Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

"La question de la direction ne doit pas être taboue pour nous", réaction de MC Burricand après la réunion du CN

9 Avril 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

31 mars 2008. Marie Christine Burricand est membre du CN et vient d'être élue conseiller général du Rhône, à Vénissieux. Ce qu'elle propose ici est une manière d'utiliser positivemnt l'initiative d'André Gérin : "la question de la direction ne doit pas être taboue pour nous". GQ

Je vous livre, sans plus de manière et un peu à chaud, quelques réflexions simples après le conseil national qui vient de se tenir.

Tout semble indiquer que la direction du parti va tout faire pour éviter le débat d'ici le prochain congrès, en reprenant à son compte des victoires qui ne lui doivent rien et en minimisant des défaites qui interrogent directement la ligne qu'elle a impulsé, comme par exemple la perte du conseil général de Seine Saint Denis. Je note qu'on se scandalise de l'attitude de Voynet élue avec les voix de la droite à Montreuil, mais personne n'envisage de remettre en cause
le groupe technique avec les verts.

Les tentatives multiples du PS de nous faire la peau dans des villes dirigées par un maire PCf sont réduites  à un excès de concurrence à gauche favorisée par l'évolution sociologique des villes concernées, et jamais rattachées à la volonté du PS d'imposer la recomposition politique et l'alternance ou à une ligne nationale du PCF.

Les alliances du PS avec le modem sont minimisées. Elles ont pourtant été nombreuses, parfois avec le parti modem, souvent plus discrètes au travers du jeu des personnalités.
Dans la plupart des cas, nous sommes partis sur ces listes avec le Modem, avec un discours qui fait de la place dans les institutions le seul gage d'efficacité, esquive la question du rapport de force réel et justifie par avance toutes les compromissions.

La direction va tenter de garder les mains libres et de surfer sur les évènements. Les résultats des municipales et cantonales rendent évidemment plus difficiles la liquidation du parti. C'est quand même une bonne nouvelle! Et plus personne ou presque dans la direction ne parle des collectifs antilibéraux, même l'ineffable Olivier Dartigolles se réjouït que cette force politique qu'il voulait liquider soit devenue la troisième du pays. A se demander qui a entrainé le PCF dans cette galère. Pour autant, les objectifs n'ont pas changé et on navigue toujours à vue
en évitant surtout de fâcher le PS et en parlant d'autant plus de la gauche que la reconstruction idéologique et organisationnelle du PCF n'est pas à l'ordre du jour pour cette direction.

L'expérimentation pouvant conduire à une nouvelle force politique n'a pas disparu de la
feuille de route du congrès et les apprentis liquidateurs restent maîtres des commissions et autres ...

Dans ces conditions, il me semble important que les communistes qui se sont attaqués à la reconstruction de l'organisation politique, à la remontée de son influence, à un début de réflexion idéologique et qui ont marqué des points dans la période des municipales et cantonales poursuivent leur effort, au plus prés du monde populaire et au plus concret de la bataille politique. Une section qui revit, une cellule qui prend des initiatives, un candidat du PCF qui mène une campagne communiste, c'est autant d'obstacles au projet de liquidation du PCF, à la volonté de le réduire à une force d'appoint du PS ou de le vider de sa substance communiste.

Je crois aussi que si nous voulons peser sur ce qui va se passer d'ici décembre, nous devons nous donner les moyens de nous unir autour de trois axes:

    Des idées fortes qui identifient un début de reconstruction idéologique
    Des batailles visibles et utiles pour le monde populaire
    Des dirigeants légitimés et identifiables pour le plus grand nombre

La question de notre unité me parait essentielle. Il n'est pas sérieux de penser peser si nous n'avançons pas dans ce sens. Beaucoup de communistes ne partagent pas la ligne de la direction mais la subissent par défaut parce qu'ils ne voient pas d'autres alternatives possibles et craignent le chaos. Nous ne pouvons pas espérer les convaincre si nous
continuons d'afficher la dispersion qui est la nôtre depuis plusieurs années.

La question de la direction ne doit pas être taboue pour nous. Il est important que nous affichions sans complexe que nous avons des femmes et hommes capables de faire vivre le PCF, reconnus par les communistes dans leurs organisations de base (sections, fédés sans oublers les militants syndicaux) et souvent légitimés comme "représentants du peuple" par le
suffrage universel. Là aussi, il s'agit de combattre l'idée qu'il n'y aurait pas d'issue autre que l'auto reproduction du groupe dirigeant, de plus en plus restreint et replié d'ailleurs, qui plus est pas mal déconsidéré par ses prises de position successives ( cf marie-pierre Vieux qui a déjà liquidé l'Unef, Dartigolles pressé d'arriver, Bessac et ses impulsions nocturnes quant aux amendements,Cohen-Seat qui a dégainé trop vite et Michel Laurent, bien grillé par ce qui s'et passé en Seine-Saint-Denis). Marie-georges elle même finit d'ailleurs par avouer qu'elle n'est pas sure d'avoir la perle rare dans ses tiroirs et se propose donc sous la pression de la foule (cherchez la) de faire encore un petit tour, preuve d'une faiblessse à moitié avouée.

Il me parait donc important que nous travaillons à incarner une autreirection possible du PCF. C'est dans ce sens que je prends la candidature d'André Gerin au poste de secrétaire national, une manière de signifier qu'une alternative est possible et non pas une bataille de
sommet. L'urgent, c'est bien sur de se mettre d'accord sur  ce que nous voulons
défendre ensemble et sur la manière de le faire. Je souscris à l'idée d'un tour de France des communistes qui doit se décliner dans chaque département. A nous tous, nous sommes en relation avec des centaines de communistes que nous pouvons renconter et qui peuvent à leur tour nous faire rencontrer d'autres communistes pour une discussion franche.

Est ce qu'on se donne les moyens de se renconter et d'agir avant l'été?

Attention, ça va aller très vite.

Dans le Rhone en tous cas, nous sommes disponibles pour tout ce qui permettra d'avancer.

Nous avons une réunion de notre réseau "Fiers d'être communistes" le 10 avril et je ferai part largement de notre réflexion et de nos propositions éventuelles à l'issue de cette réunion.

Fraternellement

Marie-Christine Burricand

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article