Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Ce que Catherine Mills aurait voulu dire à l'ANE

17 Décembre 2007 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Positions

Intervention non prononcée (sauf erreur, il y a eu en tout 44 délégués intervenants pour plus de mille délégués de section, dont la moitié de membres du CN). RC.

Assemblée des délégués de section
les 8 et 9 décembre
 

Intervention de Catherine Mills (Paris 5ème)

 

Avec le puissant mouvement social sur les retraites monte l’ exigence d'une tout autre réforme. Le PCF est attendu, pas seulement pour soutenir le mouvement, nos propositions, quand elles sont mises en avant, pour montrer qu'un autre financement est possible : cotisations sur les revenus financiers des entreprises, accroissement des cotisations patronales à partir du développement de l'emploi et des salaires, sont utiles et réclamées. Oui le PCF est indispensable pour organiser la riposte globale à Sarkozy, démonter son appareil idéologique, opposer une contre cohérence de progrès au déferlement des contre-réformes hyper libérales. Ce qui est en jeu, c'est la casse de tous les acquis de 1945 (sécurité sociale, services publics, ....) et la construction d'une société individualiste, inégalitaire, de mise en concurrence destructrice.

Cela exige pour le PCF des avancées théoriques comme sur le plan des propositions, de travailler à un front de débats et de lutte pour construire l'avenir. Cela nécessite un grand travail de réflexion pour un projet et une visée communiste de notre temps, une nouvelle civilisation de partage.

Cela impliquerait une novation, une transformation profonde du PCF. Oui le PCF a de l'avenir, même si évidemment nous sommes conscients de la gravité de la situation.

Ce qui monte de façon très majoritaire dans les assemblées de sections, c'est l'attachement à l'existence du PCF. Il faut donc que le mandat demande de ne pas fermer le débat , et pour cela demande de ne pas s'engager dans un processus de construction d'une nouvelle formation. Ce qui signifierait la dissolution et la dilution du PCF dans un ensemble hétéroclite qui tirerait dans tous les sens, et qui conduirait à la paralysie et au déchirement.

En même temps, monte l'exigence de la transformation radicale du PCF, on ne peut continuer comme ça. Ce qui ne signifie pas faire table rase de nos acquis anciens et nouveaux et du besoin de les enrichir.

Cela exige, et c'est réclamé par les assemblées de sections, un rôle décisif de la formation, pour que chaque communiste puisse intervenir

-- cela exige une nouvelle une nouvelle démocratie d'intervention pour chaque communiste. Il y a des propositions très novatrices dans les assemblées de sections, appuyons nous dessus.

au niveau de la direction de notre parti

-- il n'est pas possible que chacun « chemine » de son côté, que le PCF soit en questionnement permanent, que l'on sème le doute sur son existence alors qu'il y a des luttes à mener, des élections,... Quelle image désastreuse que ces dirigeants qui vont s'étaler devant les communistes ou dans la presse en expliquant qu’on est nuls, qu’on s’est toujours plantés, sans se remettre en cause.

Nous ne voulons pas que l'on ferme le débat en engageant de fait un processus de construction d'une nouvelle formation.

En effet cela signifierait la dissolution, la paralysie, le déchirement. Cela doit être dit nettement dans le mandat. Il faut respecter le choix majoritaire des communistes.

Il y a tellement besoin du PCF, un PCF qui se transformerait profondément, un PCF utile, visible, qui se bouge, afin de contribuer au développement des luttes, des alternatives pour redonner l'espoir et construire l'avenir.



Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article