Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Benjamin Landais - Aymeric Monville - Pierre Yaghlekdjian : parution de "L'Idéologie Européenne", présentation lundi 31 mars à 19 heure 30, à l'ENS, 45 rue d'Ulm (Paris)

30 Mars 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Théorie immédiate


Benjamin Landais
- Aymeric Monville - Pierre Yaghlekdjian

Benjamin nous communique ceci :

L’idéologie européenne

Pour finir, notre bouquin sur l'idéologie européenne est sorti (il est sur
le point d'être distribué en librairie). J'ai fait une petite annonce pour
une présentation qui aura lieu dans 10 jours à l'ENS (+ présentation du
bouquin rapidement en fichier joint). Je vous serai très reconnaissant si
vous passiez l'un ou l'autre dans le blog réveilcommuniste.

A bientôt,

Benjamin

L'invitation à la présentation en question :

Les Communistes de l’ENS vous invitent à débattre sur le thème de «
l’idéologie européenne » autour de la sortie d’un livre militant consacré
à la question en présence des auteurs :

RDV lundi 31 mars à 19h30 à l’amphi Rataud
au 45, rue d’Ulm (Paris 5e)

Rapidement mentionnée puis vite passée sous silence par les médias
dominants, la ratification du « Traité de Lisbonne » par le parlement au
début du mois de février 2008 semble définitivement oublié après la
période des élections municipales. A la poubelle la victoire du «Non» à la
constitution européenne ? Pourtant, le 4 février 2008 marquera sans doute
dans l’Histoire de France le premier coup d’Etat politique du XXIe siècle.
Avec la bienveillance du Parti Socialiste, la nouvelle gouvernance à
l’américaine aura montré que la volonté souveraine exprimée par plus de 15
millions de Français en mai 2005 peut être violée par 560 parlementaires
moins de trois ans plus tard. Qu’importe puisque « L’Europe est sortie de
l’impasse ! ».
Il était donc urgent de reprendre l’offensive dans les luttes comme dans
l’analyse de ce que sous-tend réellement la « construction » européenne.
Car force est de constater que même la « Gauche du NON », qui prétend «
réorienter » l’UE et lui donner un contenu « social », a déserté ce
terrain.

La rédaction collective de ce livre a été guidée par trois idées
directrices :
• Identifier les conséquences réelles de la « construction » européenne.
• Retracer la généalogie de l’Europe en tant que mythe politique et culturel.
• Face aux impasses théoriques de l’altermondialisme, tenter de comprendre
dans quelle logique impérialiste l’Europe s’inscrit.

http://www.atheles.org/aden/lideologieeuropeenne

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JM-Edwin 06/04/2008 14:19

Pour information un article "pour une Europe rouge" avec (en commentaire) une référence à votre article de présentation du livre L'Idéologie européenne a été publié ce jour sur Le Communiste 76. Un débat qui s'ouvre? 

Benjamin Landais 31/03/2008 11:55

Merci pour ces encouragements. Je ne crois pas cependant que ce livre verse dans le "chevènemento-étatisme". Il s'agit surtout de démasquer les illusions propres à une gauche du non sur l'Europe qui collectionne les renoncements politiques et théoriques depuis au moins 15 ans. C'est d'abord un livre qui invite à la lutte concrête, débarrassée d'une idéologie mortifère pour le mouvement ouvrier malgré son masque parfois progressiste.

olivier Imbert 30/03/2008 13:30

camarade je vosu souhaite une bonne réunion; je me méfie juste un peu de l'aspect un peu chevènemento-étatiste d'un scientisme à la lecourt de la démarche. Si cela me paraît intellectuellemnt pls sympathique, cela n'empêche pas la pensée piètre d'un certain maurraacisme d'être aussi ateint par la lutte des places et par le subjectivisme des attitudes intellectuelles un microcosmiques. Je crois que malheureusement, le devenir politique de Lecourt et chevèneemnt peut-être parfosi pire théoriquement aussi qu'un certain gauchisme même européen et donc des revendications un peu altermondialiste. Bref, comme dit gilles n'oublions pas que Nietzsche et Onfray peuvent parfois être agréables; Quand certains usages du marquis de Sade peuvent être eux dans leur rigorisme criminel même au sens juridique du terme. Les communsites n'ont aujorud'hui à l'université pas de camp à choisir en particulier, si ce n'est celui du marxisme et du matérailisme. Pour le reste évitons si c'est possible les saloperies "intellectuelles" des uns et des autres...

gilles questiaux 21/03/2008 07:31

J'ai lu "Misère du Nietzscééisme de gauche" d'Aymeric Monville avec le plus grand intérêt. En effet, ayant suiivi des cours de philo comme presque tout lemonde aujourd'hui, presque tout le monde arrivant au bac, j'ai été influencé trop longtemps par l'eccléctisme scolaire qui provoque des synthèses molles par empilements de textes contradictoires, et incompatibles, érudition creuse et parfois mystique dont la philosphie d'Heidegger est une illustration. Et Nietzschz joue un rôle central dans le "grand récit mou" des postmodernes.
Pour le dire autrement, il n'y a à mon avis pas de raison de prendre au deuxième degré les trivialités antidémocratiques, racistes, antiféministes, antisocialistes, antipopulaire (le "troupeau!") qui fourmillent dans l'œuvre de Nietzsche, et Aymeric Monville travaille au crépuscule de cette nouvelle idole des pseudo révolutionnaires.
Ce qui ne signifie pas que la lecture de Nietzsche soit inutile, ou nocive, et elle reste en tout cas agréable. Il faut simplement le lire en le situant correctement dans la lutte des classes.

Pasquale NOizet 20/03/2008 13:50

J'ai noté le rendez-vous et j'espère venir car ce thème est très important. J'ai besoin de pistes de réflexion sur la question.Pasquale