Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Michel Peyret : le communisme et le pouvoir au peuple

21 Mai 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Théorie immédiate

                                               LE COMMUNISME ? IL FAUT PENSER NOUVEAU !

 

 

Aujourd'hui , nous sommes dans la société capitaliste et je milite pour changer de société , pour une société nouvelle , j'ai même parlé de nouvelle civilisation , que j'appelle , après d'autres , "communisme" .

Pour moi , le communisme , s'il fallait le résumer en quelques mots , ce serait : "A chacun selon ses besoins" . Je n'invente toujours rien !

Mais c'est fondamentalement nouveau , c'est , et certainement pour la première fois , l'humanisme !

Quand on voit l'état du monde , et ce qui se prépare si l'on laisse aller le capitalisme , il y a beaucoup à faire... Mais faire quoi ? Surtout si l'on ne veut pas faire dans le ravaudage !

Peut-être et avant tout le pouvoir du peuple , le pouvoir au peuple !

Tu as raison , cela n'apparaît pas nouveau , on en parle beaucoup , mais dis-moi : Quand et où le peuple a eu véritablement le pouvoir ? A mon avis : jamais , nulle part !

Si donc le concept n'est pas nouveau , ce qui serait nouveau c'est que cela devienne la réalité !

Alors , oui , il faut faire marcher sa tête .

Le principal défaut du nouveau, c'est qu'il n'a jamais existé ! Il faut donc l'inventer ! Inventer ? Le peuple inventer ? Le peuple souverain et inventeur ?

Mais peut-être pour trouver la solution faut-il poser les termes du problème !

Et qui pose la question ? La question est peut-être cette question-là !

En réalité , je pense que tout le monde , tout le monde qui souffre et aspire à autre chose ,  a sa petite idée ! Même ceux qui disent : on a tout essayé , il n'y a plus rien à faire . C'est peut-être là qu'il faut montrer qu'il y a toujours quelque chose à faire , et surtout faire vivre l'espoir , donner une perspective . Chacun a sa petite idée , mais ensemble ne peut-on avoir de grandes idées , de grandes idées qui reprennent et généralisent toutes les petites idées , les rassemblent pour en faire un tout cohérent , une autre réalité , une autre société quoi !

Et s'il y a des révoltes , et même des révolutions , de vastes groupes de personnes qui se mettent en mouvement , c'est qu'ils partagent quelques idées qu'ils ont inventé !

Spartacus , c'était quoi ? Un superman ? Sans doute a-t-il contribué à faire ce que nous appellerions des synthèses , la somme de toutes les idées de ses compagnons esclaves , la somme de toutes les colères , de toutes les révoltes , contre le ou les responsables de leur situation d'esclaves !

Et les serfs du Moyen-Age ? N'ont-ils pas trouvé dans le château qu'ils assiègent le responsable de leur situation de serfs et de la misère associée à cette situation ?

Et le peuple de Paris n'a-t-il pas su trouver le chemin de Versailles pour ramener avec lui "le boulanger , la boulangère et le petit mitron" dont ils devaient bien penser qu'ils étaient pour quelque chose dans leur situation ?

Et ces responsables successifs , le maître des esclaves , le seigneur des serfs , le roi de France , ils avaient bien le pouvoir ! Et de qui ou de quoi tenaient-ils ce pouvoir ? De leurs pairs et tout simplement de ce qu'ils étaient avant tout propriétaires , ou bien leur autorité provenait de l'ensemble des propriétaires ! Et en tant que propriétaires , ils avaient le pouvoir et la richesse , l'un n'allant pas sans l'autre ! Et il était facile de comprendre qu'ils avaient la richesse et le pouvoir parce que eux , les miséreux , ils n'avaient ni richesse ni pouvoir parce que l'autre leur prenait tout  et qu'ils ne pouvaient y trouver à redire !

Cependant , au sein de la société féodale , d'autres propriétaires sont apparus , leurs propriétés n'étaient plus ni terres ni châteaux mais des ateliers , puis des fabriques , puis des manufactures , puis des usines...

Ils avaient déjà la propriété , ils tenaient leur richesse du travail de leurs ouvriers mais ils n'avaient pas encore le pouvoir et ils enrageaient de ne pas l'avoir parce que les vieilles lois et règlements , ceux des corporations par exemple , les empêchaient de développer pleinement leurs moyens de production dont ils auraient pu disposer .

Alors , ils ont fait la révolution pour s'attribuer le pouvoir que les féodaux ne voulaient pas partager .

Je veux dire par là que le capitalisme , des éléments de capitalisme , existaient avant que les capitalistes s'adjugent le pouvoir pour avoir la possibilité de pousser plus loin le capitalisme lui-même .

Ainsi , la Révolution n'a pas été le point de départ du capitalisme , mais le moyen nécessaire pour qu'il impose sa domination sur l'ensemble de la société et ne trouve plus d'entraves à son développement...

Quelques décennies plus tard , Marx théorisait tout cela .

Il montrait notamment , et entre autres , que ceux qui possédaient le capital n'étaient pas ceux qui créaient les richesses . Ceux qui créaient les richesses étaient ceux qui vendaient , non point leur travail , mais leur force de travail . Et cette force de travail que le capitaliste achetait avait cette caractéristique de créer une valeur supérieure à celle qui était nécessaire à sa reproduction . Cette valeur supérieure était , et est toujours , ce que Marx appelait la plus-value , que l'on nomme aujourd'hui la valeur ajoutée avec quelque approximation .

En achetant la force de travail , le capitaliste fait une bonne affaire , non seulement il achète et s'approprie le travail , mais en même temps il s'approprie aussi ce qu'il ne paie pas , cette plus-value que produit le travailleur , qui en est donc dépossédé !

C'est pourquoi lorsque le capitaliste vend la marchandise qui a été fabriquée par le travailleur , il obtient une somme supérieure à l'investissement qu'il a dû mettre en oeuvre pour l'achat des machines et de la force de travail . Il s'approprie ainsi ce qui ne lui appartient pas , ce qu'il n'a pas payé , cette fameuse plus-value . C'est en ce sens que Proudhon dit : "La propriété c'est le vol !"

Marx montre aussi que pour en finir avec cette spolation perpétuelle qui est la source , par son accumulation , de la formation et de l'accroissement du capital , il faut enlever la propriété aux capitalistes et la donner aux travailleurs , à la société . Ou plutôt ce sont les travailleurs qui doivent se réapproprier ce dont ils ont été spoliés !

Et cela aussi c'est nouveau , cela n'a jamais été fait encore , qu'il s'agisse des nationalisations à la française ( l'Etat-patron ) ou des collectivisations à l'Est où c'est le Parti-Etat qui régentait tout !

En parlant aujourd'hui "d'appropriation sociale" , il s'agit d'expliquer qu'effectivement cela n'a jamais été fait nulle part . Il ne s'agit plus de dépoussièrer mais bel et bien d'innover ! Là encore !

Et c'est cette appropriation sociale qui permet pour la première fois le pouvoir du peuple , et c'est aussi une innovation en ce que , pour la première fois , l'ensemble des travailleurs peut disposer des richesses nouvelles qu'ils créent en mettant en oeuvre leur force de travail .

Cette possibilité nouvelle est décisive en ce qu'elle leur permet de décider , ou non , de sortir de la marchandisation capitaliste , du marché capitaliste ( et même du salariat capitaliste) , ce que je dis par ailleurs .

C'est pourquoi ils peuvent décider ou non de créer des gratuités , ce qu'ils produisent leur appartient , dans une autre conception et selon d'autres valeurs que dans l'échange marchand . Dans cette conception , l'homme cesse d'être un loup pour l'homme et , au lieu de la concurrence effrennée , la vie peut s'organiser selon d'autres valeurs où certainement la dignité de chacun aura toute sa place . Et j'ai parlé plus haut d'humanisme parce que cette appropriation sociale ce peut être la sortie des dominations , des exploitations , des aliènations , l'abolition de tout ce qui empêche les êtres humains d'être des êtres humains . J'y reviens à chacun selon ses besoins pour le libre développement de tous .

Et c'est possible aussi dès aujourd'hui parce que avec les moyens de productions dont nous disposons , avec la productivité qui est déjà la nôtre , il est possible de créer l'abondance des biens , des marchandises , des services... qui seront nécessaires à l'ensemble de la société .

Je n'ai pris là que quelques exemples restreints , il faudrait aborder d'autres sujets , je sais pas si je "pedasse" ou pas mais je n'ai pas l'impression d'enfoncer des portes ouvertes ...

Amitié ,

M.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article