Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Déclaration de Patrice Bessac sur l'alliance PS-Modem

20 Février 2008 , Rédigé par Réveil Communiste




Les communistes parisiens disent "non" à une alliance avec le Modem aux municipales et préviennent qu’ils ne participeront pas à un exécutif à Paris avec des élus de droite, a affirmé mardi soir Patrice Bessac, secrétaire de la Fédération PCF du Paris.

"La position des communistes parisiens est simple et se résume en trois mots : non, non et non à une alliance contre nature" avec le Modem "et non à un gouvernement de Paris avec des élus de droite", a affirmé Bessac lors d’un point de presse, avant un meeting de campagne dans le Xe arrondissement.

"A Paris on peut gagner dans la clarté et l’honneur avec la gauche, toute la gauche et rien que la gauche", insiste Bessac qui rappelle que le maire de Paris Bertrand Delanoë n’a pas confirmé une alliance avec le parti de François Bayrou. "Si Marielle de Sarnez, bras droit de François Bayrou, est dans le gouvernement de la capitale, nous n’y serons pas", a dit Bessac, rejoignant la position des Verts parisiens.

"Les Parisiens n’ont pas vocation à être les cobayes d’une recomposition politique" et ne "troqueront pas leurs idées contres des strapontins", a souligné de son côté, Iann Brossat, porte-parole des communistes parisiens. Les communistes sont alliés du PS et ont conclu un accord leur laissant espérer 8 conseillers (contre 11 dans la mandature sortante).

"Dans tout le pays, les élus Modem sont à 95% alliés avec la droite UMP", a souligné Bessac. Mais dans certaines villes, comme à Grenoble et à Montpellier, les communistes ont accepté une alliance de la liste de gauche avec le parti de François Bayrou.

Le maire de Paris a affirmé mardi qu’il était "prêt à rassembler large", appelant à "la clarté". "Moi, le centre-gauche je veux bien, le centre qui est à la fois à droite et à gauche, je ne peux pas", a-t-il souligné.

www.20minutes.fr/article/214...

La déclaration de Patrice Bessac (porte parole du PCF) est conforme à la ligne qu'il a défendue en AG de section du XXème et qui a été mise en minorité : rester sur la liste quoi qu'il arrive, et refuser de participer à l'éxécutif en cas d'alliance Modem. On peut dire que c'est un pas dans la bonne direction, mais que ce n'est pas assez. En effet, un clou chasse l'autre, et on trouvera une bonne raison pour revenir à l'exécutif à la première occasion. Et d'autre part, encore faut-il que les élus acceptent de suivre la consigne, et à Paris en tout cas, ce n'est pas leur habitude. GQ

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivier 20/02/2008 17:12

Pourquoi faire de la publicité à un affreux journal gratuit ? Ce texte est une dépèche de l'AFP.

Astrée 20/02/2008 15:51

exactement, si j'ai publié cet article, c'est que je pense que malgré une volonté de clarification (ce qui prouve qu'en insistant, on arrive à se faire entendre) de la fédération, j'attends de voir les ACTES...on verra le 9 mars au soir.Astrée

Gilles Questiaux 20/02/2008 15:11

La déclaration de Patrice Bessac (porte parole du PCF) est conforme à la ligne qu'il a défendue en AG de section du XXème et qui a été mise en minorité : rester sur la liste quoi qu'il arrive, et refuser de participer à l'éxécutif en cas d'alliance Modem. On peut dire que c'est un pas dans la bonne direction, mais que ce n'est pas assez. En effet, un clou chasse l'autre, et on trouvera une bonne raison pour revenir à l'executif à la première occasion. Et d'autre part, encore faut-il que les élus acceptent de suivre la consigne, et à Paris en tout cas, ce n'est pas leur habitude.