Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Communiqué de la CGT Ville de Paris

14 Mai 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Luttes 2008-2011

Xavier Charrier nous communique ceci :

Astrée,

Voici un texte de la CGT Ville de Paris vis à vis de la politique gouvernementale et municipale actuelle, que vous pouvez publier sur "Réveil Communiste".

Voici le texte:

La révision Générale des Politiques Publiques vise à réduire brutalement les dépenses publiques en renvoyant au secteur privé les activités de production de services et en recentrant l'intervention publique sur des missions de pilotage des politiques publiques, de régulation et de cohésion sociale minimum.

Les premières mesures de gel de 7,2 milliards d'€ ont été présentées par le Président de la République lors du « conseil de modernisation des politiques publiques » du 12 décembre 2007. Le 4 avril, un nouveau train d'économies de 7 milliards d'€ vient d'être décidé. Alors qu'en 2007, 23 000 postes de fonctionnaires ont été supprimés, en 2008, 35 000 postes subiraient le même sort.

Les crédits au logement social, à l'emploi, à la santé seront amputés ; les dépenses de solidarité et celles en faveur de la famille pourraient faire l'objet d'une 3ème vague de mesures avec des conséquences concrètes en terme d'emploi et d'offre de services publics pour les usagers.

La RGPP va aussi frapper la fonction publique territoriale. Même si le sacro-saint principe de libre administration est mis en avant, le rapport Lambert et les déclarations des ministères ont de quoi aiguiser nos craintes. La Dotation Globale de Fonctionnement (principale contribution financière de l'Etat aux Collectivités Territoriales) servirait de variable d'ajustement. Elle serait bonifiée pour les Collectivités Territoriales bonnes élèves qui s'engagent dans la remise en cause du service public.

Le projet de loi « mobilité », véritable « boîte à outils » aux restructurations en cours pour la mise en œuvre de la RGPP et de la suppression d'un fonctionnaire sur deux, introduit l'intérim dans la Fonction Publique Térritoriale, le cumul d'emploi à temps non-complet entre les 3 versants, la prime au départ, le licenciement en cas de refus de nouveaux postes.

Le Livre blanc rédigé par le conseiller d'Etat, J-L. Sillicani, participe au développement de la contractualisation de la Fonction Publique, au développement de la part du salaire au mérite, à la performance et à l'efficacité conditionnés à la bonne santé financière des collectivités territoriales.

Dans le même temps, un projet de loi facilitant l'utilisation des partenariats public-privé a été voté en première lecture au Sénat.

Ce projet est en parfaite cohérence avec l'ensemble de ces dispositions. Les partenariats public-privé sont un outil pour franchir une nouvelle étape dans la privatisation des services publics.

Reçue par Mme Errecart (Adjointe au Maire, chargée des personnels) et Mme Bedague-Hamilius (Secrétaire Générale à la Mairie de Paris) les 5 et 6 mai 2008, la délégation CGT est ressortie inquiète après les propos entendus.

Au cœur des questions soulevées se trouvent mêlée l'externalisation des services et la mixité Public/Privé.

Notre inquiétude est grande face au manque de volonté de garantir les emplois publics et la poursuite de la résorption des emplois précaires.

 

Nous sommes inquiets quant à l'évocation portant sur l'absentéisme dans nos services.
Nous avons réaffirmé qu'il était en partie lié à la « souffrance au travail ».

Ni le manque d'effectifs, ni la politique de management ne contribuent à ce que les salariés puissent se sentir bien dans leur emploi.

Les luttes engagées sur les effectifs dans nos directions en témoignent : Petite Enfance, etc...
L'Adjointe au Maire chargée des personnels a par ailleurs fait le rapprochement avec notre « excellent accord RTT ».

Le nouveau mandat du Maire et la feuille de route des nouveaux élus ne serait-ils pas calqués sur celle de l'Etat pour le gouvernement ?

A l'opposé de ces différents projets ou mesures, l'Union Syndicale des Services Publics de la Ville de Paris CGT, avec la Fédération nationale considèrent que la présence de services publics forts à Paris, dans notre pays comme en Europe, est vecteur de progrès social et de développements harmonieux du territoire.

Le développement et l'amélioration des Services Publics et de l'emploi public statutaire ne constituent pas une charge financière mais un atout formidable.


Nous revendiquons que les moyens financiers nécessaires soient affectés au développement des services publics avec la création d'emplois à hauteur du service à rendre à l'usager.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Frédo 10/04/2011 22:13



La semaine dernière un agent de la Ville de Paris est passé en conseil de discipline, "pour avoir incitées des mineurs a regardé un film  Erotique, sur son lieu de travail". Comme celui-ci
était membre d'un syndicat maison, il a écopé une sanction d’un mois de mise à pied, plusieurs collègues et organisations syndicales sont scandalisées par ces conseils de discipline
disproportionnés, à la tête du client, et discriminatoire.         



Michel 09/09/2010 18:24



SUICIDE A LA MAIRIE DE PARIS.


Honte, que de honte, encore un suicide au mois de juin 2010, suite à des conditions de travail déplorables.
Les fonctionnaires de la Mairie de Paris n'ont jamais été aussi mal traités.
Des conseils de disciplines staliniens soumis à l’arbitraire des contingences politiques de la Ville, au profit de certaines CAP.
l'injustice, le harcèlement moral, le prosélytisme, la discrimination, les suicides existent pourtant bien à la Mairie de Paris, Et peut-être même plus qu'ailleurs... Le harcèlement devient pour
certains petits chefs une véritable méthode de management sans foi ni loi. La situation est également favorisée par le contexte social de la municipalité en place, L’administration, et l’élu,
savent bien que l’agent fera tout pour garder son emploi. Et que les collègues témoins fermeront les yeux sur des injustices manifestes de peur de perdre leur propre poste ou de passer en conseil
de discipline.
A la Mairie de Paris, les agents sont protégés du licenciement par le statut du fonctionnaire. Il reste donc la solution de « faire craquer et détruire » l’indésirable ou de faire rentrer dans le
rang le responsable syndical qui dénonce ces pratiques.
Voilà l'image de la gauche a paris. 



Babouche 16/06/2010 20:40



Une femme s'est défénestré et a réidigé une lettre dénonçant ces conditions de travail dans son service.
Les fonctionnaires de la Mairie de Paris ne bénéficient d'aucune protection,. si un fonctionnaire dénonce des faits de harcèlement, la DRH, appuie le harceleur en validant des dossiers montés,
des fausses notations, des faux en écritures... Quant au conseil de discipline, ils corromprons la situation du dénonçant.



Philippe 13/12/2009 21:28



                              


 Bravo Alfat CGC pour votre tract


 


JUSTICE POUR TOUS


 


 


 


Monsieur le Maire : La justice sociale, où est-elle ?


 


Un petit groupe connu avec à sa tête un manipulateur pervers et opportuniste qui traverse les directions ; Il se croit
intouchable et il a raison !!! Il vient comme par hasard d'être nommé chargé de mission à un poste qu'il occupe depuis des années. Un agent chef nommé chargé de mission, rien que ça !!! Y
avait-il donc un incendie à éteindre ?


 


Les représailles, ça suffit !


 


Des encadrants respectés et appréciés de leurs agents et d'une qualité professionnelle reconnue, salis, leur dossier administratif
chargé de rapports fantaisistes constitués de ramassis de calomnies, de mensonges, de rumeurs, de faux témoignages et de ouï-dire. Des procédures disciplinaires engagées contre eux par leur
direction qui tournent en eau de boudin, faute d'éléments à charge concluants, et pour cause !


 


Quand dire la vérité devient un délit


 


Leur méthode : Salir, salir, salir. Traiter leurs collègues de Gestapo, Kommandantur, faire circuler des rumeurs orchestrées avec
l'aval d'un sous-directeur qui n'hésite pas reprendre ces calomnies dans un rapport versé à leur dossier administratif. Stratégie de la terreur et de l'omerta, mise sous pression des agents.
S'ils sont récalcitrants à suivre le «bon» choix syndical, calomniez les, dégradez les, ayez recours à des sanctions déguisées (déplacements d'office, blâme prémédité juste avant la
promotion...)


 


Discrimination : notre organisation dénonce l'inacceptable


 


Primes de fin d'année avec des différences de 0 à 400 Euro. Paiement des heures sup : c'est  touchant de les
entendre défendre les intérêts des agents quand ce sont eux qui «croquent» les meilleures heures : Dimanche, la nuit de préférence, qu'elle est bonne la sousoupe. Alors que des agents (
stagiaires biens sûr, taillables et corvéables à merci, esclaves des temps modernes ) sont forcés à effectuer des journées de treize heures, avec seulement une heure de pause déjeuner au mépris
de toute légalité. Une SGD qui arrange le coup pour contourner la loi.


 


Que fait la DRH ?


 


Si vous n'y prenez garde ils vous diront comment vous devez penser. Un système basé sur  l'intimidation et la
peur. Comble de l'hypocrisie : faire figurer dans le Règlement d'emploi la liberté de se syndiquer et faire placarder la déclaration des droits de l'homme dans tous les locaux.


 


Leur dernière trouvaille...


 


Réorganisation du service en faisant postuler les encadrants à leur propre poste. Pas ceux du syndicat maison bien sûr, qui
gardent leur affectation, mais les autres. Comme par hasard juste avant les élections, pour mieux contrôler les agents par la dictature de la terreur ?


 


La direction ? Politique de l'autruche : au pire complicité, au mieux lâcheté.


 


Cela vous rappelle quelque chose ?


 


Vous aussi, ou un proche collègue, êtes victime de l'injustice de ce système ? Rejoignez-nous !  Ensemble nous
mettrons fin au néo-féodalisme à la ville de Paris !


 


On voudrait bien nous faire croire que : « c'est pareil partout, c'est l'époque qui veut ça, dans le privé c'est pire ». Mais il
n'y a pas de fatalité : Ne vous laissez plus intimider !


 




Philippe 03/11/2009 18:40



La souffrance au travail à la Mairie de Paris est une réalité, harcèlement moral et suicides un bilan catastrophique, là aussi ceux qui
osent se plaindre endurent le plus souvent des représailles de leur hiérarchie (menaces, déplacements d’offices, sanctions déguisées), certains représentants syndicaux sont complices mais acheter
par de petites promotions pour étouffer ces affaires.


Un syndicat demande une médecine indépendante.