Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pourquoi une liste alternative au congrès du PCF dans le XXème? suite.

8 Octobre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Le projet de liste alternative au congrès du XXème a été présenté en CE le16 septembre. Certains camarades ont élevés des objections à la demande que nous avons faite d'organiser une réunion d'information dans le local de section, demande qui a été repoussée à 8 voix contre 6 et deux abstentions. Ce refus n'est pas cohérent avec l'acceptation de la diffusion du projet et du texte qui l'accompagne à tous les communistes du XXème.

Je crois qu'il est temps de mettre cartes sur table : on ne peut pas se revendiquer de la démocratie, et tout faire pour que le débat aboutisse à ce qu'il n'y ait qu'un texte, qu'une liste, et aucune alternative au moment du vote. Les votes à 99% ont contribué pour beaucoup au discrédit et à l'incompréhension à l'extérieur des expériences socialistes réelles. S'il y a une leçon à retenir de l'histoire des pays socialistes, c'est bien la nécessité de la présence à tous les niveaux d'une alternative politique, et le fait que les choix de personnes soient liés à des choix politiques, et non le résultat de je ne sais quelle pondération entre des "sensibilités" ou des clans qui sont de plus sensés ne pas exister. Il faut que les camarades se déterminent politiquement et non émotionnellement, qu'ils soient guidés par leur jugement politique, et non la sympathie ou l'antipathie. Si nous voulons que notre parti vive nous devons avoir conscience du fait que le temps de l'unanimisme de façade est révolu.

Le secrétaire de section a essayé de jouer sur l'affectivité en se déclarant "déçu" par la présentation de notre liste et a affirmé sans préciser exactement ce qu'il voulait dire par là, qu'il redoutait une évolution qui aboutirait à des situations que connaissent d'autres partis. Il semble singulièrement mal informé sur l'état actuel de tension entre membres du CN.  Et avant d'être condescendant sur la situation interne d'autres partis, il devrait se poser la question : lequel, par la faute de sa propre direction, s'est retouvé à 1,9%? les Verts? la LCR? le PS?

Ce qui doit changer dans le PCF, ce n'est pas son idéologie, sa mission sociologique et politique de représentation des travailleurs, ni son programme historique de transition au socialisme, ce qui doit changer c'est une culture politique qui fait croire qu'une liste qui étouffe les différences aboutit à plus d'unité et à plus d'efficacité politique que le débat franc entre partisans de deux listes différentes ou plus. Il faut accepter l'évidence : deux listes c'est plus démocratique qu'une seule.

Nous devons à Patrice Cohen Seat non seulement les "valises de plomb" mais aussi des statuts qui nous obligent à déclarer notre projet avant la discussion des textes du congrès. En effet ils sont rédigés de telle manière que si nous n'anonçons pas d'avance notre liste nous n'avons pas le temps de faire connaître notre position ni de convaincre les camarades. Tout devrait se faire le jour de la conférence de section? Autant dire que les textes et les candidats alternatifs à ceux défendus par le bureau n'ont pas la moindre chance de succès. Dans ces conditions, à quoi sert-il de voter dans une élection déjà jouée? Même si les débats entre communistes ont toujours été libres et riches de contenu, la concrétisation de leurs choix, surtout depuis le congrès de Martigues, se heurte au blocage des directions qui utilisent les habitudes de travail développées pendant la période du centralisme démocratique, qui continuent de marquer fortement les mentalités, pour discréditer et affaiblir les critiques, même lorsqu'elles reflètent l'opinion réelle des communistes. En résumé, le centralisme est toujours là, mais pas la démocratie. Il faut donc changer de méthode.

Ce n'est pas la première fois qu'une liste d'opposition serait présentée dans le XXème, et obtiendrait des élus. Mais contrairement aux deux listes conduites par Olivier Imbert en 2001 et 2003, elle ne serait pas élaborée dans l'urgence, mais préparée en amont. Une fusion avec les propositions émanant du bureau de section et de ses commissions serait d'ailleurs possible, sur la base de notre texte qui est très court et nous parait assez consensuel (en tout cas pour des communistes). Rappelons aussi la disposition statutaire qui interdit la présence d'un candidat sur deux listes différentes et le soutien apporté par un même adhérent à deux listes différentes. Cette disposition aboutit à rendre presque impossible la présentation d'une liste alternative crédible, puisqu'à la conférence de section, les camarades les plus actifs et les plus connus ont tous été approchés par le bureau, ont déjà donné leur accord, et ne peuvent plus se raviser sans se déjuger ou créer un clash. Notre présentation dès le début de la période de congrès permet aux candidats potentiels, qui hésiteraient entre les deux listes d'attendre le développement intégral du débat pour se prononcer.

Nous sommes encore au début de la discussion et rien n'est joué (et rien n'est joué non plus au niveau national). Mais la proposition ferme d'une liste alternative à celle qui sera proposée par la commission de candidature existe déjà. GQ, 18 septembre 2008

lien au texte politique (bref) et au projet de liste

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gilles questiaux 20/11/2008 23:12

Le congrès de section se tiendra ce week end. On va voir ce qui en sortira. La liste alternative est ... une alternative!

Pasquale Noizet 12/10/2008 14:09

C'est de la pure hypcrisie démago que de dire qu'il faut juger dans un tribunal international (pourquoi pas sur la planète Mars) des golden boys (qui au fond sont des salariés et pas des patrons) et ce, pour ne pas à rendre des comptes sur les conséquences du capitalisme financiers. Que Bové préchi précha claironne dans sa moustache de telles inepties ne m'étonne pas mais que notre secrétaire nationale propose de mettre en réseau les institutions financières publiques comme une aternative à la nationalisation dite "provisoire" me semble aussi n'avoir aucun sens si ce n'est pas accompagné d'un véritable projet porgressiste. Cela apparait comme étant encore une de ces opérations de boutiquiers à la petite semaine! Du replatrage. Les communistes devraient s'arranger avec ce genre d'alternatives altermondialistes ? En quoi cette proposition est-elle marxiste? IL s'agit de boucher les trous dans la barque en posant son cul dessus et chacun son tour? Nous avons une commission économie. J'aimerais savoir si cette proposition vient de cette commission ou si elle sort tout droit du cerveau de MGB et Bové?A force d'aller discuter avec lui et les Verts ça ramoli le cerveau. A quant le show Marie Georges mise en scène par Jean Paul Gaultier sur fond techno pour faire mieux que Ségolène ?

Astrée 10/10/2008 18:22

bah merde, Jo, tu m'as devancée pendant que j'écrivais! lol

Astrée 10/10/2008 17:59

je n'y connais pas grand chose en économie mais ça me semble bizarre de vouloir juger les spéculateurs devant un Tribunal (P? c'est quoi) International...déja, qui sont les spéculateurs? de qui on parle? c'est comme "les patrons": c'est très vague. Ensuite, ça m'a l'air de la même veine que "moraliser" l'économie, attribuer des malus a entreprises qui n'embauchent pas suffisamment..;enfin moi j'appelle ça aménagement du capitalisme, je me trompe peut-être. (et là dessus, je suis d'accord avec l'analyse de la Riposte)Je trouve ça paradoxal de dire "jugeons les spéculateurs!", la bouche en coeur, alors qu'e les mêmes poussent des grands cris effarouchés quand certains communistes proposent de nationaliser les banques (ce serait sovétique, vous comprenez, donc pas moderne, quelle rhétorique!). Je sais pas si vous avez lu la proposition de Marie-George de "mettre en réseau"les institutions financières (institutions qui sont déja publiques, il me semble?), ce qui serait une "alternative à la nationalisation"provisoire (j'ai pas bien compris ce qu'elle veut dire par là. Qui peut m'expliquer?)...ça me heurte un peu....Bon en gros, on reprend les idées des altermondialistes, quoi...les partisans de la décroissance...de l'économie morale. Bref, très catho tout ça.
« Pôle public des institutions financières » pour le PCF, « pôle financier public » pour la CGT et ATTAC, une alternative à la « nationalisation » provisoire à laquelle se cantonne le pouvoir est en train d’émerger. De quoi s’agit-il ? Pour le PCF, qui propose de longue date la création d’un pôle bancaire public, il s’agit de regrouper les institutions publiques et semi-publiques du crédit pour favoriser la lutte contre la spéculation et pour promouvoir les financements d’une croissance de qualité économique, sociale et écologique. La CGT dresse une liste des institutions qu’il faudrait ainsi mettre en réseau : la Banque de France, la Caisse des dépôts et consignation, le Crédit foncier, l’Oséo pour le financement des PME, l’Agence française de développement, Ibufrance pour le commerce extérieur, les Caisses d’épargne et la Banque postale..." (lien au site national du PCF)


Gilles Questiaux 10/10/2008 17:57

Oui mais comme je l'ai fait remarquer à Henri, on va pas envoyer l'OTAN les chercher comme on a fait pour Milosevic. Il a répondu qu'il avait voulu plaisanter. un autre copain, par contre est revenu la dessus, tout à fait au premier degré.