Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Dialogue sur les municipales à Paris : être ou ne pas être autonome du PS

25 Décembre 2007 , Rédigé par Réveil Communiste

A lire en commençant par la fin.

----- Message transféré ----
De : Gilles Gourlot
Envoyé le : Dimanche, 23 Décembre 2007, 3h56mn 43s
Objet : Re: RE : Re: RE : Quelques relents avant les fêtes

Salut

Bien conscient de la difficulté d'une campagne autonome commençant si  
tard. (surtout qu'il faut à cette occasion réaliser un programme se 
démarquant plus clairement). J'ai tout de même choisi de persister dans 
mon choix pour une liste indépendante et je l'ai exprimé en section.  
Pour aller au bout de la démarche, j'ai aussi déposé ma candidature pour une liste autonome uniquement (comme plusieurs camarades comme je l'ai constaté avec plaisir). En très peu de mots... je préfère encore mourir debout que couché... et puis, se prendre une taule aux municipales, c'est pas si mortel que ça si on considère que de toute façon que nous repartons de 0 et que tout reste à construire. Je suis bien d'accord que pour faire les choses sérieusement, il fallait commencer un ans avant le scrutin. Les rapports de forces étant ce qu'il sont, le résultat ne sera pas miraculeux en terme de nombre d'élus de toutes façons.  Mais le pouvoir formel n'est pas si important ce qui compte et qui nous manque de plus en plus c'est de l'influence. Mais quelle influence peuvent avoir des cocos qui donnent une image pitoyable d'eux même en se comportant comme des gens qui refusent de se présenter directement devant les citoyens, préférant négocier des  places quitte a se renier parfois. Le choix sur les municipales ce n'est pas l'ANE  il y a là un vrai  choix a faire et nous devons donner ce choix aux camarades en leur  offrant une alternative.

A bientôt.

Gilles G

Le 20 déc. 07, à 11:28, Jonathan Chenal a écrit :

> Je partage pas mal ton analyse, Fabien. Il est clair que nous sommes entre le marteau et l'enclume : d'un côté le PS qui nous humilie, de  l'autre la perspective de désigner des candidats et de faire campagne seuls en 2 mois et demi, ce qui est un suicide annoncé vu le faible délais que ça laisse pour faire campagne. La perspective de partir seuls n'avait du sens que si nous commencions la campagne dès l'automne, juste après la fête de l'Huma. Là ce serait ridicule ; et  dans le même temps, les négociations de sommet avec le PS sont le comble de la honte, tant pas le nombre d'élus qu'ils proposent que par  le fait qu'on ne choisit pas nos candidats. Dans tous les cas, ce n'est pas ça qui va dans le sens d'une revitalisation du Parti.

La direction fait semblant d'être combative (Gérard Pellois à l'ANE : "J'ai fait le choix du PCF"), mais seulement en paroles ; dans les actes, c'est la liquidation en marche. J'ajouterais un parallèle avec ce que nous avons vécu il y a un an à peu près. Au 33e Congrès, en  mars 2006, la proposition de décider d'emblée la candidature de MGB été repoussée, pour laisser place aux sinistres collectifs antilibéraux. Fin décembre, aucune candidature n'était décidée et MGB  a décidé d'y aller seule, sur une ligne nulle, en plus. Résultat : gamelle. Là c'est pareil, on fait trainer en longueur, complètement prisonniers que nous sommes des accords d'appareils, et dans tous les  cas immédiats nous serons abusés lors de ces élections. Je dis "cas immédiats" parce que ce que nous payons aussi maintenant,  c'est que les élus aient pu faire leur cuisine tranquillement pendant 7 ans sans que les militants s'en mêlent. C'était certainement voulu,  j'en conviens aisément. Mais le résultat aura été de démobiliser la  base sur le travail municipal. Certains en critiquent les communistes eux-mêmes (J. Houzet), mais on peut se demander si la volonté  politique d'être l'allié le plus loyal du PS ne passait pas, pour le PCF, par l'accaparement des questions municipales par les élus, exactement ce à quoi nous assistons, encore, à l'occasion de ces  négociations. Lors de la prochaine mandature, quelle que soit la façon dont nous nous serons présentés aux électeurs, et quel que soit le résultat, il faudra mettre en place, dans chaque section où il y a des élus, un comité de suivi de leur travail, et de liaison avec la section. Dans notre section, il y avait Sarah Jane Mellor chargée de  ce travail depuis le Congrès, autant dire que les élus n'avaient pas de soucis à se faire, et n'en ont effectivement pas eu. L'exemple de la base nautique du bassin de la Villette est franchement la honte, d'autant que les élus, quand on leur demande de s'expliquer, déplacent  la discussion du terrain politique sur le terrain technique pour  justifier d'avoir voté la délégation de service public.

Voir ça au PCF me fait vraiment chier.

Allez, peut-être à ce soir à la réunion ANR.

Jonathan


> Fabien ALBERT a écrit :

>> Philippe,

Les communistes parisiens ont fait ou vont faire sans doute (il y aura un vote, ce qui est assez démocratique, même si cela vient très très tard) un choix et je crois qu'en terme d'élus possibles c'est clairement le meilleur possible...J'ai l'impression que la volonté d'avoir des élus prédomine chez une majorité de militants....Cette stratégie est contestable, et moi aussi j'aurai préféré un autre choix qui sera comme l'a dit David en AG assez difficile de mettre en œuvre en janvier (il y eut fallu s'y atteler dès la rentrée pour être prêts avec une assez large union)...Car si à 2 mois et demi des municipales on y allait sans le PS, on donnerait (et malheureusement cela serait en partie vrai) l'impression qu'on a pas eu autant de postes que souhaités...La visibilité au yeux des gens d'un projet alternatif serait quelque peu effacée, je le crains par un "électoralisme à la petite semelle"...Le PS
je crois a été très fort dans l'affaire, car en mettant des cocos éligibles dans tous les arrondissements où il y en avait déjà il va couper l'herbe sous le pied aux militants cocos de ces arrondissements qui auraient pu imposer des listes autonomes locales....

Ceci dit, même s'il y a eu disons une pression amicale des nos dirigeants parisiens pour que les cocos optent pour ce choix (et il y a une tradition d'obéissance surement trop forte au parti), j'ai senti dans la dernière AG du XXe que les cocos en AG sont majoritairement pour.. Car pour se laisser convaincre aussi aisément....Le changement culturel profond qui consisterait à se distancier du PS ne me semble pas être encore à l'ordre du jour dans une grande majorité de têtes de nos camarades...

Mais cela changera peut être dans les prochaines années....Il faut savoir reconnaitre parfois qu'on est minoritaires et veiller surtout,  en ayant le futur dans le viseur à ne pas trop avoir la défaite amère...

Là ou j'ai une objection forte à faire quant à moi c'est que les militants n'aient pas leur mot à dire, par un vote démocratique sur les noms des futurs élus....Car quitte à avoir 8 élus, autant qu'on les choisisse je trouve...Il en est qui se défonceraient je pense plus que d'autres...

Fabien

>> Philippe Lelong a écrit :

>> > Pour ce que j'en ai compris, dans le cas de Brossat pour le 14ème, la méthode est plus insidieuse : les municipales 2008 seront les premières pour lesquelles les nouvelles dispositions légales en matière de parité s'appliquent. Les contraintes sont fortes. Et dans le 14ème, le PS nous accorde une place éligible pour... une femme !! Ian n'a plus qu'à se faire opérer. Tout ceci est vraiment à gerber. Nos apprentis apparatchiks de la  
fédé (comme d'autres un peu partout en France) continuent à creuser la tombe du PCF à grands coups de pelle, comme ils le font depuis 20 ans en nous enfermant dans cette stratégie électoraliste à la remorque du
PS qui nous démolit à petits feux...

>> > Philippe.

>> > */Jonathan Chenal /* a écrit :

>> > Re bonjour,

merci Pasquale de cet état de lieux. Je bondis en lisant que le PS ne veut pas de Ian Brossat dans le 14e. Cela signifie que les négociations ne portent pas sur le nombre de nos conseillers, mais qu'en plus le PS choisit dans nos rangs qui il souhaite voir sur ses listes ? Histoire de choisir les plus gentils... c'est une démarche de prince, une démarche impériale je dirais même ! Ah oui, alors là oui, le nombre de conseillers nous humilie, mais la méthode également !

Quelle magouille....

Bonne journée.

>> > Jonathan

*/Pasquale /* a écrit :

Bonjour cher-e-s camarades,

Au CD nous étions peu nombreux et parmi notre petite bande de fous ;-) du CD sur cette liste, il y avait moi et Adrien. Suite au résultat actuel de 8 arrdt avec des conseillers PCF qui semble satisfaire une partie des membres du cd qui étaient présents (ah les absents ont toujours torts !) et malgré le fait évident qu'il n'y a pas de quoi se rouler par terre de plaisir surtout que notre porte parole Ian Brossat n'a pas été "choisi" par le PS dans le 14ème son propre arrdt ce qui montre assez bien la volonté du PS de ne pas vouloir que le PCF continue à tenir un rôle progressiste (et populaire) à Paris, l'exècutif a décidé de reporter le vote des militants de section après les fêtes. "La règle à calcul est cassée" (sic Ian). On a même des secrétaires de section du CD pour une union au premier tour qui commencent à penser que si on ne parvient pas à faire mieux (notamment pour obtenir de meilleures positions sur les listes de nos candidats) ils préfèreront partir en autonome. Mais pour notre secrétaire fédéral on va "aller jusqu'au bout" et continuer à rencontrer le PS (on ne sait pas vraiment au fond sur quoi discute notre groupe censé nous donner autre chose que des chiffres, peut-être qu'ils jouent à la belote et qu'ensuite ils comptent les points?). Bref, c'était pas joyeux joyeux c'est le moins que l'on puisse dire. Les communistes présents au CD parlaient d'humiliation. Perso, je pense que l'humiliation elle se situe bien au delà de notre parisianisme, bien au delà des places à prendre...Mais bon que dire de constructif lorsque les dés semblent jetés et qu'ils restent dans les mêmes mains?IL est certain que la base des communistes donnera un avis qui ne servira à rien ou alors ce sera tard pour partir en autonome avec toutes les conséquences que cela implique. Bien sûr actuellement on ne part pas en campagne malgré l'optimisme débridé d'Amar qui dit que dans le 20ème on est déjà en campagne (ah bon je n'ai rien vu et avec qui????) et on compte les points et les positionnements tandis que la LCR fait un communiqué de presse comme quoi elle part en campagne avec dans sa besace un vrai projet anticapitaliste et qu'elle met dans son escarcelle ceux de la gauche qui veulent bien aller
sur sa liste. Elle annonce que pour le second tour elle peut faire un ralliement "technique" sur liste de "gauche" pour avoir des conseillers comme quoi la LCR est prête à remplacer un PCF qui ne veut plus d'électeurs à Paris et elle a bien raison. A leur place je ferais la même chose.

Bien fraternellement,

>> > Pasquale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

olivier imbert 28/12/2007 12:19

.Camarade! attention à être, même affaiblis, encore là demain sur le terrain de l'intellectuel collectif et organique des partis communistes et des luttes de classes, donc sans être rabat-joie car je ne voterai pas socialiste aux municipales, ne grillons pas toutes nos cartouches ; car, nos munitions sont faibles et précieuses. Aux municipales, faire le jeu de l'adversaire et ne pas compter avec la versatilité des électorats peut nous décourager et nous affaiblir; pensons à l'expérience "rouge vif"; et je le dis d'autant plus que je crois pour les marxistes communistes le meilleur à venir et les vieux intitutionnels académiques affaiblis sous le poids de leur propre contradiction et médiocrité et manque de prise de risque même à Paris aux municipales, restons capable de compter nos forces et notre patience ou durée....