Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pour une opposition unie et victorieuse au prochain congrès du PCF

9 Mai 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Remarque du 9 mai : les opposants au groupe dirigeant sont priés dans le rapport de la commission Buffet, publié aujourd'hui, " de déclarer leurs intentions". Comme si c'était nous les cachottiers! La preuve :

Proposition de tactique pour la préparation du congrès publiée par Gilles Questiaux le 21 février 2008 sous le titre "Congrès, J-300"

La commission de préparation du congrès présidée par Pierre Laurent travaille.


Mais l'ordre du jour de ce congrès sera fixé fort peu de temps avant sa convocation, suivant un dispositif statutaire favorisant la base commune émanant des commissions du CN, et qui est destiné à lui donner une longueur d'avance dans les débats. Je conseille à tous une lecture attentive des statuts du parti, que nous avons mis en ligne.

Statuts du PCF 33ème congrès

Pour le prochain congrès nous ne pourrons pas rester sagement à attendre la production de cette BC,  pour plusieurs raisons. Premièrement les opportunistes du groupe dirigeant, les refondateurs et partisans d'un "Linke" français ont réussi à introduire dans le mandat issu de l'ANE toute latitude pour envisager la création, sur les ruines du PCF, d'une autre organisation. Les procédures statutaires qui ont pour but d'assurer la fusion la plus large possible des opinions des communistes obligeront à y inclure cette possibilité léthale, même si elle est en réalité ultra-minoritaire. Mais même si elle représentait l'opinion d'un nombre important de communistes, elle n'en serait pas pour autant légitime! Que vaut dans un congrès communiste l'opinion de "communistes" qui ne veulent plus du communisme? Leur présence même ne s'explique plus.

L'autre raison de ne pas attendre est la composition des commissions où les refondateurs, et les amis de M.G. Buffet sont en grande majorité, et bien entendu ni les uns ni les autres ne se sont engagés fermement sur le maintien du parti. Pour empêcher la reédition d'une situation comme celle de l'ANE où le vœux préalable aux discussions de maintenir le PCF ne serait pas acté par le congrès, il faut construire une base commune communiste alternative à celle qui émanera des commissions du CN, une base ouverte à toute sensibilité communiste, regroupant ceux qui refusent toute forme de liquidation, dillution, changement de nom,  fédération, disparition , ou extinction par privation d'autonomie ou reniemment des principes.  C'est dans cet esprit que nous avons publié un appel à contribution sur le blog Réveil Communiste. Il ne s'agit pas de produire un texte oppositionnel de plus, estampillé "Réveil Communiste". Il s'agit de créer une plateforme d'unité.

Cette base commune communiste alternative devra ensuite être portée en AG de section et en assemblée fédérale jusqu'au congrès national par des candidats sur des listes alternatives, aux niveaux local, fédéral et national, en sachant que ces candidats devront faire le choix déterminé de ne pas fusionner en échange de concessions souvent purement terminologiques et verbales (ajout dans les textes de mots comme "Marx" ou "lutte des classes" pour gauchir un contenu incohérent ou dangereux) ou de places de responsabilité (dans l'espoir vain de gauchir la direction) sur la liste proposée par le CN et donc de ne pas se contenter d'amendements, qui seraient de toute manière dénaturés ou annulés au niveau supérieur, comme on a pu le voir au congrès 2006. Les statuts ne permettent pas en effet de figurer sur plusieurs listes, et c'est bien normal d'ailleurs.

Au congrès de décembre 2008 le texte émanant du CN dont la composition ne réflète pas du tout la base du parti doit être mis en minorité (et nous ne prouverons ce que tout le monde sait, que le CN actuel ne reflète pas la base, qu'en mettant sa proposition en minorité). Cette démarche est nécessaire pour sortir des ambiguités qui ont paralysé notre fonctionnement depuis dix ans. Les trois années de congrès permanent (en comptant forums de 2005 et collectifs de 2006) doivent déboucher sur une clarification radicale, et la mise à l'écart de l'équipe dirigeante, ou alors la survie du parti est compromise à brève échéance. Le peuple n'a que faire d'une organisation en conclave perpétuel, sur la question de savoir si elle doit continuer à exister ou non.

Les nouveaux dirigeants ne peuvent être choisis que dans l'opposition actuelle, il ne peut s'agir d'inconnus et de jeunes cooptés par l'équipe en place comme cela se produit habituellement. Et le seul moyen, camarades, de changer de direction, c'est de voter pour les listes d'opposition de la base commune communiste alternative, où devraient figurer tous les camarades qui se sont opposés à un moment ou à un autre au processus de déconstruction idéologique et organisationnelle du parti, ou dont l'action et les déclarations n'ont jamais été associées aux projets de recompositions à gauche ou à l'extrême gauche.

Ce que nous voulons : un parti de classe, tourné vers le peuple et non vers le microcosme militant, un parti marxiste, un parti concret et constructif à vocation révolutionnaire.

Ce que nous ne voulons plus : la gauche plurielle, les collectifs, les forums, les campagnes d'effacement du parti, les alliances systématiques dont le seul objectif est de préserver des élus sans conditions politiques. Pour ne plus revoir cet interminable gâchi de temps et d'énergie militante, il faut clairement mettre en minorité les équipes et les clans qui se partagent le pouvoir dans le parti depuis 1994, et placer les hésitants devant leurs responsabilités. Vu les statuts du parti, cela signifie adopter une attitude intransigeante, et résister au chantage à la rupture qui ne manquera pas d'être exercé pour débaucher les candidats de la liste défendant la BCCA sur la liste du CN.

Si certains s'inquiétaient de la dégradation des relations personnelles entre communistes qu'un tel débat intransigeant pourrait provoquer, je répondrais que des prises de positions claires, sans flottement ni intrigue seraient propice au contraire à la reconstruction d'un parti sain où les camarades de différentes opinions discuteraient et se respecteraient. Plus certainement que la situation actuelle où l'essentiel semble être décidé en tractation de couloirs, où l'on joue au bonneteau avec les amendements à la tribune, et où l'on n'a pas peur de tenter de marginaliser et de discréditer les camarades qui ont des critiques à faire.

PS au 10 mars : il est très possible que les "nouveaux partis" dont les diverses ailes droites à la direction rêvent dans leurs montages politiciens et électoralistes pour remplacer le PCF soient remisés au placart, car le groupe dirigeant est conscient du rapport de forces peu favorable qui règne à l'intérieur du parti. Il ne faut pas s'en contenter! Je pense qu'il faut que les options de liquidation et/ou de recomposition soient explicitement écartées pour pouvoir relancer dans l'action un PCF combatif et efficace. Les dirigeants qui spéculent ouvertement sur la fin du parti doivent être mis en minorité et écartés. Et pour atteindre ce but l'opposition doit constituer un front très large et viser résolument 50% des mandats. GQ.

Lire aussi l'opinion d'Olivier Imbert sur la question de la tactique de congrès :

reveilcommuniste.over-blog.fr/article-15477440.html

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux Jacques 10/05/2008 09:09

Pour un ex-adhérent du parti et toujours communiste dans l' "âme" comme moi qui, de sa petite cellule de province était à cent lieues de toutes les magouilles politiciennes, les choses ne s'améliorent pas puisque les fossoyeurs du parti ont toujours la main et s'accrochent à leur pouvoir hégémonique qui n'est pas l'apanage du seul parti socialiste. A la clôture du congrès de décembre et si les apparatchiks, comme je le redoute, se maintiennent toujours aux commandes, après s'être débarrassés du mot communiste qui dérange, il ne restera plus aux communistes vrais qu'à s'unir. En effet, je ne vois pas comment les purs communistes pourront continuer à se battre à l'intérieur d'un parti qui ne sera plus communiste face à cette mafia de la course aux places et aux strapontins. En attendant, nous les pauvres gens, nous souffrons terriblement de la désastreuse politique menée par Sarkozy. Nous faisons les frais des "grandes" manoeuvres des carrièristes du parti et en payons le prix fort. Les 15 et 22 mai, j'irai vendre mes livres militants à la manif, en particulier, le dernier né : Les apparatchiks. N'en déplaise à certains communistes, dirigeants de la CGT locale qui, dans ma ville régnent en sei(ai)gneurs sur les adhérents. Je ne les crains pas car j'ai fait mes preuves sur le terrain des luttes.Jacques Tourtaux  

Gilles Questiaux 29/02/2008 00:24

Pour former des listes alternatives à la base commune du CN il faut d'autant plus s'y prendre de bonne heure que dans bien des sections le nombre de candidats à proposer est supérieur au nombre de militants efectifs! et il faut aussi tenir compte des contraintes de composition. Donc il ne faut pas attendre que le texte commun soit pret, ou qu'un des textes ait éclipsé les autres pour constituer ces listes.