Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Liquidation en Italie, un putsch antistatutaire en cours au PRC

14 Février 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Communistes en Italie

Publié sur l'Ernesto le 31 janvier 2008, traduit par GQ, On constate que les camarades italiens sont confrontés à un véritable putsch de leur direction, qui a annulé le congrès statutaire pour passer en force la liquidation de Rifondazione Communista. Les mœurs que l'on tente d'acclimater dans les différents partis du PGE méritent la plus grande vigilance!

140 membres du PRC de la fédération de la province de Pistoia signent l'appel de Florence «  pour un congrès de relance de l'action et de l'autonomie du PRC,,, »

Ernesto, 31/01/2008

Texte accompagnant la signature de l'appel de Florence:

Nous sommes des camarades signataires de motions différentes au dernier congrès et nous retransmettons ici un appel à destination de la Fédération et des cercles du parti, pour que remonte la demande d'un congrès du parti au début du printemps prochain, pour une évaluation démocratique des adhérents sur les thèmes suivants : expérience négative de la participation au gouvernament Prodi, la chute de ce gouvernment, le choix d'entrer dans la « gauche arc en ciel » et celui (avec lequel nous sommes en désaccord) de retirer la faucille et le marteau des bulletins de votes,

La participation au gouvernement s'est avérée sans influence sur son action, et ses choix politiques ont été imposés par le PD [l'ex PCI liquidé et droitisé à mort] de Veltroni, Prodi, Padoa Schioppa, Dini, Mastrella, que ont mis en œuvre une ligne d'austérité en faveur des grandes entreprises, de Cofindustria [medef local] et du pouvoir économique, l'application du programme électoral a été éludé, ce qui montre la satellisation du PRC, et ce qui a provoqué une crise de confiance parmi les travailleurs et les classe populaires qui réclammaient une action en cohérence avec engagements pris pendant la campagne électorale,

Au contraire, sur les questions militaires : la base de Vicence a été concédée au États-Unis, et les dépenses miltaires ont été augmentées de 24%, la précarité et la « loi 30 » ont été confirmées, au préjudice des jeunes générations, les salaires et les retraites sont maintenant les plus bas d'Europe, les droits sociaux ne sont pas défendus et la pauvreté s'accroit dans les classes populaires et parmi les travailleurs, et les accidents du travail causent la mort de milliers de travailleurs, C'est une situation préoccupante qui aurait exigé la réunion d'un congrès du parti dès l'année en cours, au rythme prévu, et au contraire, il a été ajourné et remis au calendes grecques, précisément au moment où le parti est impliqué par sa participation au gouvernment dans les mauvais compromis sur les retraites, les droits sociaux et une loi de finance impopulaire. Au lieu d'un congrès, comme si tout ça ne regardait pas les adhérents du parti, on demande de bien improbables explications à Prodi et au PD, comme si ce n'était pas eux qui avaient imposé l'abandon de la plate forme électorale commune.

Maintenant comme beaucoup l'avait prévu, le gouvernement Prodi est tombé et nous nous trouvons devant une crise de confiance qui monte dans la toute la société et qui touche aussi notre parti. Nous nous sommes laissés reléguer par nos alliés en position subalterne, ce qui sème le doute sur notre avenir même, et à l'heure actuelle nous ne savons même pas si et quand le congrès aura lieu, tandis que sont mises en avant des propositions du genre d'un « gouvernement institutionnel technique » pour la réforme de la loi électorale, qui si elles sont appliquées consisteront en fait en une coalition avec des formations du centre droit. Nous avons toujours refusé avec détermination de nous associer à ce genre de combinaisons, et aujourd'hui elles sont présentées officiellement par le parti sans discussion préalable par les cercles et les fédérations.

De même le choix de participer à la « Gauche arc en ciel » qui a été fait en décembre dans une réunion « d'états-généraux » et n'a pas été présentée pour discussion à l'ensemble du parti. La démarche apparaît comme émanant du sommet, sans participation des inscrits ni consultation de la base sociale du parti, c'est d'ailleurs également le cas pour les adhérents des autres forces et mouvements concernés, qui ont contribué depuis le G8 de Gênes à la reprise des luttes dans notre pays. Ainsi à l'intérieur des partis et mouvements de gauche se concrétise une fracture profonde qui est due au choix gestionnaires en cours qui conduisent à diminuer et à sous-estimer le rôle de la base, les bases sociale et territoriale nécessaire pour conduire le changement.

Sur la base de ces constatations nous demandons la tenue d'un congrès au début du printemps, de manière a donner le rôle central et décisif aux adhérents du parti dans les choix futurs, en particulier en ce qui concerne la Gauche « arc en ciel » qui ne pourra pas se faire en niant l'autonomie du PRC, ses symboles attitrés et son existence.

Signé par 140 inscrits du PRC de la fédération de Pistoia, appartenants à différents cercles, parmi lesquels 5 secrétaires de cercles, un conseiller provincial, 2 conseillers municipaux, un membre du bureau politique national, et de nombreux membres de la direction fédérale de la province de Pistoia,

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

caius Gracchus 01/02/2008 21:42

Comme dit le Manifesto : Prodi est parti et berlusconi n'est pas encore arrivé. Savourons ce moment... ;-)