Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Intervention en Assemblée générale PCF du 19e

9 Avril 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Positions

Nous avions une AG hier. Rien de bien polémique, c'était une AG de transition où nous avons clôt le sujet des municipales et ouvert celui du Congrès.
Voici mon intervention :

"Le bilan total des municipales confirme que le PCF existe. Mais il y avait 20% de candidats en moins sur 2001 aux cantonales : résultat du défaitisme professé par ceux qui disaient que le PCF n'avait pas d'avenir.
L'analyse des résultats de Martelli ou Lefort est tronquée : elle occulte de nombreux fait pour faire rentrer la réalité dans le cadre de leur idée pré-conçue selon laquelle le communisme et le PCF n'ont pas d'avenir.
En termes stratégiques, peut-on parler encore de "gauche" après les épisodes d'Aubervilliers et Montreuil ? Pourquoi, dans les villes perdues en 2001, est-ce le PS qui a récupéré la tête de liste ? La droite ne doit pas servir à recycler les anciennes mairies PCF en mairies PS ! Nous ne devons pas nous contenter d'une stratégie consistant à ancrer le PS à gauche (déclaration de MGB sur France Inter avant le 1er tour). Enfin, quel choc de voir le groupe communiste debout pour applaudir l'élection de Bartolone au CG du 93, alors que ses gros-bras ont tabassé nos militants à Pantin !

Concernant le Congrès, le monde et la France sont frappés de trois fléaux :
    - la crise financière et la hausse des prix de l'alimentaire, qui liquident de nombreuses agricultures dans le monde ;
    - le réchauffement climatique et la pénurie pétrolière ;
    - l'intégration forcée dans l'OTAN et l'UE, qui augurent de nouveaux abandons de souveraineté nationale, les prémices d'un bloc de l'Occident (un rapport de l'OTAN en parle, ainsi que le dernier livre d'Edouard Balladur), et une marche forcée à la guerre.
Ce sont différentes facettes d'un même mal : la voracité du capital et son exigence de rentabilité à court terme. Le rapport de N. Mansouri au Conseil économique et social montre que : les profits boursiers explosent ; les salaires et l'investissement baissent. La reconquête par les citoyens et travailleurs des richesses qu'ils produisent est indispensable pour remédier à ces dangers planétaires, et investir au niveau mondial dans les salaires, la formation / éducation, la recherche / investissement industriel, la santé. Cela suppose de rassembler les travailleurs plutôt que les appareils politiques. Et justement le PCF a des propositions sur ces sujets :
    - une politique monétaire rompant avec la domination du dollar ;
    - la sélectivité du crédit au profit de l'intérêt humain et du développement, contre la spéculation et le gâchis des richesses ;
    - la sécurisation de l'emploi et de la formation, et de tous les moments de la vie : formation, maladie, retraite ;
    - de nouveaux droits pour les salariés dans les entreprises.
Ces quelques éléments rendent dérisoires les dissertations existentielles sur l'avenir du communisme et du PCF. Le Congrès qui s'annonce doit lever l'hypothèque sur l'existence du PCF et agir d'une part pour former les militants à l'idéologie et au programme du PCF, permettant ainsi, d'autre part, à chacun d'être armé pour mener les luttes quotidiennes que le PCF devrait animer (plusieurs camarades m'ont rapporté n'avoir pas vu le Parti aux manifestations des enseignants et des sans-papiers).
Mais pour cela il faut une direction qui impulse cette dynamique. Pour changer le PCF, on ne peut se contenter de garder la même direction, car elle nous mènerait aux mêmes impasses que celles que nous avons connues avec la gauche plurielle et les collectifs antilibéraux. La question de la direction ne doit pas être taboue. Garder le PCF et l'améliorer n'a de sens qu'avec des dririgeants qui sont convaincus de son utilité et qui travaillent en ce sens. Or depuis la présidentielle (nettement moins depuis les élections locales...), plusieurs d'entre eux se sont prononcés pour la formation d'un nouveau parti abandonnant ou diluant la référence au communisme. Un renouvellement profond doit être opéré à la tête du PCF pour que celui-ci retrouve le lien avec les travailleurs et citoyens qui devrait être le sien. C'est une question de démocratie : lorsque la base estime que le bilan politique de sa direction n'est pas bon, et c'est mon cas, elle est en droit de demander et d'obtenir d'en changer. "


Commentaire : comme nous allons rentrer dans le vif du Congrès, nous pourrons dépasser la thématique de l'antiliquidation, en la gardant toujours sous le coude en cas de nécessité. Mais nous devrons aussi insister sur l'état du monde (pas sur le ton de lamentations comme le texte du CN du dernier Congrès, mais en insistant sur : les bruits de bottes, la crise financière et les délocalisations industrielle, la très bonne tenue des communistes dans le monde (Chypre, Russie, Grèce, Liban, etc.), ainsi que le réchauffement climatique) qui nécessite un PCF fort. Je remarque que dans le rapport du secrétaire de section, comme dans les interventions des camarades, la crise financière et le réchauffement sont absents. On parle plus volontiers des luttes immédiates ; très bien, tant mieux, mais il ne faut pas oublier les problèmes de fond, moins voyants mais avec des conséquences d'une ampleur beaucoup plus importante. Concernant le projet, il faut insister selon moi sur l'actualité du postulat fondamental du marxisme (ce qui est fondateur de ce qu'est l'humain est de produire lui-même ses moyens de subsistence ; le produit de cette activité structurante de chacun est aliéné par le capital) et les autres fondamentaux. Sur le parti, exiger un bilan sans concession (et le faire nous-même) pour imposer une représentation dans les instances dirigeantes et une stratégie qui ne nous mènent plus à l'échec.
Enfin, l'intervention de notre ami et camarade Luigi a été très intéressante, car il a rappelé l'exemple italien (en connaissance de cause) et averti les communistes français contre les risques encourrus par une autoliquidation. Il a aussi parlé du Tibet et de la position un peu trop proche de RSF du PCF et de l'Huma (d'autres intervenants sont allés dans le même sens).

Bonne journée


Jonathan







Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article