Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Congrès communistes italiens de juillet 2008: liens à jour 3 août

13 Août 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Communistes en Italie

 

Document adopté à l'issue du VIIème congrès du PRC, sur VPCF!

Revers historique des liquidateurs de Rifondazione Comunista (GQ, 30 juillet 2008)

Analyse du congrès de Rifondazione, sur Junge Welt : lumières et ombres (traduction GQ, 2 août 2008)

Congrès PRC : récit et analyse de Jihad Wachill

Échec de la dissolution du PRC dans la "constituante de gauche" VPCF!

Andréa Catone à Paris, 17 mai VPCF!


Ce qu'il y a eu de mieux dans le congrès du PRC, l'article 1 de sa déclaration finale (votée à 342 voix contre  304) :

"Le Congrès considère comme close et dépassée la phase caractérisée :
par la coopération organique avec le PD au sein de la désastreuse expérience de gouvernement de l'Union [de Prodi], par la présence aux élections dans la liste La Gauche - L'Arc-en-ciel et par la gestion majoritaire erronée de la direction du Parti.
Le Congrès prend acte qu'aucune des motions proposées au VII Congrès n'a été approuvée. Il estime nécessaire et prioritaire une forte relance culturelle, politique et organisationnelle du Parti de la Refondation Communiste. Il repousse la proposition d'une Constituante de la Gauche et toute hypothèse de dépassement du PRC ou de sa confluence dans une autre formation politique. Cela posé, le thème de l'unité à gauche reste un domaine ouvert de recherche et d'expérimentation"


Si le congrès du PCF aboutit à ça je signe des deux mains! Car la condition nécessaire d'action d'un parti communiste c'est que les responsables sachent faire leur autocritique et ne remettent pas en question constamment l'existence du parti! GQ 3 août 2008
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gilles questiaux 14/08/2008 23:44

Ce qu'il ya a de mieux, aussi, c'est la fureur de la caste bobotico-médiatique italienne. Il arrive a Paolo Ferrero un peu la mêm chose qu'à Fabius quand il a appellé à voter "non", le politicien poliment accueilli et toléré avec indulgence dans les médias devient du jour au lendemain une brebis galeuse.