Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Un sarkophage pour le PCF?

30 Mars 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Qu'est-ce que la "gauche"

Publié le 28 mars 2008

HUmm, les petits malins qui ont pondu le Sarkophage (ci-dessous après mon message) c'est qui à votre avis? Les re voilou les Debons, les  Piquets et cie des collectifs...Cliquez-moi!Mais comme ils parlent bien ! Ils veulent " mobiliser au delà des quarterons encartés"..Ils se donnent "18 mois pour marier les contraintes" alors qu'ils ont mariés eux mêmes les contraintes lors des collectifs en vue des présidentielles (double consensus et tutti quanti). Ça me rappelle un groupe que j'avais rencontré avec Gilles dans les années 80 " C'est possible" de vieux soixante huit tard qui se réveillait pour refaire le monde les yeux encore tout collés!    

Je trouve honteux de nous faire croire qu'avec les mêmes (ceux des collectifs) cette fois est la bonne. Sauf que ceux qui veulent être les chefs sont ceux qui se sont battus en accord avec les autres chefs de partis (notamment communiste) pour que le PCF ne soit pas la référence politique de ce rassemblement. Déjà les communistes avaient tort de croire qu'ils pourraient faire comme la LCR c'est à dire l'air de rien, s'imposer dans cette gauche là. C'est vrai que pour les "revenus de tout" c'est tentant mais alors ils ont du râté une étape quelque part! Les Debons, les Piquet (LCR ne l'oublions pas) ne veulent des communistes qu'un Ersazt sans odeur et sans saveur, des repentis du  PCF (voire du communisme)...   Pasquale  

Le Sarkophage - Journal d'analyse politique - contre tous les sarkozysmes
accueil | en kiosque | s'abonner | devenez sarkophage | l'affiche | actualités |

14 juillet 1789 : prise de la Bastille
14 juillet 2007 : lancement d'un nouveau journal d'analyses politiques
22 mars 2008 : Le sarkophage n°5 un numéro exceptionnel de 24 pages 
Le sarkophage n°6 paraitra le 17 mai 2008 avec des articles de Danielle Mitterrand, Jacques Cossart, Paul Violet, etc.

Dix-huit mois 
Editorial N° 5

Il reste dix-huit mois pour fonder une alternative politique crédible au sarkozysme en place et à tous ceux qui ne rêvent que de lui succéder en 2012 pour mener une politique du même type. Dixhuit mois pour prouver qu'un espace politique existe entre un parti qui n'a plus de « socialiste » que le nom et une « gauche anticapitaliste » drapée dans sa pureté, réfractaire à toute participation gouvernementale, incapable, en fait, de prendre la mesure de l'époque. Parce que la dérive démocrate des dirigeants socialistes n'est pas accidentelle mais qu'elle traduit la victoire du courant des « nouveaux démocrates » au sein de l'Internationale socialiste, parce que le sarkozysme n'est pas seulement la continuation de la guerre des mêmes contre les mêmes mais l'importation en France de la contre-révolution conservatrice mondiale : nous devons oser une « gauche décomplexée » c'est-à-dire sociale, écologiste et républicaine.
Il reste 18 mois pour forger cette nouvelle force politique à même de rééquilibrer la dérive de la gauche partisane et syndicale et donner


une traduction politique au mécontentement social alors que les municipales ont servi de laboratoire prouvant que des accords avec le MODEM sont non seulement possibles mais qu'ils n'excluent même plus le soutien de communistes. Dix-huit mois pour apprendre à marier les contraintes environnementales et notre souci de justice sociale ce qui impose d'en finir avec l'idée qu'il suffirait de faire grossir le gâteau (PIB) et rend la question du partage plus urgente que jamais, afin de défendre la cause des petits, ce qui suppose certes un effort théorique et politique conséquent à la hauteur de celui accompli par nos anciens lorsqu'ils surent marier le drapeau rouge et le drapeau tricolore. Dix-huit mois pour que des familles des différentes gauches émerge la perspective d'un nouveau mouvement capable de mobiliser au-delà des derniers quarterons de militants encartés dans des appareils en sursis et au-delà des déçus de la social-démocratie et de l'écologie politique. L'expérience de La Gauche (Die Linke) en Allemagne prouve que c'est possible et que c'est même la meilleure façon de bloquer la dérive sociale-libérale des partis sociaux-démocrates. Cette nouvelle gauche sociale, écologiste et républicaine


représente incontestablement une force militante et une force électorale avec lesquelles il faudra nécessairement compter. Des fractions importantes et pourquoi pas majoritaires du PCF, de la gauche du PS, des Verts, de la LCR, des alternatifs, des altermondialistes, des objecteurs de croissance, des gaullistes de gauche, des membres d'autres réseaux en réserve, depuis si longtemps, doivent maintenant converger et faire des prochains Congrès de leurs mouvements des moments historiques. C'est au peuple de gauche de dire qu'il faut maintenant tourner la page et vite et que l'heure est venue de dissoudre, ici, les partis exsangues et de rompre, là, avec la « fausse gauche ». C'est au peuple de gauche d'imposer la convocation d'un congrès de Tours à l'envers pour refonder d'ici, 18 mois, une gauche sociale, écologique et républicaine à la française. Alors Jean-Luc Mélenchon, Marie-George Buffet, José Bové, mes copains « verts » ou de la « ligue », les « objecteurs de croissance », ceux des multiples mouvements sociaux, les « encartés » de tout poils et les « sans-carte » : rendez-vous dans dix-huit mois et pourquoi pas à Tours ?

Responsable rédaction : Paul Ariès
Editorial numéro 1 - Editorial numéro 2 - Editorial numéro 3 - Editorial numéro 4
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article