Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Gauche des allocs, ou gauche du travail , par Laurent Brun

17 Septembre 2022 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Economie, #Qu'est-ce que la "gauche", #Théorie immédiate, #Syndicalisme en débat

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Réponse à Laurent Brun<br /> <br /> Vous vous classez aux côtés « de la gauche du travail » ( quez a quo ) inventée par Monsieur Fabien Roussel, réformiste social démocrate laquais du grand capital financier.<br /> Il est clair que vous ne faites pas partie des militants CGT qui associent, hier comme aujourd’hui, leur engagement syndical de classe à leur engagement politique et qui poussent à lutter pour l’édification d’une société affranchie de l’exploitation capitaliste et de l’oppression impérialiste.  <br /> <br /> Oui les travailleurs doivent devenir les propriétaires des moyens de productions et d'échanges et devenir les dirigeants de la nation à tous les niveaux (Entreprises, communes, État, c’est à dire instauration d’une société à économie socialiste allant vers une économie communiste).  <br /> <br /> La « gauche des allocations DE SURVIE POUR LES CHOMEURS et les PAUVRES depuis 1945 »<br /> <br /> Et tout d’abord rappels historiques  :<br /> <br /> Les allocations familiales faisaient partie du programme social du Conseil National de la Résistance et elles avaient pour but, comme tout le programme social du CNR d’aider les familles nombreuses vivotant avec des salaires de misère, à élever leurs enfants avec plus d’aisance ( à cette époque il n’existait pas, pour les PAUVRES de contraception légale, les riches eux depuis fort longtemps avaient appris à maîtriser les naissances ) <br /> C’est le chômage qui les a transformées en salaires pour les familles en grande difficulté et en subsides de survie pour les « PAUVRES »<br /> Les résistants communistes à l’occupant hitlérien nazi et au pouvoir pétainiste, en mettant en œuvre à la Libération cette mesure sociale ( et d’autres ) avaient la perspective de l’édification, en France, d’une économie socialiste allant vers une économie communiste, à savoir, entre autres mesures sociales, l’éradication du chômage et le droit, pour tous, à un travail, sous entendu accès à l’éducation de haut niveau pour tous, accès aux loisirs grâce à la réduction du temps de travail, accès à un système de santé gratuit pour tous, etc, etc ( l’URSS bolchévik avait tout réussi )<br /> Les renégats incrustés comme des arapèdes au sein de l’actuel soi-disant P C F qui n’est même plus son ombre, les Roussel, les Mélanchon and co, les verts et autres engeances réformistes, se gargarisent de proposer aux Français en recherche d’emploi, aux chômeurs longue durée, à la jeunesse en désespoir d’emplois valorisants, que ces sociaux démocrates à la solde du grand capital qualifient de «  fainéants », des solutions de rechange qui sont un emplâtre sur une jambe de bois.<br /> Depuis en fait 1945 les divers gouvernements français, se masquant derrière une phraséologie « socialiste » mais avant tout laquais serviles de l’impérialisme des Etats Unis, n’ont cessé de d’éviscérer l’industrie française en délocalisant pour produire à moindre coût au sein de pays ateliers crevant de misère, en démolissant ses services publics, en éradiquant sa politique sociale issue du programme du Conseil National de la Résistance, en informatisant au maximum ce qui se traduit par des licenciements secs, en un mot en mettant le maximum de prolétaires en chômage. <br /> Le grand capital mondial ( dont le grand capital français fait partie ) depuis la grande révolution prolétarienne d’Octobre 1917, a constaté, avec horreur que la classe ouvrière est en mesure de vaincre et d’éradiquer le capitalisme assassin de masse et de mettre en œuvre des politiques économiques, industrielles et sociales dont l’objectif est la valorisation constante du niveau de vie des populations. <br /> Elle a donc recouru, outre à la persécution féroce des révolutionnaires, à la montée en puissance des KOLABOS du réformisme de la social démocratie afin de dévoyer toutes les tentatives de révolution prolétarienne dont le but serait «  le modèle socialiste de collectivisation des moyens de production, d’économie planifiée, et de droit au travail » pour arriver à une économie communiste.<br /> Elle a recouru à tous les moyens à sa disposition pour détruite totalement le mouvement ouvrier révolutionnaire. Hélas, après la mort du grand homme d’État que fut Staline, et la destruction de l’URSS elle est arrivée à son but, et se glorifie en disant « La vérité, dit-elle, la vérité absolue comme l'a démontré l'échec du communisme, notre vérité, c'est le capitalisme. La guerre entre le capitalisme et le communisme (celui des précurseurs Marx et Engels, de leurs continuateurs Lénine et Staline), cette guerre, disent-ils, nous l'avons gagnée définitivement »<br /> La mise sous le boisseau de la lutte de classe témoigne bien du profil bas adopté par le soi disant P C F renégat et la C G T aux ordres du grand capital financier.
Répondre