Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Nicolas Marchand, à propos de la bataille actuelle sur la Chine, le Tibet et les JO de Pékin, et de la position prise au nom du PCF

10 Avril 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Chine

A propos de la bataille actuelle sur la Chine, le Tibet et les JO de Pékin, et de la position prise au nom du PCF -

 

Dans le relevé de décisions de la dernière réunion du Comité Exécutif National du PCF du 7 avril 2008, publié par Info Hebdo n° 331, on peut lire:

« L'accent a été mis sur la nécessité d'inscrire notre activité politique dans l'actualité en se mêlant avec esprit offensif des débats en cours. Il en est ainsi de celui concernant la Chine, le Tibet et les JO. Pour faire entendre la position que le PCF développe depuis le début. À savoir, la nécessité de la reprise du dialogue avec le Tibet, la condamnation de la violence et l'attachement aux droits de l'homme et aux libertés. À savoir aussi, la dénonciation de l'hypo­crisie du gouvernement français et des dirigeants européens sur ce sujet voulant faire porter aux sportifs une responsabilité politique à l'égard de la Chine qu'ils refusent d'assumer. À savoir enfin, notre choix de défendre l'olympisme et les valeurs qu'il véhicule, notre solidarité avec les athlètes et notre détermination à agir pour que l'Union européenne comme le président de la République choisissent les droits humains et non la loi de l'argent dans leur rapport avec la Chine. » [Je souligne ce passage qui m'a plongé dans un abîme de perplexité et sur lequel je reviens plus loin. NM]

Cela m'amène à préciser qu'au CEN du 7 avril, j'ai exprimé mon insatisfaction de la position formulée par le parti et demandé qu'ait lieu une discussion concernant notre position sur les évènements actuels concernant la Chine, le Tibet et les JO de Pékin. puisqu'à ce jour aucune discussion sur le sujet n'a eu lieu au sein de la direction du parti. (Marie-George nous ayant seulement informé au CEN du 26 mars de sa décision de tenir une conférence de presse tenue la veille du CN, le 28, sans que son contenu soit présenté ni ne fasse l'objet de débat).

Des exigences, fermes, sur les droits de l'homme en Chine, tout en s'opposant au boycott de JO, sont évidemment justifiées; cela ne nous exonère pas de l'exigence d'analyse d'une situation à l'évidence plus complexe que ce qui ressort du battage médiatique dont nous sommes bien trop suivistes. Ni par ailleurs d'une bataille bien plus offensive, notamment vis à vis des Etats-Unis, sur la question des droits de l'homme, liée à quelques autres comme l'insupportable et désastreuse domination du dollar.

Quant à demander à Sarkozy, en pensant se distinguer, de faire intervenir l'Union européenne, c'est une surenchère discutable. Pour quoi faire? Pour des sanctions?

Au CEN, je me suis vu opposer par Marie-George Buffet une sèche fin de non recevoir. Sans débat.

La lecture d'Info-Hebdo, et notamment la conclusion du paragraphe consacré à ce sujet, me conduit à insister.

On est dans l'absurde, sinon le ridicule: « notre détermination à agir pour que l'Union européenne comme le président de la République choisissent les droits humains et non la loi de l'argent dans leur rapport avec la Chine. » Concrètement ça veut dire quoi? Quels actes?

Et puis, si l'exigence ainsi formulée a un sens, pourquoi seulement la Chine? Pourquoi ne pas avoir, sans attendre les évènements du Tibet, déjà exigé de Sarkozy qu'elle s'applique à quelques autres états de la planète, à commencer par les Etats-Unis?

« Se mêler en étant offensifs des débats en cours », ce qu'il faudrait, on ne peut le faire en étant suiviste de ce qui domine, sans esprit critique vis à vis d'éventuelles manipulations, sans autonomie politique et idéologique effective. Il serait de la responsabilité du PCF de contribuer à mettre en discussion tous les éléments d'information et d'analyse sur la Chine et le Tibet.

Pour être effectivement offensifs et audibles dans une telle bataille, y compris pour la formulation d'exigences légitimes sur la démocratie en Chine, il faudrait aussi se dégager de l'autoculpabilité qui nous paralyse, du syndrome des « valises de plomb du communisme» qui me paraît une nouvelle fois à l'oeuvre dans cet épisode (je remarque que quelques personnalités non-communistes ont été en situation de dire sur la Chine, sur le Tibet, sur les Etats-Unis, sur les droits de l'homme, des choses « à contre-courant » que le Parti Communiste aurait du être, à sa façon, capable d'oser dire).

Au delà, il serait grand temps de cesser de refouler le sujet politique majeur que constitue la Chine, le travail d'information et d'analyse dont les communistes ont besoin, le débat auquel ils ont droit.

le 10/4/08 - Nicolas Marchand

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article