Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Accélération dans un virage à droite = perte de la direction

8 Novembre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

alain girard 8 novembre 2008 à 2:21 (commentaire sur l'article de D Bleitrach)

Nous retrouvons le fil conducteur de Bouge l'Europe avec la mutation qui au fil des congrès en arrive à la dissolution.La chose est pensée, articulée de l'intérieur du parti et de Fabien et cela depuis 1920 puisque je suis convvaincu que depuis sa naissance notre parti avait en son sein une fraction social-démocrate, cela n'engage que moi.

La poursuite de la liquidation du parti s'est amplifiée sous la conduite de notre timonière MGB qui avec Cohen-Seat, entre autres, mirent en place ou plutôt fabriquèrent des collectifs anti-libéraux censé dépasser la forme parti et enclencher la divine métamorphose. Echec patent, latent, l'électorat communiste ne suit pas, les militants contemplent les mutachos et sifflent le fin de la récréation, ils sauvent le parti, ses immeubles, ses permanents dans un redressement électoral aux législatives et mieux encore aux municipales, ne perdant que là où ce parti a déjà jeté, le gant, la baignoire, l'eau, la savonnette et le bébé. Le 93 est ravagé par le PS, Montreuil, Pierrefitte, Aubervilliers et même Calais avec son premier adjoint socialiste passé à l'ennemi.
Disciplinés mais pas trop, les militants font pan pan cul cul à Cohen-Seat, Dartigolle et Vieu, brisant le miroir aux alouettes de ces play boys et cocogirl sur le retour prématuré.

Les décolletés profonds des 3 ne suffiront pas à retourner la salle en décembre à la Défense qui n'a jamais si bien porté son nom.

Défense de toucher au parti et le Bessac, porte flingue de MGB d'entonner le couplet; vous avez voté, on s'en tape et moi boule à z je vous le dis, le changement de nom on en recause.La salle hurle,au risque des plumes et du goudron la direction recule mais les regards en disent longs.

K.O technique, dartigolle titille son bouton de chemisier, Vieu se noie dans son opulente poitrine et Cohen-Seat s'affaise dans son coin, comm ces gâteaux à la crème à la date périmée depuis...
MGB empoigne le micro et vole au secours de sa nichée, bing, bang,hop annulée le reste d la journée , vous rentrez maisons, moi m'occuper de tout.

Et elle s'occupe MGB, un jour elle annonce son départ, le lendemain elle part plus, certains se lamentent pour elle, la pauvresse elle déprime alors qu'en fait la manipulation affective bat son plein.
Dépités et battus les mutachos se rabattent sur l'Huma qu'ils parviennent à ruiner en un temps record en vendant notre immeuble à des sans sous. Nouvel acte de bravoure des militants, ils passent à la caisse, assurent l'emploi d'un Laurent et de Le Hyaric qui échappent à un illusoire reclassement sur les chaînes de Citroen Aulnay.

Pendant ce temps la social démocratie pédale dans le combat de chefs et finit sa mue démocrate ouvrant le champ à la social démocratie de gauche de Mélenchon, Beancenot ces partenaires particuliers de MGB du temps des divins collectifs neuneu.

C'est sans doute là que les trois ont ratifié, sous des formes différentes, leurs ralliements à l'Europe, celle du capital à aménager et à ménager.

Trotskisme ayant ceci de commun avec les mutachos, l'anti soviétsme mâtiné d'anticommunisme, le rejet de solutions nationales à la crise du capital, le report d'un changement de société au tous ensemble, en même temps et pas au même endroit et partout, c'est à dire nulle part et jamais.


Les stratégies, les organisations qui se mettent ou tentent de se mettre en place sont celles qui aboutissent de manière irrémédiable au rejet de l'idée même d'un socialisme possible.


Etrangement il est pensable de demander à Mélenchon de devenir communiste, d'aller au bout, mais non c'est nous qui devrions devenir sociaux démocrates pour pousser leur logique au bout, roue de secours du capital et de la bourgeoisie face à un PS qui défaille.


La direction du PCF a t'elle pour autant carte blanche, je ne le pense pas et le vote dit majoritaire de la base commune est tronqué, vous le savez, nous le savons, la base commune n'a du son salut qu'aux votes téléphoniques, aux procurations, à ceux qui ignorent tout de leur appartenance au PCF. Alors en face, c'est la victoire perdante, urnes à double fond qui fait craindre la lame de fond, du bon fond, celui qui constitue le socle, les militants.

Gayssot est envoyé au feu, il y laisse ses bretelles, le tour de Wurtz l'inaudible, le lustreur de maroquin européen, le bide.

Arrive Cohen-Seat, gavé de carotène , il irradie le soleil, tu le regardes tu bronzes. Sa sénatrice d'épouse est là, sous son nom de jeune fille, suivi de l'Auguste qui est passé en justice pour avoir aidé, le mot est fort, un sana-papier mais qui se voit déjà au Père Lachaise auréolé de nos drapeaux, donc la nouvelle vague est lancée, réintroduisons le changement de nom et de structures pour le congrès.

Stupeur des communistes de la base commune, l'un d'eux ne cachera pas sa colère au comité de section de ma ville et lorsque j'ai proposé le rassemblement des communistes de la base commune et des tes textes alternatifs, nous avons été unanimes...

Cela est dans ma section mais je crois que la direction accèlère le rythme, non pas parce qu'elle se sait gagnante mais bien parce qu'elle se sait battue, ajoutons à cela des grosses sections qui exigent la modification de la base commune et des changements de directions et vous avez les ingrédients pour une victoire de classe.

Il n'est jamais bon d'accélérer dans un virage, même de droite, on peut y perdre le contrôle de la direction et se prendre un mur.

Que veulent les communistes du PCF aujourd'hui et c'est bien cela qui est la clé de tout.
Ils veulent le PCF, leur parti celui de tous les combats.

Ils veulent un parti communiste autonome, celui qui sait s'unir sans perdre ses couleurs.
Ils veulent une organisation qui donne les moyens idéologiques, pratiques pour affronter notre vieil ennemi, le capital.

Un parti communiste autonome avec son organisation voila ce que veulent les communistes et gageons qu'en tendant la main à toutes celles et ceux qui aspirent au socialisme, sauront se rassembler, dès lors, tout le bon est possible, de l'autre côté des mers ils disent: socialislo o muerte ! Et ils bâtissent le premier, ce qu'ils font, nous le pouvons.

Yes we can !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel Pascal 09/11/2008 07:34

Rien à ajouter. C'est clair, c'est net, c'est sans bavure.Merci camarade.