Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pasquale Noizet recommande une analyse de Danielle Bleitrach

18 Octobre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Economie

Extrait d'un article écrit par Daniel Bleitrach "la crise financière pour les nuls, par une nulle..." et publié le 11 août 2007 dont voici le lien (pour le lire en entier) ci dessous l'extrait qui pour moi est le plus facile à comprendre (la nulle que je suis en économie ;-)

http://socio13.wordpress.com/2007/08/11/la-crise-financiere-pour-les-nuls-par-une-nulle/

Bonne lecture

Pasquale

"A travers les bourses et la financiarisation de l'économie nous avons une extension planétaire du « Carry trade », de quoi s'agit-il ? Tout simplement de jouer sur la différence du coût du crédit dans une place pour investir dans une autre avec l'argent emprunté ailleurs. Ce qui se combine avec les LBO, a crédits servant pour des opérations de rachat par endettement ("leverage buyout", LBO)..

Le carry trade  consiste à jouer sur les monnaies et les taux d'intérêt de pays à pays, le Japon vers un autre pays puisqu'on on emprunte de yens à un taux d'intérêt de 0,5% pour investir par exemple en Nouvelle Zélande où les taux d'intérêt sont à 8% ou on achète des bons du trésor etasunien. Ce qui fonctionne bien tant que le yen baisse, mais si le yen monte et tout indique qu'il est parti à la hausse, cela peut aboutir à des pertes énormes. Autre facteur d'inquiétude actuel. (4).

Mais la carry trade joue également dans l'utilisation des fonds empruntés toujours  au Japon, qui a joué ces dernières années un taux d'intérêt quasi inexistant, pour être placés  dans des obligations à haut rendement (CDO et CLO). On emprunte à crédit pour acheter des entreprises et revendre aussitôt.

Nous avons donc une économie de casino qui engendre des phénomènes spéculatifs, mais cette spéculation n'est pas purement virtuelle, elle repose dans tous les cas dans sur un renforcement de l'exploitation, un accroissement monstrueux des inégalités au niveau planétaire.

Spéculation et hauts rendements

Comment créer de hauts rendements ?  Il y a  les entreprises que l'on restructure, dont on gonfle les performances pour les actionnaires boursiers. Un exemple récent, la multinationale anglo-hollandaise Unilever annonce une augmentation de 16% de ses bénéfices au second trimestre 2007, et elle annonce dans la foulée la suppression de  20 000 emplois dans le monde - 11% de ses effectifs -, dont la plupart en Europe. C'est un mécanisme bien connu décrit par une dépêche de Radio Canada : "Unilever (...) prévoit que ses bénéfices continueront d'augmenter à la suite des suppressions de ces emplois. Les investisseurs ont très bien accueilli l'annonce de ces mises à pied qui réduiront les coûts et feront augmenter les profits. effectivement cette annonce a propulsé l'action d'Unilever en hausse de 8 % à la Bourse d'Amsterdam.Chacun mesure bien ce que cet exemple devenu système signifie de surexploitation, de délocalisation, et donc qu'au bout de la chaîne de ces prédateurs il y a le

chômage, la précarité, et même le suicide des salariés. Ou comment l'économie virtuelle financière gouverne l'économie réelle que l'on prétend aujourd'hui en bonne santé et donc susceptible d'amortir la crise financière. sans doute comme la stagnation des salaires liée à la hausse des taux d'intérêt et à la déprime du marché mobilier développent "la paupérisation" du "propriétaire", en fait simple métayer par endettement. Ca c'est pour l'économie réelle, celle dont Bush et Sarkozy prônent "la santé" et invitent par des "cadeaux fiscaux à la confiance"."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article