Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Argumentaire bref pour la liste autonome PCF à Paris

14 Octobre 2007 , Rédigé par Réveil Communiste

Pour une liste autonome du PCF aux municipales à Paris


 

C'est possible : en 2004 aux régionales la liste autonome PCF (plus les compagnons de route de la gauche "populaire et- citoyenne" à peu près inconnue à l'époque) a obtenue 5,6% des voix sur Paris (7,2% en région).

C'est politiquement utile : ça nous démarque d'un PS parisien droitie, bobotisé et livré à des luttes de clans.

Ça nous permet de lancer une campagne en direction des classes populaires, laissées de côté par Delanoë, et dont l'impact politique et la visibilité sera grande, non seulement pour les parisiens, mais aussi pour les banlieusards et les provinciaux qui passent à Paris, et la couvertur médiatique sera très forte et nationale.

Ça montre que l'on croit à l'avenir du parti, à un moment où beaucoup, même à la direction, cultivent le doute, et ça va nous ressouder, nous les communistes. Nous n'en connaissons pas beaucoup qui feront campagne pour Delanoé au premier tour.

Enfin, il y a un gros risque d'OPA de la LCR sur la "gauche de gauche" en cas d'absence du PCF à Paris. Et, il n'y a aucune raison de croire Delanoë sur parole lorsqu'il jure ses grands dieux qu'il ne fera pas d'alliance avec le MODEM ; au risque d'être obligé de quitter le bateau en catastrophe s'ils font alliance et alors on aura tout perdu : et les élu-e-s et la visibilité et la crédibilité.

Une liste autonome du PCF à Paris est nécessaire au  premier tour pour retrouver cette crédibilié auprès des électeurs communistes et des déçus du PS. Nous apparaissons pourle moment trop comme inféodés aux dictats des socialistes, et pour en finir définitivement avec la gauche plurielle il faut quitter ce qu'il en reste : l'alliance inconditionnelle avec Delanoë à Paris.

Le seul argument qui est opposé à la liste autonome est la nécessité de conserver nos élu-e-s. C'est parfaitement possible avec une liste autonome, en position de fusionner au deuxième tour dans les arrondissements où elle obtient plus de 5%. C'est même un argument dans la négociation pour obtenir davantage d'élue-s.

Il faut bien arrêter un jour de fonctionner comme un satellite du PS pour accumuler en retour les échecs électoraux.
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

olivier imbert 16/10/2007 15:32

entièrement d'accord! avoir des élus n'est ni une fin en soi en général, ni pour un communiste dont l'origine et la structure consiste à refuser le socialisme des élus. Donc, tous au ps s'il s'agit d'un tel argument, d'autant que s'il n'ya pas cette rationalité il ne rest' que l'esprit de boutique et d'héritage de la gloire de mon père; et ceci ne parle pas de l'esprit de parti qui a sa grandeur.En vendée, il semble que là aussi ce soit les socialsite qui exige la rémission et se moque du parti, le parti au niveau fédéral promouvant pour  le moment la ligne de la&cheté ou laxité nationale. Mais attention au différence locales et aux héritages d'un passé à intégré. Dans ma section, havre de vie; il s'agiot d'un commune de gauche au niveau local alors qu'au niveau national il y a sur la commune un vote de droite à 55%. Il n'y a pas de volontaire pour faire une liste autonome et pas de force pour s'allier. De plus il n'y a plus qu'un camarade encarté sur la liste sortante il s'occupe du sport et est maire adjoint; on ne peut pas lui faire la leçon de démocratie dans la mesure où il n'y a de nouveau une organisation communiste avec débat interne que depuis 2 ans; je crois donc là qu'il faut demander des réunions publiques sur des propositions idéologiques communistes à verser au débat municipal; en intégrant les félicitations à l'aspect communisant en notre sens de certains contenus de la mairie et en soulignant l'incompatibilité avec des politiques régionales et nationales ou européennes de la gauche plurielle passée et au programme des gauches actuelles en franxce et en europe. Donc au nom de la commune s'il le faut pas de dogmatisme municipale; mais un dogmatisme de principe d'orientation des décisiosn locales intelligentes. J'ai proposé une taxation de la plaisance pour financer les clubs sportifs publics et non privés. Olivier Imbert. Vendée.