Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Avis d'experts sur la Chine à la veille des JO

30 Juillet 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Chine

Xavier Dubois nous fait parvenir un entretien sur la Chine avec Danièle Hainaut et Denis Dammaretz

 

Chine : "glissement de terrain et tuiles brisées" ... 

      Danièle Hainaut est professeur de Lettres Classiques à la retraite et Denis Dammaretz documentaliste au Lycée Wallon de Valenciennes. Au cours des années 1970, ils se sont pris d'intérêt pour un pays qui tentait un modèle de développement socialiste original.. Ils avaient  envie de comprendre des événements comme la Révolution culturelle, la rupture sino-soviétique. D'où une curiosité pour le maoïsme, puis un travail de plus de quinze ans au sein des « Amitiés Franco-Chinoises », notamment à la direction nationale de cette association. Aujourd'hui, après une trentaine de voyages en Chine et une étude passionnée des temps longs de sa civilisation et de sa culture, ils partagent ce qu'ils ont pu en apprendre  dans le cadre d' un cycle annuel de conférences à la MJC de Saint-Saulve ,et l'organisation de circuits variés en Chine. Ils sont disponibles pour tous ceux qui souhaitent organiser des conférences-débats sur la Chine.  


Denis, Danièle, vous connaissez bien la Chine, quels sont les plus grands changements, selon vous, qui ont le plus marqué le pays depuis les trente dernières années?


Denis Dammaretz, Danièle Hainaut. : Les changements sont très importants, surtout depuis 1992 et l'accélération de la politique d'ouverture. A très gros traits parlons d'abord d'une augmentation du niveau de vie. Indéniablement le confort quotidien a progressé, et partout les infrastructures ont été améliorées voire créées : ponts, réseau d'autoroute, amélioration du réseau ferré, aéroport dans chaque grande ville. L'un des phénomènes les plus visibles dans la vie quotidienne est l'apparition de la voiture individuelle, ainsi que la prolifération des magasins (nous avons connu une Chine où il n'y en avait quasiment aucun !). La bureaucratie, sur bien des points, est moins pesante et la liberté individuelle du Chinois moyen s'est, dans son quotidien privé, considérablement accrue. On observe un boom du tourisme intérieur, pas forcément réservé aux plus riches. Le niveau général d'instruction a beaucoup progressé. La course aux diplômes est féroce et fait le bonheur des nombreuses écoles privées très chères.

Si tout le monde s'est enrichi, y compris les plus  pauvres, les écarts de richesse n'ont jamais été aussi ostensiblement grands. Alors que le rationnement existait encore jusqu'aux années 1980, on assiste aujourd'hui dans certains quartiers  de grandes villes à une débauche de luxe. La tendance existe de la création de vastes lieux de résidence complètement fermées, réservés aux nouveaux riches. Globalement, dans ces grandes villes les habitudes s'occidentalisent. : fast food, mode occidentale, musique, cinéma...

Deux principaux points noirs ternissent largement le bilan de l'ouverture la santé et le chômage. La santé est devenue beaucoup plus chère, nombre de soins ne sont plus vraiment accessibles aux plus pauvres et les frais hospitaliers sont l'une des préoccupations principales des familles. L'Etat chinois promet de créer un système de Sécurité Sociale, et de cette réforme à venir dépend en grande partie le soutien de la population au gouvernement. Le chômage est essentiellement la conséquence de l'abandon par l'Etat de grands pans de secteurs industriels, comme en Mandchourie. Il n'y a guère de réelles indemnisations ou allocations, les laissés pour compte sont livrés à eux-mêmes. Cela influe évidemment sur les conditions de travail de tous : certes, les ouvriers gagnent plus, mais depuis la fin du "bol de riz en fer" leurs droits et leur protection sont moins assurés. 

En gros, les Chinois adhèrent à ce modèle de "socialisme de marché" qui, à ce jour, assure à la Chine une croissance qui, à des degrés divers, profite à tous.    


Nous ne pouvons éviter de passer à côté de la « question tibétaine ». Est ce que celle-ci modifie la situation intérieure de la Chine? Change-t-elle quelque chose à la position de la Chine sur le plan international?


D.D., D.H. : A l'intérieur de la Chine, cela ne change rien. Si, une chose : l'image de marque de la France s'est effondrée. A part cela, les Chinois, qui ont un fort sentiment d'unité nationale, se sont ressoudés derrière le régime, y compris sans doute certains « dissidents ». Les critiques adressées à la Chine ont été vécues par elle comme injustes et inacceptables. Finalement, l'Etat chinois, au plan intérieur, sort renforcé par la crise tibétaine.

Il faut d'ailleurs revenir sur le Tibet. Nous y sommes allés plusieurs fois. Historiquement, le Tibet est intégré à l'espace chinois depuis des siècles et aucun traité international n'a jamais entériné l'existence d'un quelconque Tibet indépendant, mythe contemporain né des phantasmes de l'Occident.

Il n'en reste pas moins que des différences culturelles importantes creusent un fossé entre les traditions tibétaines et chinoises. Les Chinois ont une culture fondamentalement « laïque », alors que les Tibétains sont imprégnés de religiosité. La mutation contemporaine du Tibet (17% de taux de croissance annuel), parallèle à celle de la Chine, marque en fait son entrée dans un système mondialisé. Évidemment un certain nombre de Tibétains vit mal cette ouverture et cette assimilation, non pas à la Chine, mais à la modernité. Ils redoutent de voir la culture tibétaine se  folkloriser. La Chine est historiquement un empire multinational, très différent de notre conception occidentale de l'Etat. Les Tibétains ne sont que l'une des 55 minorités ethniques qui composent, avec les Han (les chinois « proprement dit » qui représentent 94 % de la population), le milliard trois cent millions de Chinois. Les ethnies minoritaires ont cependant une culture aujourd'hui respectée, et une certaine autonomie administrative, voire des avantages (quotas d'entrées à l'université, dispense de la politique de l'enfant unique, ...). Si la question du Tibet émerge tant chez nous, et avec tant d'a priori et de passion, c'est qu'elle est relayée, sinon inventée, par des lobbys parfaitement identifiables et qui n'ont que bien peu à voir avec la défense des Tibétains. 


Et maintenant, quel est votre avis sur le boycott des Jeux Olympiques de Pékin...


D.D., D.H. : Les Jeux Olympiques ont été accordées à la Chine en 2001. A l'époque, il n'y a pas eu de levée de boucliers. Peut-être n'aurait-il pas fallu les lui donner.... Mais en l'occurrence accorder les JO à un grand pays émergent a au moins autant de sens que de les accorder à Atlanta. Alors, effectivement, la Chine va se servir des JO comme d'une vitrine pour le monde entier. Oui, comme tous les pays qui ont organisé les JO ! Il n'y absolument rien d'étrange à cela.

Revenons sur les conditions de l'appel au boycott lui-même. L'idée avait été lancée il y a quelques mois, à l'automne dernier, au sujet du Darfour. Dès ce moment Reporters Sans Frontières et quelques autres associations ont appelé au boycott. Mais cela n'a pas pris. La géopolitique africaine ne passionne pas les opinions occidentales. Les dites associations diverses ont donc cherché un nouveau prétexte, plus médiatique : les gentils Tibétains, qu'il est fort gratifiant d'opposer aux méchants Chinois. D'où la campagne en faveur du boycott, qui, là, a davantage fonctionné, tant la mystification reposant sur un schéma simpliste de lutte entre le Bien et le Mal dispensait de toute réflexion.  Derrière cela, il y a un réel militantisme antichinois frisant la xénophobie. Il faut en réalité davantage se questionner sur nous mêmes que sur la Chine en s'interrogeant sur la facilité, même pour des militants progressistes, à s'emballer  suite à une campagne médiatique parfaitement ciblée. Cela nous questionne in fine sur la presse française, sur son incapacité, même dans les média progressistes, à fournir une information, sinon objective, au moins contradictoire et nuancée. Ce que nous avons vécu s'est apparenté à une opération de propagande. Et finalement, l'excitation des foules est bien vite retombée. Dans ce cadre, il faut cependant louer quelques journalistes honnêtes, notamment ceux d'Arrêt sur image diffusé sur Internet. Dans le monde politique, Jean-Luc Mélenchon a été longtemps seul à assumer un discours résolument à contre courant. On a même vu des maires communistes arborer sur leur mairie le pseudo-drapeau tibétain, logo publicitaire du pseudo gouvernement en exil largement financé par la manne etatsunienne ! C'est peu dire que nous déplorons l'attitude du PCF sur cette question quand il se contente de relayer l'évangile selon Bush. 

Pour finir, puisque c'est ce que veulent les lecteurs de Liberté-Hebdo, pourriez-vous nous dire en quelques mots quels sont les grands défis auquel le régime chinois devra s'attacher d'ici les prochaines décennies?


D. D., D. H. : Les Chinois n'ont plus avoir envie de se sacrifier indéfiniment génération après génération. Il y a urgence à redistribuer mieux les richesses, à améliorer les conditions de vie des plus pauvres, surtout en ce qui concerne, la santé, l'école, les droits fondamentaux des travailleurs, etc... Si les problèmes sociaux et celui de la corruption ne sont pas pris à bras le corps par le régime, celui ci peut exploser en vol. Depuis deux mille ans aucune dynastie n'a su échapper au verdict populaire.

Il ne passe pratiquement pas de semaine où n'éclate en Chine de petites émeutes locales, souvent très violentes, sortes de jacqueries sporadiques généralement sont dirigées contre des potentats corrompus qui abusent de leur pouvoir. Le gouvernement dénonce régulièrement la corruption, y compris dans ses propres rangs, il agit parfois de façon particulièrement radicale et toujours très médiatisée.

Le Parti Communiste Chinois a beaucoup changé, ses cadres sont souvent relativement jeunes et dynamiques, leur niveau de formation scientifique et technique est élevé, il reflète de plus en plus les aspirations de la classe moyenne et doit donc rester à l'écoute du plus grand nombre, c'est la condition de son maintien au pouvoir. Comme tous les Chinois ces cadres n'ont pas manqué d'interpréter tous les signes néfastes de cette année 2008, en particulier le séisme du mois de mai, ils se souviennent que ce genre d'évènements annonçait naguère les fins de dynastie. Une très ancienne expression chinoise imagée « glissement de terrain et tuiles brisées » signifiait, par un détour métaphorique, l'écroulement d'un règne impérial.  
 

Propos recueillis par Xavier Dubois

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dibo 31/07/2008 23:35

Bonjour,Je tente de créer une communauté dédiée au débat autour des Jeux Olympiques de Pékin. Votre contribution est la bienvenue : n'hésitez pas à nous rejoindre !http://www.over-blog.com/com-1055858682/Jeux_Olympiques_de_Pekin.html