Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Sur la position d'ANR : la base commune est-elle soluble dans le PCF?

28 Octobre 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Note du 28 octobre. aujourd'hui N Marchand et Y Dimicoli font des propositions de cooptation de jeunes camarades (Bessac Lacaze Corbeau) pour le SN du PCF. A mon avis c'est mettre la charrue avant les bœufs, demain on vote! et seul un puissant soutien au texte numéro 3, le texte alternatif commun intitulé "Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps" peut infléchir les débats dans le bon sens, et permettre un renouvellement de la direction qui ne soit pas ou pas seulement un renouvellement "générationnel". GQ

J'ai écrit ce texte le 15 septembre. Maintenant, il y a un texte alternatif commun. Rien ne nous oblige à nous résigner à l'idée que la dérive droitière du parti est inéluctable.

Dans les stands de la fête de l'Huma qui s'est terminée hier soir, j'ai rencontré et discuté avec plusieurs camarades d'ANR qui ont donné leur sentiment sur la base commune et le congrès de décembre. Ils pensent (avec une remarquable identité de vue) que la base commune n'est pas bonne, mais qu'elle représente un progrès par rapport aux intentions liquidatrices de la direction au moment de l'ANE 2007, et qu'elle tient compte de la volonté très majoritaire des communistes de conserver leur organisation et sa pleine autonomie. Les communistes vont donc selon eux massivement se prononcer pour elle, bien qu'elle soit floue, qu'elle pose les jalons pour une nouvelle catastrophe aux élections européennes du genre de "bouge l'Europe", qui en 1999 avait relancé la machine à perdre qu'André Lajoignie avait su enrayer dix ans plus tôt, qu'elle esquive complètement la question du bilan de l'équipe dirigeante, et qu'elle ait été rédigée par des camarades (JF Gau et Pierre Laurent) qui ont de grosses responsabilités dans la stratégie des collectifs et dans son échec, et dont l'engagement contre la liquidation du parti laisse à désirer (pour connaître l'opinion de P Laurent, il suffit de lire l'Huma, qui n'ouvre ses colonnes qu'à la droitre refondatrice ou huiste, et qui boycotte les courants de gauche du parti). Donc pour ANR, dans l'état actuel des choses, il faudrait amender la base commune et l'améliorer, et non présenter un texte alternatif.

A cela on peut objecter, comme l'ont fait certains camarades de la Gauche Communiste rencontrés aussi à la fête, que sans la pression d'une gauche en opposition claire avec les projets de "changement" moderniste, anti ouvrier, antimarxiste que concocte constamment, sondage à l'appui, le groupe dirigeant, le poids et le pouvoir de négociation du réseau ANR dans les discussions de sommet s'amenuiserait considérablement. L'intérêt d'une liste alternative posant clairement l'orientation communiste et révolutionnaire du PCF reste donc entier, même dans le cas où le réseau ANR choisit de soutenir la base commune même améliorée par ses soins. On peut aussi leur dire, comme je l'ai fait : "et après? après on fait quoi?" cette bataille défensive d'amendement ne débouche sur aucun projet clair, sur aucune stratégie pour reprendre la direction du PCF aux postcommunistes et reconstruire le parti. En conséquence la guéguerre et le gâchis d'énergie militante nécessaire pour sauver le Potemkine contre ses officiers va continuer.

Mais malgré leur longue expérience de la vie du parti, je ne peux pas être d'accord avec les camarades d'ANR avec qui j'ai discuté. (Je conseille à ce sujet la lecture adaptée au cas du PCF du nouveau bouquin de Michael Moore "combien faut-il de démocrates pour perdre une élection gagnée d'avance") Leur raisonnement s'appuie en effet sur l'idée que les communistes sont prêts à reconduire triomphalement l'équipe qui nous a mis au 1.9% parce que les rédacteurs de la bc ont farci le texte d'allusion à l'autonomie du parti et qu'il n'y est plus question "d'une autre formation".  Alors que le jour même de la fête, le lendemain même de la diffusion postale de ce document de congrès, MGB relance la gauche plurielle sous réserve de lui trouver un autre nom? Alors qu'on nous refait le coup du sondage et celui de "Bouge l'Europe"? Les camarades peuvent être hostiles aux luttes internes, et avoir tendance en général à faire confiance à la direction, ils ne sont pas dupes, et ils ne peuvent ignorer certaines choses à moins de vivre dans un monde irréel: ces dirigeants sont incompétents, ils s'accrochent à leurs postes sans aucune dignité, on ne peut faire aucune confiance en leurs déclarations parce qu'ils se contredisent tous les jours, et les trois quarts d'entre eux ne sont plus communistes, sauf si le seul sens que l'on donne à ce terme est "détenteur d'une carte au PCF": ils l'ont dit et répété, et c'est Nicolas Marchand lui même qui a founi un travail patient et opiniâtre pour les mettre devant leurs contradictions. Or il n'est pas possible de changer cette équipe (ou d'éviter l'adoubement d'une jeune génération de bureaucrates dont l'expérience de la vie se résume aux tractations de couloir à l'UEC, à la mairie de Paris où à Fabien) sans contester son texte. La manière la plus efficace, la plus économique en énergie militante aussi, de l'obliger à renoncer à son pouvoir sur le parti dont elle n'use que pour l'affaiblir, serait de mettre en minorité son texte, sachant que les procédures de désignation des dirigeants, après le vote de la base commune, sont particulièrement opaques.

Un texte alternatif réunissant les points de recouvrement des divers textes de l'opposition communiste au PCF qui circulent depuis le printemps peut progresser en audience, et peut gagner, parce qu'il aura raison, dans l'analyse de la situation mondiale où l'on voit que l'économie de marché atteint ses limites systémiques, dans l'analyse de la situation politique en France où la gauche est morte, dans le diagnostic des causes de l'affaiblissement de notre parti, qui tiennent à son éloignement des travailleurs et de ses fondamentaux marxistes et léniniste, à titre d'instruments d'analyse du monde, mais aussi de signe clair envoyé à toute la société.

Je soutiendrais donc un texte unitaire alternatif à la base commune. GQ, le 15 septembre 2008

PS : Nicolas Marchand nous a fait parvenir ceci, pendant que nous mettions en ligne cet article. C'est bien, mais à force on risque de tisser une toile de Pénéloppe avec les aveux des liquidateurs.


Bonjour

J'ai trouvé dans la revue de presse de ce matin, cette réponse d'Olivier Dartigolles à un journaliste du site d'information Médiapart (interview de "quatre jeunes cadres" du PCF).  "Il nous faut reconstruire un discours sans rapport avec nos doctrines du siècle dernier, qui serait axé sur un nouveau mode de développement (dans un parti perclus de productivisme), la démocratie participative et l'Europe sociale. On me traite souvent de «réformiste», et j'assume! Je pense que, pour retrouver une place ambitieuse, le PCF doit dire précisément comment il imagine les quatre ou cinq grandes réformes de demain, tout en pensant l'espérance révolutionnaire. " (texte intégral de l'article en pièce jointe) Ces propos d'Olivier confirment, comme le débat sur les amendements au CN, quelques problèmes (de fond, semble-t-il) du contenu du projet de base commune, Merci au "porte-parole" du Parti d'éclairer ainsi le débat de Congrès.

Fraternellement, Nicolas Marchand


lien au texte de base commune avec les amendements proposés par les camarades d'ANR du CN
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
J'ai toujours apprécié et estimé les camarades de l'ANR. Mais aujourd'hui comment les suivre dans une telle galère. Je trouve qu'il prennent la une voie bien peu novatrice. En effet comment aborder les bouleversements économiques en cours en répétant simplement le discourt de la SEF?Comment espérer un changement de cap en refusant de mettre en cause fondamentalement les options et pratiques ayant cours au pcf.Se borner d'aménager a la marge la base commune tout en espérant faire monter je ne sais quel "jeune loup" quel que soit les talents de celui ci, c'est faire le choix du changement dans la continuité.Le pcf doit lors de son congres envoyer un signal fort, un simple ravalement de façade ne suffira point.
Répondre
J
Le camarade Christian résume bien la pensée et le sentiment des cocos surtout les anciens, biberonnés au centralisme démocratique.C'est donc la prime à ceux qui tiennent l'appareil.Et comme Gilles, j'insiste mais "l'analyse Marxiste de la société" on ne la trouve pas à Fabien... Pffff pourquoi en est-on là. Si ça continue, je rends ma carte et j'adhère au PCP, lui au moins, il sait encore ce que c'est de ne pas empapaouter les diptères et de mener un vrai combat de classe, très proche du peuple.
Répondre
G
Cher camarade, tu ne "roules" pas pour un tel ou une telle secrétaire national-e comme tu dis mais tu as bien une préférence? Ou préfères-tu que les factions qui siègent au CN le décident à ta place? En tout cas je peux te réaffirmer que livrés à eux mêmes nos didgeants actuels ne choisiront certainement pas une équipe de lutte des classes. pour eux c'est devenu un "discours dangereux".
Répondre
C
Contribution 34 ème congrès 09/10 /2008-<br /> Le réel nous rappelle aux fondamentaux…..<br /> Je précise d’entrée de jeux que je ne « roule » pour aucune des « écuries » en concurrences ds la préparation du congrès. Car cette culture de fraction m’est étrangère et l’histoire a montré combien elle était contre productive. Je pense en plus qu’elle sclérose et paralyse la réflexion d’ampleur que doivent avoir les communistes dans la préparation de notre congrès.<br /> De mes contacts il semblerait que je sois bien loin d’être le seul à penser ainsi……<br /> Les communistes veulent « rouler » pour LEUR parti et non pour tel homme ou telle femme ou groupe a la pensée « géniale » sauveur du communisme …..<br /> En ce mois d’octobre le réel nous rattrape et montre combien il est urgent de ne pas faire petit bras pour notre congrès et que celui-ci soit vraiment un congrès extraordinaire.<br /> La crise systémique du K qui pour tt communiste ne devrais ne rien devoir au hasard est la et montre combien les producteurs les exploités les jeunes les chômeurs les retraités ont besoin en cette période d’un parti communiste a la hauteur des enjeux capable de mener la bataille idéologique mettant en exergue les contradictions du système et ce que la situation recèle de possibilités et de possibles dans cet affrontement qui s’engage entre le capital d’un coté pour sortir de SA crise et permettre au plus gros d’entre eux de s’en sortir encore plus fort et plus gros demain qu’hier en portant de nouveaux coups aux salariés De l’autre les producteurs et la nécessité pour eux de mettre fin a ce système d’oppression et d’exploitation qu’ils soient actifs chomeurs ou retraités<br /> Cela vient opportunément (ce qu’oublie la base commune texte insipide s’il en est et résultat de compromis bancales entre fractions) nous rappeler que l’essentiel se joue dans la lutte sans merci entre le capital et les producteurs et nulle part ailleurs. Et rappelle a tous que la est la contradiction principale<br /> La crise du K est loin d’être simplement financière elle touche tous les compartiments de la société, les mentalités, les comportements, façonne la vie et les comportements de la société. Créant ce que l’on appelle le sociétale et les problèmes qui en découlent. (Il est de l’intérêt du K de maintenir et de créer des contradictions et des affrontements entre les diverses couches de la société) Loin de moi de mésestimer les problèmes dit sociétaux et leurs résolutions<br /> Il n’en reste pas moins que la contradiction principale le nœud de la résolution de celle-ci ce joue se jouera entre les détenteurs des richesses et les producteurs de celles-ci.<br /> La quasi-totalité des problèmes dit sociétaux découlent de cet affrontement<br /> Cela porte un nom c’est LA LUTTE DE CLASSE qui semble pour certain ds le parti être devenu une obscénité et étrangement absente de la base dite commune….<br /> Oui le réel nous rattrape et exige de nous de tous les communistes de leur parti d’être en capacité de répondre a ce défi qui ns est rappelé en cette fin d’année.<br /> Des possibles et des possibilités existent ds l’approfondissement de l’affrontement capital travail. N’est ce pas vers cela que ns devons tendre toutes nos forces .....<br /> La réalité ne dit elle pas qu’il faut un outil au exploités pour sortir par le haut.<br /> Qui mieux que le PCF peut permettre de faire comprendre la réalité de la situation<br /> Qui mieux que le PCF peut tendre a créer les conditions de l’alliance des producteurs de richesses ds la lutte qui s’accélère contre le capital et sa volonté de pérenniser son système afin de créer les conditions de construire une société ou l’HOMME (au sens générique …) sera au centre de celle-ci .<br /> Une bataille idéologique d’ampleur doit s’engager afin de reprendre la main sur ce terrain.<br /> A l’heure ou bcp pensaient que l’idéologie dominante était durablement vainqueur n’est il pas risible de voir les libéraux disputé au PS la gestion loyale du capital et de vouloir le réguler. Contredisant ainsi ce qu’ils disaient hier<br /> Un boulevard ne s’ouvre t’il pas pour ns ????(ce qui ne veut en rien dire que les choses soient mécaniques …)<br /> Bien sur si nous savons être a la hauteur et répondre au défi qui ns est posé.La porte vers les changement peut s’ouvrir<br /> Cela implique de ne renoncer en rien a l’analyse marxiste de la société.<br /> A etre clair sur la nécessité de s’affranchir des traités européen je ne vois pas bien comment construire une europe des peuple si l’on ne fait pas cela<br /> A être clair sur les nationalisations en tirant toutes les leçons de celle de 81<br /> A exiger haut et fort la nationalisation démocratique du secteur bancaire et de l’assurance pour maitriser l’utilisation de l’argent et faire que le politique reprenne le pas sur la finance.<br /> N’est il pas temps de débattre en grand sur la rétribution de la force de travail (formation d’un salaire, qualification, diplômes, suggestions , pénibilité) montrant ainsi l’escroquerie que représente les actions et autre participations conduisant a l’individualisation….et qui amene certains a troquer l’augmentation de la valeur du point contre cette monnaie de singe et visant a intégrer les salariés<br /> Etre BCP plus ferme et exigeant sur la protection sociale (voir aux states et en Angleterre ou en sont les retraités avec les fonds de pension et ou en sont t’ils de leur système de santé au main du capital…)<br /> Etre le moteur de l’alliance et de la construction du rassemblement nécessaire des producteurs de richesses Construire avec eux les solutions de demain pour s’affranchir de la domination du capital.<br /> Coproduire ne veux en aucun cas dire que le parti est muet et s’en remet a la génération spontanée des masses ce qui est une illusion dangereuse.<br /> Le compte a rebours est commencé il est urgent de ce mettre en ordre de marche<br /> Le congrès doit répondre a ces défis pas par un effacement de notre histoire de notre rôle de notre place.<br /> Mais bien au contraire en affirmant nos fondamentaux notre analyse de classe de la société Non pas en jouant les gauchistes mais en étant un parti clair clairvoyant force de proposition rassembleur sachant construire les alliances et rassemblement sans exclusive que l’enjeu de classe exige ds l’intérêt des exploités et de notre peuple<br /> J’ai la faiblesse de penser que l’aiguisement de la crise du K et l’exacerbation de la lutte de classe qui en découle est pour nous un ultime RDV avec l’histoire alors ne le loupons pas<br /> Christian Forgeot<br /> Section de Vitry sur seine FD du Val de Marne<br />  
Répondre
G
Quelqu'un sait où en est ANR? leur blog est muet depuis le 10 septembre. Je n'arrive pas à croire qu'ils se satisfont de la base commune! Surtout après leurs intervention à l'ANE l'an dernier.
Répondre