Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Courrier envoyé à l'Humanité

13 Août 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Correspondance au PCF


Paris, le 30 juillet 2008


Chers amis et camarades,

Je souhaite répondre à votre appel à sosucription du 21 juillet dernier, et vous adresse ci-joint un don de 100 euros.
Je tiens cependant à vous faire part de mon mécontentement croissant quant au contenu du journal, qui va de pair avec l'évolution connue par le PCF depuis plusieurs années. Il me semble en effet que l'Huma fait le jeu de la dilution du PCF et de son effacement.

Lorsqu'elles concernent les échéances électorales européennes ou l'avenir du Parti, les tribunes libres prennent de façon quasiment systématique le parti soit de la construction d'une nouvelle organisation, soit de fronts électoraux, vus comme première étape de quelque chose de plus structuré, s'ouvrant à ceux que vous appelez des progressistes. Quant aux articles d'actualité, il ne font que peu souvent référence soit à des analyses marxistes, soit
aux positions du PCF (les deux n'étant malheureusement pas nécessairement liées). Les militants communistes se désespèrent d'un journal qu'ils considèrent comme le leur en raison du lien historique que les y lie, mais dont ils voient bien le contenu s'éloigner. Enfin, quand il traite du fonctionnement interne du PCF, la complaisance le dispute au légitimisme.

Il est clair que l'évolution du PCF a son pendant à l'Huma, qui se traduit par l'abandon de certains fondamentaux, le refus de l'affirmation du communisme, et sa dilution parmi des traditions et des organisations qui ne s'en revendiquent pas, voire lui sont franchement hostiles. Comment s'étonner, dès lors, d'un déclin comme celui connu par le PCF et l'Humanité ? Les échecs successifs du Parti et de l'Huma devraient inciter à revoir leur stratégie respective. 

Militant du Parti Communiste, lecteur de l'Humanité, je souhaite que la liquidation de l'un comme de l'autre s'arrète. Ce n'est pas une lubie ou une posture idéologique ; c'est une nécessité. L'époque que nous vivons voit s'accroître les oppositions de classes sous les coups de la bourgeoisie. Le parti qui, historiquement, a pour tâche d'organiser la lutte des travailleurs, lui, regarde ailleurs ; engoncé dans une posture quasiment libertaire, il désarme les travailleurs par sa candeur, son opportunisme électoral, son idéalisme philosophique et politique. Démoralisés par une telle évoltuion, nous sommes de moins en moins nombreux dans le Parti, et parmi ceux-ci, à exiger une remise en cause des mutations connues par le PCF depuis une quinzaine d'années. Dans un même mouvement, les lecteurs de l'Humanité se font de moins en moins nombreux, car ce journal, certes utile, l'est toutefois de moins en moins pour les travailleurs, comme le PCF. Au PCF comme à l'Huma, la tendance est la même : il s'agit de chercher des "idées neuves", de "repenser le changement", en faisant fi de la très riche expérience du mouvement communiste international, et en allant chercher le salut chez d'autres, ou en en revenant à des formes de communisme utopiques et primitives, renonçant à la conviction que le marxisme, dans tous ses développements, puisse encore être pertinent aujourd'hui.

Et pourtant... le capitalisme, en crise permanente, dévore les humains, brise les sociétés, abat les nations. Le président Sarkozy s'octroie des pouvoirs qui font de lui quasiment le IIIe empereur de France. Le droit du travail, les services publics, la protection sociale, les droits politiques sont attaqués et liquidés avec un empressement qui appelle une réponse organisée et efficace, bien loin de l'ambition du PCF et de l'Huma, qui font du débat leur Alpha et Oméga.

Bien que je déplore ces tendances, je n'ai pour l'instant d'autre solution que de rester au PCF et de lire l'Humanité, car l'Histoire en a fait les seuls moyens à la disposition des travailleurs pour se défendre. J'attends toutefois autre chose, et de l'un, et de l'autre.


Veuillez recevoir, chers amis et camarades, mes très fraternelles salutations et mon soutien dans l'épreuve difficile que connaît le journal.


JC

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Emmanuel Lyasse 15/08/2008 19:17

J'arrive très tard pour mettre mon grain de sel (cause: vacances à la montagne sans Internet, puis courrier en retard).Il me semble qu'il y a deux choses à distinguer dans le débat.1) La question du maintien de l'adhésion au PCF et de l'intérêt de la lutte interne. Je me suis souvent exprimé sur ce point, et ne partage pas (pour une fois) totalement l'avis du camarade Diablo.Je pense plus que jamais que chacun doit prendre conscience qu'il est normal que des situations différentes aient produit des parcours différents, et qu'il serait dommage de s'envoyer des anathèmes sur ce sujet entre camarades partageant, au fond, le même but.Astrée a tout à fait raison quand elle écrit "Cependant j'ai fait le choix de rester, cela s'explique peut-être par mon jeune age et par le fait que j'ai adhéré très récemment (en 2006)." C'est surtout le deuxième point qui me semble déterminant. Je comprends tout à fait sa position. Mais il faut comprendre, réciproquement, les camarades qui ont consacré des années, des dizaines d'années de leur vie au Parti, parce qu'ils y croyaient, et qui ont pris en pleine face les trahisons de la période 1997/2002 (en bref, soutien aux privatisations, soutien à la politique d'Allègre, abstention sur le quinquennat, ralliement à la monnaie unique, soutien aux guerres impérialistes en Yougoslavie et en Afghanistan. En prime, deux citations de Hue "Si j'étais cheminot, je ne ferais pas grève" et "nous sommes solidaire du peuple américain et de ses dirigeants").Quand ces camarades ont protesté, ou simplement posé des questions, ils ont été traités avec la dernière violence. Au congrès de Martigues, partout où ils étaient nombreux (comme à Paris) on les a ensevelis sous les fausses cartes et les faux mandats. Comment leur reprocher d'avoir quitté un Parti qui se comportait de cette façon ? Aucun n'avait jamais eu l'idée qu'il était là pour faire du fractionnisme.Mais ce n'est pas une raison pour reprocher à ceux qui ont adhéré au PCF en 2005 dans la lutte contre la constitution européenne de l'avoir fait, et de se battre contre la direction quand ils constatent qu'elle a trahi ce combat-là.2) Maintenant, et en distinguant soigneusement, je dois dire que je comprends fort mal la démarche de l'auteur de cette lettre à l'Huma. Là il ne s'agit plus de lutter dans un parti et de payer sa cotis pour pouvoir s'y exprimer, il s'agit d'un don gratuit à un journal accompagné d'une lettre expliquant combien il est devenu détestable.Je me demande quelle efficacité cela peut avoir. À votre avis, à quoi Le Hyaric a-t-il été le plus sensible: à la lettre, ou au chèque ? Pensez-vous qu'il aurait préféré une lettre disant "Votre journal est chaque jour plus merveilleux", sans chèque ?Je ne cherche pas ici à polémiquer, juste à comprendre. 

linlin 06/08/2008 20:10

quand je vois les deux derniers commentaires et notamment le dernier, je préfère dialoguer avec mon réfrigérateur. Au revoir Messieurs, je vais méditer sur les effets bénéfiques du communo-socialisme et non sur ses méfaits, vous serez sûrs que la balance penchera de votre côté. Vous vous étonnez encore de la déliquescence de votre parti ? moi non !! Je vous laisse à votre drapeau rouge, faucille et marteau. Par contre dire la vérité n'a jamais été une injure, sauf pour vous.  Adieu 

gilles questiaux 06/08/2008 19:35

ça n'est pas très malin d'utiliser la formidable invention que constitue le net pour envoyer des invectives et des clichés. Mieux vaudrait discuter. Si on fait le bilan à froid et en tenant compte du contexte historique on verra que le "communisme" réel, mis en pratique a apporté beaucoup au monde et à l'humanité, au delà des carcicatures. Ceux qui ont mené une geurre sans merci à l'émancipation du prolétariat reprochent maintenant à ses organisations et à ses État d'avoir été violents et répressifs. C'est complètement idiot, y compris de leur point de vue.La vraie critique du "communisme" (en réalité du socialisme), c'est les communstes qui la feront, dans la mesure où l'analyse des expériences du passé nous permettra de réaliser un nouveau progrès social et un monde nouveau.

Astrée 06/08/2008 18:45

 "linlin",cette violence et ces insultes envers des personne sque tu ne connais même pas  ne t'honnore pas, et cette haine des communistes non plus. Maintenant fini de rire. Tu tiens encore une fois des propos comme ça et tu iras cracher ton fiel ailleurs. Tu pourras hurler à la censure, ça m'est égal. Ce sera pas faute de t'avoir prévenu.

linlin 06/08/2008 18:09

mais mon Révolutionnaire de bureau, tu connais bien tes défauts, ils sont plus vrais que vrais. Facile de jouer le révolutionnaire contestataire le cul sur la chaise à bourrer le crâne des adolescents. Si tu as des couilles fait pareil que Soljenitsyne en Corée du Nord, en Chine ou à Cuba, vas y mon pote lève le poing et va ouvrir ta gueule ou écrire tes conneries de coco de base dans ces pays frères. Ils vont t'accueillir les bras ouverts et te démonter le cerveau