Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Préambule du texte alternatif commun(attention il arrive aujourd'hui!)

6 Octobre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Le 3 octobre, les participants à l'écriture du texte commun - Caroline Andreani, Marie-Christine Burricand, Emmanuel Dang Tran, Alain De Poilly, Jacques Desmoilins, Jean Miaille - se sont rencontrés à l'Assemblée nationale pour la troisième fois.

Compte tenu de la position de la Fédération du Pas-de-Calais qui n'a pas souhaité s'associer à la démarche commune et préfère s'exprimer sous la forme d'une motion, une discussion s'est engagée sur l'opportunité ou non du texte commun.

L'engagement pris à la Fête de l'Humanité étant d'aboutir à ce texte, les participants ont pris les décisions suivantes :

-    un texte sera proposé à la signature des communistes à partir de lundi
-    un rendez-vous de principe est pris pour vendredi matin déposer officiellement le texte avec les signatures au siège du Pcf.

Dès samedi 4, le préambule qui explique la démarche est adressé aux communistes avec un appel à signatures.

Caroline Andreani


caroline.andreani@wanadoo.fr

04/10/2008

Le texte et les signatures (avec état civil, renseignements divers, et indication du lieu d'organisation dans le parti) doivent être déposés le vendredi 10 octobre. Il faut donc les faire parvenir le plus vite possible aux rédacteurs :

adresses mail : <pcf.venissieux@wanadoo.fr>; <pcf15@wanadoo.fr>;Gauche communiste du Pcf <gauche.communiste@yahoo.fr>


FAIRE VIVRE ET RENFORCER LE PCF, UNE EXIGENCE DE NOTRE TEMPS (titre provisoire)

Nous avons une conviction : faire vivre et renforcer le PCF est une exigence de notre temps.

C'est le mandat clair que se sont donné les adhérents du parti lors de l'Assemblée nationale extraordinaire de décembre 2007. Ils ont rejeté l'hypothèse de remettre en cause l'existence du PCF, de le transformer jusqu'à le « dépasser » dans la prolongation des choix stratégiques des derniers congrès.

L'avenir du PCF est aussi la préoccupation d'un très grand nombre de communistes qui se retrouvent aujourd'hui sans carte, de salariés, de jeunes, acteurs de l'intensification de la lutte des classes. Ils savent que le PCF est le seul parti politique qui a donné les moyens au monde du travail, au peuple de combattre efficacement la domination capitaliste en France.

Devant les ravages de la mondialisation et de la crise du capitalisme, l'accélération de la politique de casse sociale et démocratique dans notre pays, la menace renouvelée de guerre impérialiste, la raison d'être de notre parti est plus actuelle que jamais : porter une perspective révolutionnaire de rupture avec le capitalisme, le socialisme, la traduire en propositions et actions concrètes, permettre l'intervention politique organisée et directe des travailleurs.

A tous les communistes, au monde du travail, à tout le pays, le 34ème congrès doit donner un signal fort : celui du redressement idéologique et organisationnel du PCF.

Le projet de base commune proposé par la direction sortante du Parti ne répond absolument pas à ces exigences.

Militants communistes, responsables de cellule, de section, de fédération, nous considérons que le texte de la direction sortante n'est pas amendable parce qu'il y manque l'essentiel. Nous refusons un congrès qui laisserait un chèque en blanc à la future direction sur les « transformations » à accomplir.

Voilà pourquoi nous avons jugé nécessaire en vue du 34ème congrès comme pour l'avenir du parti de déposer un texte alternatif au projet de base commune proposé par la direction sortante.

Le texte commun sera disponible à partir de lundi 7 octobre.

PS il sera bien disponible le 7, mais c'est mardi! il circule déjà sur le net sous une forme finalisée à 99%, mais nous attendons la version définitive pour lemettre en ligne.




Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Eric 07/10/2008 23:39

Jacques,J'aurais envie de te dire que ta place est bien sûr à nos côtés, pour  qu'ensemble nous puissions travailler à refaire - ensemble - le grand parti communiste dont nous avons tous besoin.Plus que jamais, aujourd'hui !Fraternellement,

Tourtaux Jacques 07/10/2008 20:00

Vous pouvez être presque tous fiers de vous. Tous pour uns, tous contre un. Je maintiens ce que j'ai dit mais, détrompez-vous, je n'adhère plus à aucun mouvement, les années de militantisme, ça use et quand je vous lis, pas de doute, c'est comme avant que je ne quitte le parti, rien n'a changé. Quand à mon retrait du parti, je me suis déjà douloureusement expliqué là-dessus. Je ne porte pas de jugement mais, j'ai l'habitude, contre vents et marées de dire ce que je pense. Vous n'avez pas compris que pour les pauvres gens qui eux, ne font pas de politique parce qu'ils sont englués dans leur misérable vie quotidienne, les choses ne peuvent plus attendre. Vous pensez peut-être que cela peut encore durer des années ?Assez de suicides, assez de drames, voilà mon cri du coeur, est-ce si dur à comprendre? Est-ce défendu de s'exprimer pour que cesse ces gestes désespérés ? L'espoir n'est-il pas justement d'avoir un grand PCF qui soit suffisamment crédible pour peser et imposer un certain rapport de forces favorable à la classe ouvrière ? Lorsque j'ai adhéré au parti, il représentait tout pour moi. C'est-à-dire un moyen d'expression, un levier pour lutter contre les injustices, pour un monde meilleur. Je n'ai pas souvenance qu'à l'époque, les militants partaient battus. Un Henri Martin, un Alban Lietchi, un Henri Alleg et tant d'autres anonymes camarades, jamais aucun ne partait battu. Voilà ce qui, entre autres, m'a fait bondir. Je sais le travail que vous effectuer et je l'ai déjà précisé dans mes articles dans lesquels il ne se passe quasiment pas un jour sans que je n'assène des coups à notre adversaire de classe commun. Alors voir de la violence, de la haine, des propos déplacés dans mon commentaire démontre que vous ne me lisez pas souvent, sinon, il y a belle lurette que vous auriez vu que la violence et la haine ne sont réservées qu'à nos pires ennemis.Se contenter de faire 25%, c'est s'avouer vaincu. Puisque vous ne voulez pas croire à l'échec de l'équipe dirigeante en place, qu'allez-vous faire si celle-ci est reconduite ?Dire que les mails ne sont pas toujours à la hauteur de la personne qui les écrit... Pourquoi penser que votre choix politique n'est pas le nôtre, le mien. Pourquoi penser et répondre à la place des intérressés ? Fraternellement.Jacques Tourtaux  

gilles gourlot 07/10/2008 17:46

je ne sais pas si on va gagner ( dailleur sagit 'il d'un jeux?) mais une choses est sur c'est qu'on ne repartira pas sans rien!on est venus pour du beefsteack on repartira pas avec des aricots!

xav 07/10/2008 14:23

Bien, le texte arrive aujourd'hui. Mais à quelle heure dois-je mettre mon réveil (communiste)? FarternellementXav

Eric 07/10/2008 12:28

j'espère que nous aurons réussi à rassembler une majorité de communistes qui cette fois auront compris les enjeux", je trouve ces paroles méprisantes au regard des camarades que tu toises de haut et, si je suis ton point de vue et bien, au 35ème congrès, tu n'auras plus que tes yeux pour pleurer parce que de nombreux camarades auront de nouveau quitté le partiA Jacques Tourtaux (entre autres...) Tu fais partie de ceux, je crois, qui ne croient pas que l'on puisse reconquérir le PCF. C'est ton droit.Cette reconquête du PCF peut être plus ou moins rapide, s'accélerer ... (je pourrai développer pendant des pages) On ne sait pas précisément quel sera le rapport des forces au congrès. On espère tous ici qu'il sera le plus possible en faveur de notre texte, qui rassemble l'essentiel des forces organisées qui s'opposent à la dénaturation et à l;a liquidation du PCF.J'ignore quel est ton "pedigree" pour user d'une telle violence à l'égard d'un ou d'une de mes camarades, mais je tiens à te dire que c'est cela (séparément ou parfois tout à la fois, cette violence, cette haine, cette condescendance ou ce sectarisme) qui produit du découragement et de la désespérance, pas la lucidité sur le rapport des forces actuels dans le PCF.Personne ne toise personne, ici, en tout cas pas les animateurs de ce blog, dont je ne fais pas partie. Nous sommes des communistes qui cherchons à sauver et à faire vivre notre parti.Que toutes celles et tous ceux qui, de l'extérieur, nous donnent des conseils sur ce que nous devrions faire, ce que nous devrions dire pour ce congrès, se posent simplement la question : que puis-je faire, moi, pour contribuer à contruire ce parti dont on a tous besoin, face aux ravages du capitalisme, à sa violence, à ses guerres, ses crises, dont les premières victimes sont les travailleurs et les plus précaires d'entre nous ? J'en connais certains que j'admire pour la qualité de leur travail, leur approche des choses, leur intelligence et surtout le fait qu'ils ne se posent jamais en donneurs de leçons à notre égard (je ne citerai personne de peur d'en oublier mais certains de ceux qui pourraient à tous égards nous donner des leçons, se gardent bien de le faire ...)Sur l'action, je crois, modestement, que nous sommes quelques uns (quelques milliers, je pense) à n'avoir aucune leçon à recevoir de quiconque. Nous faisons notre travail de communistes, en conscience, parfois difficilement, contre certains de nos dirigeants, souvent sans eux ... mais nous cherchons à convaincre, à rassembler, à agir, là où nous sommes, du mieux que nous le pouvons, parfois maladroitement, mais avec les difficultés que j'ai évoqué plus haut et parfois avec quelques succcès aussi.Vous savez, tous, que la solution, ce n'est pas de quitter le parti - quel bilan, depuis 10 de ceux qui ont fait ce choix ? Poser la question, c'est y répondre ...- alors, c'est difficile, oui, les situations ne sont pas les mêmes, d'une section à une autre, les parcours personnels non plus, mais, de grâce, respectez notre choix politique, même si ce n'est pas le vôtre !Dernier mot, la fraternité entre communistes cela n'est pas secondaire, ni accessoire ... en toute franchise, mais fraternellement,