Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Nous sommes les communistes d'aujourd'hui, 9 déplacements, partie1)a.

1 Juin 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

 
Lien au texte de présentation d'Olivier Imbert "Nous sommes les communistes d'aujourd'hui"

Il s'agit ici d'une première tentative d'élargissement de ce que je crois nécessaire de prendre en vue et non pas d'être écrit et encore moins d'être écrit ainsi. Ce premier niveau de précision concerne donc les éléments d'analyse sur le capitalisme d'aujourd'hui et sur les éléments de classes de notre société. Dans le premier déplacement. Le prochain effort de précision des directions des déplacements sera sur les éléments  politiques de la mondialisation.


1) le marxisme et certains moments léninistes hic et nunc! en Europe, en France dans le contexte mondial et cosmopolitique.

J'ajoute ces explication aujourd'hui dimanche vers 14h00, il s'agit ici de rappeler que l'anti-sarkosisme de principe, versus anti-capitalisme et de ses éternelles ou structurelles tendances de longue durée ne peut pas valoir comme justification d'une politique dans notre prochain congrès et n'est en rien marxiste et léniniste; car toujours ces théoriciens anciens en matière politque ont actualisé l'analyse du capitalisme, de même Rosa Luxembourg qui sur les marchés coloniaux est à mon avis en deça de Lénine et même d'une dimension de Hilferding, ne peut pas par sa seule sympathie romantique et internationaliste servir de deus ex machina à appliquer .... et c'est une des forces de notre groupe écopo et des socio-libéraux conservateur ou de gauche, ils prennent en compte le capital tel qu'il s'est mis en mouvement et donc la mixité socialisme-capitalisme ou capital privé capital social et public, les mutuelles ou COOP, les SELS ont ici leur place mais uniquement leur place car reste la question communiste du socialisme non d'État ou totalitaire mais d'expropriation et de direction rationnelle et démocratique, telle qu'elle est de manière banquaire et fiancière à la fois bien avancée et encore à révolutionner en "Pichin" comme en "Jugglar" et non en attente ou constation d'une crise en elle même acoucheuse.

IE :  le capitalisme est socialisé de manières diverses et avec des bourgeoisies en état de diversification et d 'unification et idem des classes petites-bourgeoises, ce qui rend caduc le projet keynésio-social-kautskien
aujourd'hui même avec les Partis Démocrates américain et italien, l'internationale est socialiste au coeur des alliances et contradictions entre bourgeoisies et petites bourgeoisies, avec une alliance de fractions du mouvement ouvrier réformiste, mais menacée par la mondialisation de nouvelles formes de dérive réactionnaire fascisante et nationale face au cosmopolitisme des fractions culturelles éducatives des classes moyennes PD et socdem...

   De ce point de vue j'attends de la base commune qu'elle présente (en un langage clair et accessible à toutes les consciences idéologiques de notre parti sans sous estimer le niveau d'intellectuel collectif du parti et de ses relais de diffusion interne et de vive voix en cellule et section):

    la mondialisation du point de vue social de classe et le rapport avec l'impérialisme ou les contradictions restantes de la colonisation ou des degrés de développement et une prise en compte, sans horrificque point de vue obscurscissant (style les "indigènes" ou leur réciproque), l'analyse doit laisser place à une solidarité sans culpabilité des acteurs (ni petit-blanc coupable et ultra, ni petit blanc revanchard de sa culpabilité passée contre les intégristes et égoiste (non partagé par la solidarité de classe, car égoiste et utilitariste fonde l'idée de classe ouvrière transformatrice) sur les droits acquis et les nouvelles conquêtes.

  l'analyse des violences mondiales que les militants ou citoyens des pays riches ont tendance à ne pas vivre et à externaliser donc, un certain de niveau d'abstraction politique doit travailler le texte par rapport à l'analyse théorique de la complexité mais sans trop dénaturer le rapport au réel des militants.   
 
    Je crois nécessaire de souligner:

1) l'impérialisme dans la mondialisation
2) le marché mondial OMC-BM-
3) la présence positive des acquis de 1917 et internationale communiste, après internationale  2 soc dem, puis esistence parallèle et en concurrence des deux internationales et aujourd'hui après
4) recul coco européens et
5) maintien voire gain de positions du coco latino-américain et asiatique et incertitude africaine, que dire de l'océanie? comme des empires britanico-américains?
   
    Sur les crises je ne souhaite aucun catastrophisme, même si structurelles ou systémiques, mais une analyse des risques de guerre mondiaux et de réactions d'aujourd'hui face aux contradictions et leur conjonctures évolutives; y compris sur les sources d'énergies et de matière première et la recherche développement ou économie de l'exploitation des forces intellectuelles d'ingénierie informatique ou informationnelle comprise mais pas exclusive.   

    Je souhaite que le texte laisse une lattitude au désaccord non stupide, j'entends par stupide conceptuellement les concepts de capitalisme d'Etat ou de stalinisme, pire que tout projetés sur la misère du communisme européen passé ou du Cominform maintenu. Stupide veut dire pour moi marxisme sans rapport au réel, genre "état ouvrier dégénéré" méchant chinois ou maoiste ou Mandel passe partout et non contributeur à un analysant collectif qu'est le marxisme; ici mauvaise rigidité ou dogmatisme sur "mon"concept égale ma chose dont les masses doivent s'emparer etc...

    Un texte sérieux doit envisager le rapport aux classes salariées libérales et commerciales européennes et françaises petite-bourgeoises et la question du productif et improductif y compris pour montrer la nouvelle difficulté politique, le misérabilisme des "sans" mal compris doit être battu ici sans que ces camarades militants se sentent insultés ce qui n'est pas facile, et il en est de même des travailleurs de la culture et de  "l'intelligence ou connaissance" sans concession et sans inutile provocation.

    Le débat, lui, doit accepter le désaccord non-stupide entre camarades mais le contrôler par une sagesse politique sans tuer la reproduction des nuances, nécessaire à la prise de conscience
et à la fin du lénifiant et du dilétantisme intellectuel qui se développe au profit d'un narcissisme de dirigeant très professionnel mais pas toujours efficace (le dirigeant pas le narcissisme..)
  
              
la concentration et circulation des capitaux,

ici les bourses et les concentrations multinationales et les bases nationales, y compris la question de la vitesse de circulation scripturale informatique, monnaie électronique de la carte au crédit commercial, les fonds de pension comme socialisation désocialisante doivent trouver leur place, la propriété apparente et réelle des capitalistes et bourgeoisies du Tiers Monde et leur rôle dans la distibution de la circulation.


         travailleurs sédentarisés ou nationaux ou lou gardarem au pays ou ... et migrations des travailleurs et déséquilibres mondiaux.
.

ce qui doit pour la démonstration du lien avec les mouvements de population à savoir le "capital variable " suit les capitaux là où il emploie des travailleurs sans qualification ou maintenant avec qualification d'un Tiers monde qui a formé des étudiants sans bourgeoisie innovantes chez lui, mais aussi une bourgeoisie gestionnaire quelques fois socialisante des rentes héritées du colonialisme, donc nouveau problème de l'immigration et de la déqualification mondiale des emplois diplomés,  au nom du progrès social mondial et de la reprise de l'initiative de la bourgeoisie mondiale dans la révolution conservatrice et la "CFDTisation" ou droitsation-lobbyingsation du syndicalisme en négociant il défend tout de même certains interêts des salariés et prolétaires mondiaux d'où la difficulté politique qui ici nous importe...

                   droites et gauches, sociaux libéraux et démocrates.

là rappel aucun penseur non religieux ne peut éterniser même rétrospectivement la droite et la gauche,          
      

                  la gauche alter ou le communisme en mouvement de réhégémonisation.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

olivier imbert 06/06/2008 11:11

il s'agit d'un réinsvestissement du bon élève avec fautes d'orthographe que je suis de ce que m'a dit boccarra frédéric l'an dernier, à savoir que les cycles étaient au nombre de trois des petits disons puriannuels, le pichins des décénaux que je croyais être les kondratievs et qui seraient les jouglar et donc les trente ou quarantes que seraient les kondratievs mais eout m'importe les noms des losi économqies en temre de cycles pusique ici le plus drôle est que même les libéraux et monétaristes reconnaissent que La théorie marxiste est ici à 'linnovation en introduisant du dynamisme avant Keynes dans sa conception du capitalisme d'qilleur kondratiev fut un soviétique et lénine avait ce principe des entremêlement de cycles macro et micro, économique, comme les marxistes n'on aucun problème avec Hayeck pas slama, mais un autre car plusierus chapitre du capital largement piller sont dans la pensée de l'économie sectoriellle micro dite économie de l'offre qui est à l'origine des apports autrichiens ultra libéraux et non austro marxiste. rappel marxd est toujoruzs plsu proche émistémologiquement des camitlistes bourgeois ce qui est bien compréhensible puisque ce sont eux qui mène la baraque avec le moins de faute possible. L'idée est la suivant contre toute projection politique activiste mal ajustée( la force de lénine comme de mao ou de castro c'est d'avori sut ajuster gauchsme révolutionnaire avec kautskisme et plékahnovisme intellectuel ou même stalinisme de la nécessité de faire tourner le système avec graisse ou avec guillautine intellectuellement cela importe peu) il faut toujrous des revendication de classes en rapport infinitésimaux même parfois avec les rapports de forces ou de dictatures en miroir avec les réalités tehcnologiques et politqiues ou socioè-économiques du camitalisme considéré, ex lorsque lesmarisn veulent gagner se pose à eux la question ensemble ou seuls et cela à plsuieurs niveaux, lorsque les enseignats de seine-saitn-denis veulent un plan d'urgence se pose touujorus vec eux la questions du possible seuls ou avec d'autres s'ils bougent ou pas etc... bref la dynamique du camitalisme est en dynamique( la concentrationet socialisation) et en statique( l'exploitation et le rpogrès rationnel de la production) et faire de la politique subjectifvement avec convictione et foi doit un peu tenir compte de cla sinon comme dans le cas de la sidérurgie tu gagnes la dignité tu perds le beefteak bisous je susi à clermont ferrant, trsè bonne bibliothèque universitaire et muinicipale pas loin de la rue de l'union sovétique non pa svrai dans une commune socialiste où lichelin fait la pusi et le beau temps et lo une bonne epartie de al cgt, où va le monde.

gilles questiaux 02/06/2008 18:51

Salut Olivier, peux tu préciser ce que c'est que "Pichin"? et cette allusion au cycle économique de Juglar?