Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

AG section Banque de France

26 Novembre 2007 , Rédigé par Réveil Communiste

8 et 9 décembre 2007

 

 

Synthèse de l’assemblée générale

Section Banque de France, Paris 1er, fédération de Paris.

 

 

1/ Déroulements des 8 et 9 décembre.

 

Réunir près de 2000 communistes pendant 2 jours doit créer l’évènement politique de ce week-end.

Cette réunion ne doit pas consister seulement à donner mandat à la direction de notre parti de préparer le congrès de 2008.

 

Ces 2 jours doivent servir également à :

 

-     dégager des perspectives politiques pour les divers mouvements sociaux en cours ou à venir

-     être l’occasion de développer notre campagne de demande de référendum sur le nouveau traité européen

-     et donner l'opportunité de développer notre conception de la démocratie en rupture avec la Vème République et ses dérives, pour l’avènement d’une République véritablement démocratique et sociale.

 

Le discours communiste doit de nouveau émerger notamment sur les enjeux de classe, le financement du social et les institutions.

 

Nous devons montrer notre capacité à être présents et visibles dans les actions sociales et sociétales. Notre soutien aux mouvements sociaux doit impérativement s’accompagner de propositions en rupture avec le capitalisme, en faisant le lien avec toutes les cohérences des attaques. Une forte demande s’exprime pour que le Parti (et sa direction) soient beaucoup plus présents et beaucoup plus offensifs dans le soutien des luttes en cours, en développant le débat sur les moyens d’une autre croissance, permettant de satisfaire les revendications en matière de pouvoir d’achat, de retraites, de financement de la protection sociale et des services publics.

 

2/ Le Parti

 

L’originalité de notre parti doit demeurer dans sa constance à maintenir son orientation de rupture avec le capitalisme.

 

Certes le parti à besoin de changer. Pour  amorcer son redressement, il se doit d’aller chercher des forces nouvelles (il y a des communistes ailleurs qu’au parti) et réinvestir tout les champs politiques.

 

De nombreux camarades travaillent sur des sujets de société (féminisme, école, développement durable, médias, service public, emploi et formation, VIème République, logement, santé, économie etc.). Il  faut savoir faire partager ces travaux  à l’intérieur du parti pour mieux les faire connaître à nos concitoyens si nous voulons que ces propositions soient prises en compte par le plus grand nombre.

 

Il ne faut pas hésiter à faire les critiques nécessaires pour mieux analyser ce qui nous empêche d’être le parti de l’ensemble du salariat.

 

L’existence du parti  passe par sa capacité à conserver son autonomie d’action et de réflexion tout en recherchant les convergences  d’actions transformatrices avec toutes les formations ou mouvements qui militent pour  la rupture avec le libéralisme et le dépassement du capitaliste.

Les élus doivent être des outils pour construire le rapport de force dans leur domaine d’intervention politique.

 

3/ Le nom

 

Le terme « communisme » a encore de la signification dans le conscient des gens. Nous ne trouvons pas de raison d’occulter ce mot à partir du moment où il s’accompagne de la notion de liberté.

 

4/ Mandat

 

Affirmer notre conception du communisme, parfaire le travail à l’intérieur du parti en confrontant avec d’autres, développer nos soutiens et nos propositions pour un changement radical de société, faire confiance à la jeunesse qui milite dans le parti, sont les signes forts qui doivent être vus et entendus pour que le congrès de 2008 produise un projet de société (de la naissance à la mort en passant par la petite enfance, la scolarité, l’enseignement supérieur, la socialisation, le travail, la retraite, la fin de vie) qui soit en rupture avec le capitalisme.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article