiblit », présenté devant de nombreux militants, au siège de notre parti, place du colonel Fabien. Je viens de réaliser à la demande du conseil de quartier de Belleville un film à partir d'un micro trottoir, un second est en cours.

J'ai animé pendant plus de trois ans les cafés politiques du XXème arrondissement sur les sujets les plus divers et avec une totale impartialité (parmi les invités pour ne citer que ceux là : Yves Dimicoli, Pierre Zarka, Jean Lojkine, Francis Parny, Daniel Rome, Jacques Daguenet, Denis Durand, Alain Morin, Véronique Sandoval, Dominique Bari, Pierre Mansat, Danièle Simonet, Charb, des représentants de RESF, la CGT, les grévistes sans papiers, des spécialistes du Tibet et de la Chine, etc) et j'ai été membre assidu du Conseil Départemental  de la fédération de Paris. J'aimerais porter haut et fort le message du grand parti populaire et révolutionnaire moderne auquel j'ai l'honneur d'appartenir, le Parti communiste français, et je suis prête à y consacrer une bonne part de mes disponibilités.

 Par mon expérience variée, je pense pouvoir apporter au PCF une approche dynamique, et cohérente avec ses fondamentaux.  Défendre les classes populaires me ramène à mes attaches familiales de gauche. Issue d'une famille dite de « français moyens », de Saint Ouen (père comptable à la Régie Renault, mère aide soignante).  Dès l'âge de 18 ans j'ai exercé de  nombreux emplois du secteur privé avec le vif sentiment d'être plus une femme exploitée qu'une travailleuse au service du progrès de la société. Ces emplois le plus souvent intérimaires allaient du secrétariat à la restauration. Je les ai exercés tout en persévérant dans ma démarche de formation au théâtre et au cinéma.  C'était avant de devenir réalisatrice et d'organiser un festival pluriculturel à Belleville. J'ai élevé deux enfants, l'un est éducateur, l'autre étudiante en master d'Histoire.

J'ai l'honneur de proposer ma candidature pour le Conseil national du PCF avec la conviction de pouvoir y jouer un rôle constructif et créatif qui va dans le sens de l'attente de renouvellement et de redynamisation de notre parti.

Pasquale Noizet, 10/11/2008



Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jules Molina 16/01/2009 10:11

Bravo Pasquale et merci pour ton dévouement.Ne te laisses pas décourager. La cause en vaut la peine !fraternellement

gilles questiaux 18/11/2008 10:19

A quand la profession de foi et la biographie des autres postulants au CN? Sans parler de ceux qui en font déjà partie?

gilles questiaux 17/11/2008 02:17

La démarche de Pasquale de publier sa candidature au CN fait écho à celle d'André Gerin, qui a annoncé depuis mars dernier qu'il était candidat au secrétariat national. C'est une exigence de démocratie. Veut-on vraiment nous faire croire qu'on arrive à une responsabilité nationale sans l'avoir voulu? Si tel est le cas, je crains que ce soit au titre d'homme de paille.Je soutiens donc la démarche de Pasquale et j'espère qu'elle fera école et que nos candidats si modestes et prudents publieront eux aussi leurs intentions, leur biographie et leur profession de foi.

Pasquale Noizet 14/11/2008 14:07

Chers camarades,Je tombe le cul par terre !Qu'une camarade qui dénonce et agit conformément à ce qu'elle critique, qui milite dans son parti et qui est toujours présente et dit ce qu'elle a à dire (récemment en réunion de CD où j'ai défendu les 51 suffrages exprimés et bafoués du 15ème) soit qualifié de vouloir "lutter pour une place et non pour une classe" me sidère ! Tu préfères, camarade, laisser les places  à ceux qui veulent une autre force. Tout ce que nous aurions dit ou fait ne vaudrait donc rien? J'ai le souci de présenter une "profession de foi" auprès de mes camarades ce qui ne se fait pas généralement pour ce type de démarche car entrer au CN cher camarade ça commence par la COOPTATION (et ça ne semble donc pas te déranger outre mesure?) . Je ne suis pas frileuse, et ma lutte interne purement POLITIQUE je compte bien la mener en dépit de tes remarques désobligeantes et incohérentes. Je veux représenter les 25% qui qui ont voté notre texte et les 15% qui ont voté pour le texte revendiquant une pensée marxiste toujours en phrase avec notre idée du communisme. Ce n'est pas en comptant les points, de l'autre côté de la rue que l'on change quoique ce soit. C'est à la base et dans les instances de notre parti et en particulier dans cette période charnière où l'avenir de notre parti est en jeu. ALors pas de frilosité camarade, allons y c'est le moment! D'ailleurs j'accepte des messages de soutien.

gilles gourlot 13/11/2008 14:32

Je soutiendrai la candidature de Pasquale.Pour ma part ce qui me désole en ce moment c'est justement la frilosité de nombreux communistes de la base a s'engager ou se réengager dans les exécutifs. Les doutes et le découragement consécutif de la stratégie d'éffacement du parti mis en place par les directions actuellles en sont responsable en grande part.On se plain beaucoup par ailleur de ne pas avoir une représentation comportant suffisamment de camarades issus de la "diversité" ou de la "classe ouvrière". Il appartient a ces camarades qui ne sont en général ni des "pisse copie" ni des " beau parleur" de se départir de leur timidité et de sortir du rang sinon ils faudra qu'il se contentent de laisser leur place a des techniciens de la politique ou a des "faire valoir" montés en épingle par les direction sortante s'autoreproduisant.