Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Intervention toujours d'actualité après trois mois de négos sur les places avec le PS.

2 Janvier 2008 , Rédigé par Pasquale Noizet

Jeudi 20 septembre 2007, intervention de Pasquale Noizet au Conseil département du PCF de Paris

Pasquale Noizet Conseillère départementale

Je propose qu'il y ait une liste PCF homogène aux municipales à Paris qui présente des candidats. Remplaçons l'ouverture politicienne aux socialistes et aux groupuscules, par une ouverture véritable aux classes populaires, en faisant campagne sur leurs attentes spécifiques.

Paris n’est pas seulement une capitale caviar, champagne et « Paris Plage « c’est d’abord la ville où convergent un million de travailleurs par jour et environ 500 000 en sens inverse. Nous pourrions donc faire une campagne à la fois anti droite et anti Delanoé, qui porte nos fondamentaux et qui réponde aux attentes des classes populaires minoritaires à Paris et donc largement oubliées par la gauche.


Le potentiel électoral d'une liste PCF est de l'ordre de 3 à 4% dans l'état actuel des choses mais il peut augmenter avec une campagne dynamique qui reconquiert un électorat populaire, qui mette  en avant l'emploi et le logement social, les transports, la santé, l’école, l’environnement, bref qui se batte vraiment pour un Paris populaire.

 Si cette liste dépasse 5% elle peut imposer des conditions aux socialistes pour la fusion au second tour comme l'ont fait les Verts en 2001. Cela aurait aussi l'avantage de limiter le succès de la liste LCR qui va certainement se lancer seule et qui va occuper le terrain de l'insatisfaction de gauche notamment auprès des plus jeunes. Sur ce point d'ailleurs, nous pouvons présenter une belle brochette de jeunes candidat-e-s y compris issu-e-s de l'immigration.

J’entends  dejà  l’ objection de certains camarades : et le rassemblement ? Les rassemblements qui ont abouti à l'élection d'élus PCF sur la liste Delanoé nous ont discrédité : Delanoé est la dernière survivance actuelle de la gauche plurielle de Jospin qui nous a complètement plombé.

Les sondages qui accordent un succès écrasant à Delanoé sont aussi fiables que ceux qui donnaient le oui vainqueur lors du dernier référendum. Ne retombons pas dans les mêmes pièges !

Renouvelons  une partie des élu-e-s,  notamment ceux ayant exercé-e-s plusieurs mandats et assurons des rotations et des formations des cadres. Il est temps de mettre le pied à l'étrier de nouveaux camarades autant capables de porter les idées et les valeurs du communisme.



Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gq 03/01/2008 13:52

Je pense que la majorité des camarades parisiens sont pour la liste d'union avec le PS au premier tour, mais je crois qu'il faut quand même que la minorité non-négligeable qui s'y oppose non pas à cause du nombre de places mais pour des questions de principe (casser avec le social libéralissme et les épaves de la gauche plurielle bobo) se compte!  Il ne faut pas offrir à l'opportunisme l'illusion de faire l'unanimité.

Olivier 02/01/2008 18:24

Toujours d'actualité ?Je ne crois pas. Si nous pouvions gagner maintenant une majorité de militants pour des listes autonomes au premier tour, ce serait trop tard. La campagne serait courte et nous ferions à l'arrivée un mauvais résultat, qui permettrait aux unionistes de dire : vous voyez, votre stratégie était la mauvaise. On connaît bien cette stratégie depuis la fameuse candidature "communiste" de Marie-George Buffet à l'élection présidentielle.Il fallait décider en septembre d'y aller seuls, et faire campagne dès ce moment-là.Aujourd'hui, ce serait une campagne bâclée qui nous empêcherait d'être efficace pour le reste.Laissons jouer les socialistes, attaquons les capitalistes, de droite comme de gauche, et concentrons-nous par exemple, dans un premier temps, sur le retour de la constitution européenne.Cela ne nous empêchera pas de dénoncer l'irresponsabilité de la fédération de Paris (ou sa malhonnêteté ?) qui a tout fait pour retarder le vote des militants, et empêcher que l'option d'une liste autonome au premier tour soit défendue véritablement.