Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Rouges Vifs Île de France communique : débat avec Anicet Le Pors

6 Mai 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Initatives et rendez-vous

Quels pouvoirs pour le monde du travail ?
Quelles institutions démocratiques possibles ?

Chers amis, chers camarades,
Ceci pour vous inviter à notre prochaine rencontre débat
Comment sortir de l'enfermement institutionnel ?
avec Anicet Le Pors
conseiller d'État, ancien ministre, ancien membre du Comité central du PCF
 samedi 17 mai 2008
de 14h à 17h30
à la Mairie du IIe arrondissement de Paris
(8 rue de la Banque, Métro Bourse, Bus 29, 20, 39, 74 85, Voir plan au dos)
Considérant que la période lui est favorable, le Capital a entrepris la démolition systématique de tous les acquis sociaux et démocratiques que notre peuple a conquis au cours de ses luttes. Nombreux sont les militants, divers, qui sont exaspérés par cette situation et qui cherchent les moyens de riposter efficacement.
Contribuer à la redéfinition d'un ensemble de repères idéologiques fondamentaux, constitutifs d'un authentique point de vue révolutionnaire de notre époque, tel est un des objectifs prioritaires de notre association.
Contrecarrer les offensives idéologiques des serviteurs du Capital est, pour nous une nécessité immédiate, aussi importante que la riposte au coup par coup.
Au-delà des expressions « ROUGES VIFS » sur les questions d'actualité, notre association a décidé d'organiser plusieurs débats sur des questions fondamentales permettant d'appréhender les véritables enjeux posés dans l'affrontement Capital/Travail d'aujourd'hui.
Une première initiative s'est tenue sur la question du « salaire socialisé » avec Bernard Friot, qui a suscité beaucoup d'intérêt. Une synthèse des échanges est en cours d'élaboration. Le compte-rendu intégral du débat est en ligne, téléchargeable et imprimable sur notre site web, http://www.rougesvifs.org. Nous pouvons envoyer ce texte à ceux qui n'ont pas accès à Internet, contre une participation aux frais d'impression et de port (voir au dos). Nous avons également édité un DVD vidéo qui sera proposé le 17 mai, ou peut nous être commandé.
Nous voulons désormais ouvrir un autre chantier de réflexion : la question des pouvoirs du monde du travail dans les institutions actuelles, de leur exclusion organisée et des objectifs politiques pour changer cela que nous pourrions nous fixer.
Nous voulons partir de la caractéristique essentielle de la situation : le sentiment d'impuissance à peser sur les décisions politiques qui font perdre de vue la nécessité de combattre le capitalisme en tant que

système.
La désespérance politique, manifestée par l'abstention massive ou la manifestation de votes « tactiques », nécessite de réfléchir à des perspectives pour sortir du carcan institutionnel qui nous est imposé.
L'impuissance politique est manifeste d'abord dans les entreprises, dans les quartiers populaires pour trouver son apogée au niveau national dans les institutions.
Partir de cette privation de pouvoir pour définir des objectifs de luttes politiques immédiats nous paraît le meilleur point de départ pour répondre à la question : Quelle constitution pour garantir le pouvoir au peuple à celles et ceux qui sont les seuls créateurs de richesses ?
C'est parce que nous ne nous résignons pas à cet état de fait que nous organisons cette rencontre-débat, avec un orateur qui nous semble particulièrement bien placé pour nous faire avancer sur cette question.
Anicet Le Pors, météorologiste et économiste de formation,  a adhéré au PCF en 1958. Il est devenu sénateur des Hauts de Seine en 1978, et membre du Comité central en 1979, avant d'être en juin 1981, à la Fonction publique, un des quatre ministres communistes des gouvernements Mauroy. Dans cette fonction, il a en particulier été le père du statut de la Fonction publique territoriale, avant d'être confronté aux conséquences de la politique de la rigueur, qui tournait le dos aux engagements pris. L'incapacité du PCF à tirer les conséquences de cet échec l'a conduit à le quitter en 1994, au terme d'un long processus de rupture qu'il raconte dans son livre Pendant la mue le serpent est aveugle. Peu de temps avant, il avait été le responsable et le rédacteur principal pour le PCF d'un projet de constitution auquel il ne fut donné aucune suite. Il a depuis écrit plusieurs livres, en particulier Le nouvel âge de la citoyenneté (1997), Éloge de l'échec (2001) et L'Appropriation sociale (2002, en collaboration). Il a publié ces dernières années plusieurs textes essentiels dans la presse, sur les institutions, sur la propriété, sur le service public et le statut de fonctionnaire et donné de nombreuses conférences sur le sujet. Ses interventions récentes sont publiées sur son blog http://anicetlepors.blog.lemonde.fr/
Voulant être utile, notre association « Rouges Vifs Ile de France » vous accueillera avec plaisir à cette initiative en ayant pour seul objectif de servir à celles et ceux qui cherchent des outils pour être quotidiennement plus efficaces dans leur riposte.
Fraternellement.
Jean Calvary, pour le bureau de l'association
Paris, le 23 avril 2008

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article