Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Histoire des rapports politiques-théories "modélisés"sur le cas sidérurgie-Noiriel.

24 Décembre 2007 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Front historique

Gilles Questiaux me demande de préciser certains des faits et faits biographiques chez les théoriciens évoqués ici à plusieurs reprises.

Il convient de se souvenir qu'en 1978/79 outre l'affrontement international sur la Pologne (en réalité vers 1980/81) le Cambodge et l'Afghanistan, il y a en Europe un affrontement assez singulier sur la sidérurgie et plus généralement le rédéploiement de la division européenne du travail puisque la métallurgie mais aussi les chantiers navals ceux de Gdansk en Pologne mais aussi ceux de Toulon ou Marseille dans le Var- dit rouge avec des municipalités en difficulté encore auhorud'hui, où nos camrades sont encore à la tête des comités de chômeurs CGT avec Charles Hoaraux et en colère contre les abandons de leur parti; la France est très touchée. En même temps, le PCF et le PS se divisent sur l'Europe comme le RPR de Chirac et l'UDF de Giscard. La CGT et la CFDT aussi sur la nécessité de défendre l'emploi industriel ou de "produire français" en regard de l'autogestion de nouvelles luttes et de nouvelles redistibutions, disons la ligne Rocard pour le ps-Caspard et chèrèque le père d'abord syndicaliste ensuite préfet pour la cfdt, Rosenvallon pour la philo. Au PCF la bagarre passe entre Althusser et Ellenstein (historien officiel depuis plusieurs années et grand ordonateur médiatique de l'abandon de la dictature du prolétariat au 22° congrès); mais les althussériens issus presque tous de l'école normale supérieure de la rue d'Ulm et de son UEC devenu en grande partie UJCMLF, ceux qu'on appelait les mao-stal pro-chinois en 1968, et parfois Gauche Prolétarienne ou "la cause du peuple" en principe plutôt sartrien, mais avec une tendance plus structurallo-lacannienne pour Rancière et Lienhart( rappel Robert est le  plus connu des écrivains de l a période, en raison de son expérience d'établissement en usine pour crée la lutte révolutionnaire et échapper au réformisme de la cgt, à travers son livre l'établi publié à plusieurs reprise en 100.000 d'exemplaires et ce livre est en effet remarquable de correction et d'intelligence intellectuelle et je crois malgré ce qu'en pense peut-être l'auteur tout à l'honneur du militantisme de classe de la cgt à l'entreprise. Comme le note Lecourt dans sa critique de la nouvelle philosophie,[ on appelle ainsi le travail de rafus médiatique de BHL et GLUKSMANN ou JAMBET ou LARDRAUX ou BENOIT- la collection Figures chez grasset. Benoit  essaie de battre georges marchais dans sa cirrconscription de villejuif dans le 94] dans son  ouvrage dissidence et révolution, Lienhart lui ne parle pas d'un immigré rêvé ou phantasmé pour condamner la classe ouvrière française mais des difficultés objectives de l'unité de classe.Le passage de ses élèves dans les organisations du maoisme ou du pro-chinois ou du pro-albanais- l'albanie quoiqu'en Europe est maoiste pure et dure soit surtout Envers Hodgiste  du nom de son dirigeant historique issu de la résistance et du com intern-, se fait contre l'avis d'Althusser et Balibar, sont divisés et laissés en libertés intellectuelles et politiques selon la démarche permanente d'Althusser à l'égard de ses élèves - Pierre Raymond en est un qui avec Renoux, le dernier à rallier Chevènement avec Dominique Lecourt sur le projet de sciences, de nouvelles encyclopédies et de collège internationale de philosophie et de place ou unité de recherches au CNRS; Pierre Raymond est lui resté toujours très discret par rapport à ses amis et à leurs fréquentations, son texte de 1979/1980 est la dernière tentative de fidélité au communisme en théorie des althussériens officiels c'est-à-dire universitaires; je considère qu'il y a un althussérisme diffus dans le PCF et les militants de la classe ouvrière qui ont senti ce que j'ai senti à l'époque en fonction de mes propres rencontres et déterminations ou motivations de l'époque, le naufrage  petit-bourgeois des directions des partis issus de la gauche française post-guerre coloniale et post-cinquième république ou 1968; qqs autres  normaliens amis de la science créent chez Maspéro une collection (Algorithme) comme Badiou ( celle de diamat version maostal du PCMLF financé par la Chine en partie, Badiou participe avec son organisation à une rencontre et des meetings commun UJP (avec le jeune Sarko et son frère?) PCMLF contre le social-sovieto-fascisme) avait créé une collection; école dont je ne fais pas partie.

Or Noiriel intervient d'abord dans le champ médiatique et politique de la CGT et du PCF en Lorraine pour soutenir les luttes des sidérurgistes à la radio citée dans l'article [ Lorraine cœur d'acier]. En même temps que la CGT est confrontée à ce problème de mondialisation capitaliste et à ala CFDT il y a les autonomes de Negri [enfin, "genre" Negri] qui affrontent viollemment la CGT et les CRS; jeunes militant j'ai participé à mes premières manifs ouvrières avec la CGT de la sidérurgie et il y eu des bagarres assez violentes avec des provocations policières où la CGT attrapait à la fois des provocateurs de la police et des autonomes; Noiriel comme Balibar ont de manière permanente essayé comme moi en réunion de cellule mon seul niveau d'intervention, de maintenir une unité de classe autour la lutte à la base sans dénoncer la CGT qui elle était tiraillée par la CFDT et le PS aussi. Ainsi après 1981, il y eut d'abord un répit de 1982/83 où la CGT avec Krasucki a obtenu de la Citroën et de la Peugeot la fin du monopole du syndicalisme de classe patronal, la CSL des immigrés utilisés de manière néo-fasciste et la CGT est devenue majoritaire aux élections mais il y eut des plans sociaux négociés par Jack Ralite et une certaine ministre des affaires sociales... en acte tempéré de dictature de la bourgeoisie tempérée, puis le tournant lamentable de la rigueur vint avec la soumission complète aux impératifs de Bruxelles et là Georges Marchais Charles Fiterman et Philippe Herzog ne cédèrent pas ce furent les fameux grands écarts de Marchais, souplesse dont je me souviens encore comme le moment où je fus moi avec les copains du Pas de Calais mais pas ceux de Lorraine qui étaient droitiers!!! Le moment de mon plein accord avec la direction du parti; ici l'attitude de Sève fut double d'abord une attitude correcte d'un point de vue de classe en rapport avec le parti mais aussi une attitude intellectuelle de moraliste et d'éthicien là où il avait été nommé et comme il était aussi pédago-humaniste-académicien chrétein d'origine cela lui a collé aux baquettes....( à suivre). Nous sommes sortie du gouvernement de Mauroy en été 1984, en URSS c'est le début de Gorbatchev?
 

1) A propos de Rancière, et de l'arrière plan en histoire des idées marxistes ou de gauche. 


Le travail que tu fais, dans sa dimension la plus théorico-philosophique à propos de la réflexion de Rancière rejoint sur certains points celui que Gil Ben Aych fait dans son journal philosophique,
Au jour le jour  tome 3 et dans lequel il donne à Rancière la position de nominaliste, ce que je partage et d'ailleurs que Rancière ne rejetterai pas, et Ben Aych en vient à l'idée qu'au fond définitivement Marx aurait réglé dans sa lettre correctement lue et sa connaissance marxiste constatée et répétée par un aéropage ou un panthéon personnel, l'aspect objectif des concepts tels que celui de "prolétariat" ou encore tels que ceux,  encore plus objectifs et indifférents au procès de subjectivation ou de politisation, de "plus-value" et de" mode de production" ou de "forces productives" et "rapports de production "que son ami Lienhard étudie à l'Université Paris Huit aussi avec constance et fidélité à la lettre de la théorie de l'exploitation, au moins lui, depuis la dissolution de la gauche prolétarienne et le virage à droite du Parti Communiste Chinois.

Je partage avec toi l'agacement philosophique devant tout ce relativisme dû à l'analyse du langage par les anglo-saxon et -ce que Ferry et Renaut appelle aussi le linguistic turn dans la relation du post-kantisme à la philosophie anglo-saxonne ; et  en retour la pseudo-unité des rationalistes avec l'aspect rasoir d'Occam porté en France par Bouveresse et son austro-marxisme poppérien . Jusqu'à la valorisation en miroir ou la pub réciproque que se font ces revenus de tous les cultes : de la désignation des impostures intellectuelles de l'intelligentia altermondialiste de Paris Huit et son culte de l'immigré rédempteur, jusqu'à la nécessité de participer aux responsabilités sociétales et donc à un matérialisme rationnel soft et réformiste.

2) interroger les prolétaires et les profesionnels, plutôt que les tyrans cocos(lénine, staline, mao, thorez, waldeck, marchais etc...) 

Mais, les meilleurs d'entre eux, ceux que Noiriel interroge et réfléchit sous le nom de "professionels", et c'est le cas de Rancière et encore plus du remarquable travail de Noiriel à la fois en histoire du mouvement ouvrier depuis qu'il a abandonné Radio Lorraine Coeur d'Acier et en historiographie me conduirait plutôt à les intégrer dans cette science historique( ou de l'histoire) que je crois être le marxisme -Althusser dit qu'il s'agit de la définition du matérialisme historique par Marx- comme contributeurs essentiels et féconds; car, je crois que le singulier n'est pas réductible en histoire à l'apport d'un grand homme ou d'un grand intellectuel fût-il Lénine souffrant dans sa chair mille mort etc thèse soutenu par Althusser mais le travail d'un intellectuel collectif au sens même où des adversaires tels Levi-Strauss ou Lacan (par moments en tous cas-)adversaire il le fût pour le deuxième, etle premier plutôt tranquillement bourgeois, mais pas toujours et en tout cas pas sur tous les dossiers ou toutes les archives à classer- nous apportent des contributions à la science de l'histoire dont Marx et Engels ont contribué au passage, à mon avis, d'un seuil de scientificité fondamental.

Je crois aussi avec Raymond Aron, dans les Etapes de la pensée sociologique que Tocqueville, adversaire à tuer par excellence surtout pendant la révolution de 1848 est en tant qu'intellectuel, un contributeur à la science de la Révolution Française et aux contradictions de classes et de fractions de classes qui ont rendu cette révolution effective si ce n'est nécessaire- C'est une toute autre affaire, celle du nécessaire en histoire: la prédiction nécessaire des évolutions de rapports de classes, ainsi que des classes elles-mêmes me paraît hors des préoccupations philosophiques d'aucun marxiste ; car, le concept même de probabilités et de possibilités est non seulement deuxième internationale mais encore plus troisième internationale.(Kautski autant que Lénine, si on préfère).

 

Althusser dit quelque part que le nominalisme, est faute de mieux dans l'histoire de la pensée philosophique ce qui tient-lieu de matérialisme; et donc je pense qu'en ce moment nous pouvons être nominaliste en matière d'appellation de notre parti, le nom de communiste fait la chose communiste, et laisser aux théoriciens et aux camarades adhérents et combattants le rôle de donner et une signification et une objectivité, voire une pravda et non une Allétéia rendant la vérité quelque peu arienne, (nom d'une hérésie célèbre!!!). Bref, il est dans ce débat affaire de vérité et donc de ce qui préoccupe la philosophie et notamment sa part la plus propre qui s'appelle la philosophie première en cela qu'on doit ne pas se contenter du criticisme et des arguments transcendantaux ou critique logico-viennoise, celle de Bouveresse et des adeptes des impostures intellectuelles en matière de philosophie. On ne doit pas plus se résoudre à l'archéologie plutôt qu'à la dialectique stucturale. C'est pourquoi ton compte rendu de Pierre Raymond me paraît essentiel y compris dans les réserves que tu fais, mais qui montre à notre spécialiste de la chose, Lucien Sève, ou à nos spécialistes, genre aussi Vincent Charbonnier à propos de Lukacs, qu'en matière de logique et de dialectique ou de philosophie des sciences, la pensée au contact de la philosophie institutionnelle lorsqu’elle est créatrice, au contact aussi de l’histoire du vingtième siècle et du poids du communisme historique mondial : je pense à Canguilhem, Cavaillès ou Granger ou Foucault ou Bachelard des althussériens a, là aussi, été créatrice ou au moins productrice de problèmes et politiques et théoriques sur la dialectique, autant qu’en théorie de la société, si ce n’est quelques belles prises de positions y compris politiques sur la dictature du prolétariat, certes vue du cinquième arrondissement et de ses bibliothèques universitaires mais comme les adversaires aussi souvent ; aujourd’hui, au moins, il n’y a pas leçon de classe implicite à recevoir.

Mais, le passé et lourd passif étant même allusivement évoqué, j'en reviens aux problèmes de philosophie de l'histoire, ou de matérialisme historique, je préfére cette expression ;mais, elle appartient en grande partie au territoire de la première tant que n'est pas réglée la question du matérialisme et de la logique dialectique, donc du statut auquel notre discours peut se rattacher. Cette question est justement celle qu'Althusser a voulu rouvrir avant de l'abandonner sur l’auto-critique du théoricisme(1972) prenant suite à celle de l’historicisme et du pragmatisme de Gramsci (1965)! et puis après sur le vide de sa forteresse et du matérialisme de la rencontre(1988), si quelque part il doit y avoir projection après introjection, c’est là lorsque seul, sans ses élèves les plus proches tous au service du pouvoir mittérandien, il a projeté son histoire ici très singulière...(Qu'on me permette ici cette pudeur de sainte nitouche plutôt que les saloperies brejneviennes pratiquées par certains...)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article