Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Cinq exigences pour l'AGE, à commencer par un bilan

6 Janvier 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

Republication de cet extrait d'une intervention en octobre à la section du XIXème, par Jonathan Chenal. On peut remplacer "Assemblée générale extraordinnaire des sections du PCF" par "congrès statutaire du PCF". Ça a le mérite d'être clair, à mon avis. GQ.


5 exigences pour l'Assemblée générale Extraordinnaire des délégués des sections du PCF:

1. un bilan de l'action du Parti depuis le référendum : analyse du référendum, de la stratégie d'engagement dans les collectifs antilibéraux dont chacun a pu apprécier le résultat, critique du maladroit retournement de décembre 2006, critique de la campagne présidentielle de Marie-George Buffet, explications sur la constitution du groupe parlementaire. 

2. organiser l'action contre Sarkozy.

3. une nouvelle stratégie : rassembler les travailleurs plutôt que la gauche. 

4. l'organisation : démocratiser le parti ; formation des militants et responsables à tous les niveaux ; fin des permanents à vie, et des jeunes permanents dès la sortie d'école : priorité donnée aux camarades issus du monde du travail ; relance des cellules et sections d'entreprises.
 

5. une idéologie recentrée sur le travail, lieu essentiel de construction des identités sociales.

Enfin, je mets en garde les camarades contre un scénario d'auto-dissolution comme celui connu par le Parti Communiste Italien à la fin des années 1980, et qui a fini en parti centriste !
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gq 15/01/2008 23:10

Et même on a vu des dirigeants ultra droitiers comme le Chirac de 1986 (rappelez vous "le bruit et l'odeur" des immigrés c'était lui!) se recentrer complètement, au point de déborder à gauche le candidat socialiste (Jospin en 1995). Sarko peut en faire autant s'il estime cela utile pour conserver le pouvoir. Donc ne tombons pas dans le piège de lapersonnalisation.

Astrée 15/01/2008 22:43

Tout est dit, ou presque. Je ferai cependant une petite nuance: à mon sens l'action ne doit pas se faire "contre Sarkozy", mais contre la politique de la droite,et surtout, démontrer aux Français en quoi l'idéologie et les réformes de droite sont un fiasco total pour les travailleurs. Je pense qu'on a eu tort de nous focaliser, pendant la campagne présidentielle, sur l''anti-sarko". Car Sarko n'est qu'une incarnation de la politique la plus droitière, la plus ultralibérale qu'on connaisse depuis les années 80. Il marche dans les pas de Tatcher, le revendique, et ce qu'il faut abattre, ce n'est pas l'homme, mais les idées qu'il porte, et qui pourrissent notre pays mais aussi notre monde. D'ailleurs, ces idées gangrènent le PS (et ça ne date pas d'hier), soi-disant de" gauche"; on le voit quand certains de ses membres sont séduits par les idées capitalistes au point de rejoindre le gouvernement actuel. Autre chose: il faudrait peut-être aussi faire un travail d'analyse sur "les droites" en France. Parcequ'on a tendance a oublier le Modem, qui fait petit à petit son trou, justement sur les bases d'un "anti-sarkozysme" affiché, alors qu'il vote leplus souvent comme un seul homme aux propositions de loi des députés UMP. Et ce n'est pas pour rien que pour les municipales, il sera dans des listes PS....Ca prouve peut-être qu'aujourd'hui une partie de la droite "soft" est considérée par le PS comme un allié solide, contre Sarkozy. Et ça, c'est grave.