Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Faut il payer les gens à travailler, ou gratuitement?

30 Septembre 2022 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Economie, #GQ, #Qu'est-ce que la "gauche", #Théorie immédiate, #Mille raisons de regretter l'URSS

Faut il payer les gens à travailler, ou gratuitement?

Travail ou allocs ?

Salaire ou revenu universel ?

Voilà qui mérite un examen approfondi !

Il s’agit effectivement de deux perspectives économiques et sociales très opposées.

La fin du travail, postulées par les gauchistes culturels et politiques dont la pointe avancée étaient les situationnistes, dès les années 50 et 60, est l’horizon voire même le présent qui est impliqué dans la revendication du revenu universel (et de ses variantes). Le droit de vivre sans travailler, dont disposent déjà les rentiers et les riches, étendu à tous. Avec un revenu suffisant (déterminé comment?). Avec le risque évident d’aboutir non au pays de Cocagne mais à un compromis sur un revenu de survie ou même inférieur à cela.

La plausibilité d’un tel système paraît d’ailleurs géopolitiquement très faible, dans un ordre mondial où le modèle socialiste de collectivisation des moyens de production, d’économie planifiée, et de droit au travail réalisé, rivalisant avec le capitalisme, fourni par l’URSS et ses alliés (RDA, etc) a quasiment disparu, sauf à Cuba et en RPD de Corée, où il est miné par les blocus et les sanctions.

Pour convaincre la bourgeoisie de payer assez d’impôts pour financer un revenu universel pour que les pauvres puissent vivre sans travailler, il faut que la bourgeoisie y trouve son intérêt, et ce qui était incontestablement le cas de 1920 à 1980, environ, quand ce contre-modèle existait à l’échelle mondiale, ne l’est manifestement plus.

Elle avait intérêt à utiliser la redistribution partielle des richesses sociales pour démotiver politiquement et déstructurer la classe ouvrière et pour l'éloigner du contrôle des moyens de production, et des quartiers centraux de grandes villes aussi. Ce n’est plus guère le cas aujourd’hui où les mouvement sociaux sont retombés à un niveau d'organisation et de conscience comparable aux jacqueries d’Ancien Régime, comme celui des Gilets Jaunes, et où ils s’effondrent sous leur propre poids, comme des soufflés. Donc quelque soient les interpellations colériques de JL Mélenchon, la bourgeoisie ne paiera pas la facture du revenu universel. Mais pas de panique. Elle continuera comme avant à entretenir les rangs improductifs d’une petite bourgeoisie du gauche, et gauchiste, qui a fait la preuve de son incapacité sociale politique à prendre le pouvoir « à la finance » et de son aptitude à inventer chaque jour une nouvelle idée pour diviser la classe ouvrière sur des questions identitaires.

Mais à supposer que ce soit économiquement et politiquement possible, et quelque soit le montant du revenu ainsi concédé, de vivre sans travailler, si la richesse est produite par le travail, ça signifie que quelqu’un d’autre travaille pour vous. Si on est marxiste, et même si on n’est que libéral ricardien.

Donc la base philosophique de la gauche anti-travail est anti-marxiste, elle contient l’hypothèse, explicitement formulée ou non, que le travail ne produit pas, ou ne produit plus, la valeur. En général, quand on le demande des explications aux partisans de cette solution ils supposent que ce sont les machines qui le font . Que la valeur, de toute manière, est subjective. Voire que c’est la nature-mère qui y pourvoira généreusement, si on sait la concilier avec les gestes qu’il faut.

Si on pense que le point de vue ricardien-marxiste est toujours le bon et que toute valeur en dernière analyse est produite par le travail (et toute les richesses par le travail et par la nature) on dira que la revendication du revenu universel est un leurre, ou pire encore une trahison : une aristocratie plébéienne des métropoles impérialistes va se mettre à vivre sur le dos des travailleurs exploités du Tiers Monde, voire sur le dos des travailleurs immigrés sans-papier à domicile, en se faisant livrer des pizzas par Uber Eats.

Si un revenu universel risque d’être de toute manière insuffisant, il risque aussi d’être moralement dégradant dans une société où l’estime de soi passe par travail, qui est l’insertion concrète de l’individu dans la collectivité. Sinon, l’estime de soi dans les masses ne pourra être atteinte que par la possession de la richesse monétaire et par la consommation d’ostentation, et on comprendra immédiatement qu’aucun revenu universel n’y suffira jamais.

Seul un système de valeur basé sur la reconnaissance morale du travail peut faire du revenu, apporté par ce travail, un revenu suffisant pour satisfaire les besoins matériels et intellectuels. Car dans le capitalisme contemporain, basé sur la loi du désir, l’unique besoin réel est finalement celui d’avoir plus d’argent que tous les autres et de pouvoir le montrer.

Mais qu’en est-il de la réalité observable dans les pays socialistes qui ont réalisé concrètement le droit au travail, le plein emploi, en collectivisant les moyens de production, et en planifiant l’économie ? Et qui ont donc effectivement résolu le dilemme qui nous occupe ici.

La conclusion souvent inférée des difficultés économiques rencontrées par le socialisme à partir de 1970 environ, c’est qu’une telle organisation économique ne stimulait pas du tout la productivité. Cette observation mérite d’être révisée, le bilan du socialisme tel qu’il a été établi par ses adversaires, qui sont partout dans la culture, les médias, les institutions, etc ., n’est évidemment pas fiable du tout.

On a dit aussi que le plein emploi socialiste était un plein emploi factice où la plupart des salariés ne travaillaient pas véritablement. En somme les citoyens de base du bloc socialiste auraient vécu d'allocations maquillées en salaire et ne travaillaient plus. Avec le recul, si on examine les performances sociales et économiques de l'URSS et des pays socialistes sur le temps long, il  s'agit là d'une manifeste distorsion du réel, extrapolée à partir des récriminations qu'on entendait à l'époque dans les rangs de la bureaucratie, mais elle témoigne en effet d'une crise de motivation qui s'est développée surtout chez les cadres et dans "l'intelligenstsia" à partir des années 1970, et dont la racine fondamentale est dans une perte de moral, dont la raison doit être recherchée dans le processus arbitraire de la déstalinisation lancée par Khrouchtchev, qui a détruit la foi en la valeur du système socialiste, et qui a petit à petit miné le désir des masses de s'investir dans le travail au service du socialisme.

Si les cadres du socialisme ne croient pas au socialisme, comment demander aux masses de le faire?

Cependant, considéré dans les résultats d'ensemble les sociétés socialistes ont été très productives, pour ce qu'il est de réaliser leurs tâches prioritaires qui s'imposaient nécessairement à elles : développer l’instruction, la science, l'industrie de base, et la puissance militaire pour résister au fascisme et à l'impérialisme.

Mais si on s’en tient aux lieux communs et à l’opinion générale qui sont restées dominantes après le reflux mondial du socialisme dans les années 1990, la leçon de l'histoire, ou de la "fin de l'histoire" serait que pour rendre plus productifs les travailleurs, qui seraient congénitalement paresseux, il faudrait les exploiter impitoyablement, il faudrait qu'ils se sentent dans la nécessité permanente de travailler pour leur survie et cela, et non à leur gré mais au gré de leur employeur. Et lorsque leur employeur est l’État, ou un monopole, il faudrait pour les réveiller aligner leurs conditions de travail sur celles des travailleurs les plus précaires.

Alors ce n’est pas très étonnant si aujourd’hui on entend dire partout qu’il y a un rejet populaire du travail, une épidémie mondiale de démission, et un rejet viscéral de l’ennui, et contradictoirement du stress, de la vie en entreprise. Il y a gros à parier que ce mouvement ne sera que provisoire, car il n’est vraiment pas durable et soutenable, comme on dit aujourd’hui.

Il est vrai qu’il existe une importante couche sociale intermédiaire, qui existe dans les pays métropolitains du capitalisme, mais pas seulement dans ceux là, qui peut sans doute survivre sans produire grand-chose pendant assez longtemps, peut être pendant deux générations, sur la richesse sociale accumulée par le travail passé et par l’impérialisme actuel.

Mais le but ce n’est pas de vivre sans travailler, ou de ne travailler qu’à ce qu’on « aime faire »  et quand on a envie de le faire. Le but est de s’accomplir dans le travail et d’obtenir la reconnaissance qui n’est finalement donnée qu’à ceux qui sont socialement utiles. Quelque soit ce travail, et en sachant que tout travail réel est difficile puisqu'il doit affronter la résistance du matériaux - et de la durée.

Le travail manuel, dangereux, pénible, salissant, fatigant, ennuyeux, celui qui met au contact de la laideur, des déchets et de la souffrance sont idéologiquement dévalorisés et du coup réservés de plus en plus exclusivement aux immigrants, dans la droite logique de la division du travail mondiale imposée par l’impérialisme. Mais ces professions et ces fonctions stigmatisées dans une logique de caste qui n’est finalement pas très différente de celle qui est codifiée dans la culture de l’hindouisme (à cause d’un fond culturel indo-européen partagé par tout l'Occident?) ne sont dévalorisantes en fait que dans une société qui glorifie la fréquentation des mythes et des idées considérées en soi pour la distinction sociale qu'elles procurent, et qui pratique un éloignement obsessionnel de la nature et du contact concret avec la matière. Une société qui déifie la technologie tout en la haïssant.

Si je pars de mon expérience personnelle, je n’ai pas choisi mon travail d’enseignant du second degré, je m’y suis adapté malgré les difficultés, et je m’en suis bien trouvé. La très grande majorité des gens se retrouve dans ce cas. Elle exerce des professions ou des fonctions dont elle ne connaissait même pas l’existence à l’époque où on lui demandait de choisir sa voie, dont elle n’avait pas rêvé et pour laquelle elle n’avait jamais eu le moindre désir, et pourtant elle s’en accommoderait très bien, si elles procuraient une meilleure rémunération et davantage de respect social.

La productivité du travail social est largement liée à cette reconnaissance psychologique que ne peut pas donner la société bourgeoise, puisque le but réel des individus qui réussissent dans cette société est en règle générale d’atteindre à la vie parasitaire et oisive des anciennes classes de rentiers, suivant en cela un modèle aristocratique de civilisation bien antérieur au développement du capitalisme. De ce point de vue, ce mode de production pourrait bien n’être d’ailleurs à l’échelle de l’histoire longue qu’un système transitionnel entre féodalisme et socialisme, dont les vices privés sont transformés en vertus publiques par la magie de l’idéologie.

Certes les salariés du capitalisme déclinant travaillent dur, mais ils consacrent paradoxalement une part considérable et croissante de ce travail à la reproduction directe et indirecte de leur propre force de travail, et aussi au maintien de leur position, aux dépens de celle de leurs collègues, dans l’univers interne impitoyable, absurde et anarchique de l’entreprise capitaliste, ou à tenter d’accomplir les injonctions paradoxales de leurs chefs dans les décombres des services de l’État bourgeois. Il pratiquent ainsi un travail au produit négatif en terme de valeur et leur productivité finale est dans bien des cas inférieure à zéro. D'où l'illusion croissante que l'on pourra se passer du travail complètement, que "le seuil de l'abondance est franchi" comme disait Debord.

C'est une idée complètement en dessous de toute critique. et le réel fera retour pour dissiper définitivement ces illusions.

 

GQ, 15 septembre 2022

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
+1
Répondre
B
Travail ou allocs ? Assistanat ??????????<br /> Salaire ou revenu universel ? Assistanat ?????????<br /> Rappel historique.<br /> Les allocations familiales faisaient partie du programme social du Conseil National de la Résistance et elles avaient pour but, comme tout le programme social du CNR, d’aider les familles nombreuses vivotant avec des salaires de misère, à élever leurs enfants avec plus d’aisance ( à cette époque il n’existait pas, pour les PAUVRES de contraception légale, les riches eux depuis fort longtemps avaient appris à maîtriser les naissances ) <br /> C’est le chômage qui les a transformées en salaires pour les familles nombreuses en grande difficulté.<br /> Les résistants communistes à l’occupant hitlérien nazi et au pouvoir pétainiste, en mettant en œuvre à la Libération cette mesure sociale ( et d’autres ) avaient la perspective de l’édification, en France, d’une économie socialiste allant vers une économie communiste, à savoir, entre autres mesures sociales, l’éradication du chômage et le droit, pour tous, à un travail.<br /> Salaire ou revenu universel <br /> Les renégats incrustés comme des arapèdes au sein de l’actuel soi-disant P C F croupion, les Mélanchon and co, les verts et autres engeances réformistes, se gargarisent de proposer aux Français en recherche d’emploi, aux chômeurs longue durée, à la jeunesse en désespoir d’emplois valorisants, que ces sociaux démocrates à la solde du grand capital qualifient de «  fainéants », des solutions de rechange qui sont un emplâtre sur une jambe de bois.<br /> Depuis en fait 1945 les divers gouvernements français, se masquant derrière une phraséologie « socialiste » mais avant tout laquais serviles de l’impérialisme des Etats Unis, n’ont cessé de d’éviscérer l’industrie française en délocalisant pour produire à moindre coût au sein de pays ateliers crevant de misère, en démolissant ses services publics, en éradiquant sa politique sociale issue du programme du Conseil National de la Résistance, en informatisant au maximum ce qui se traduit par des licenciements secs, en un mot en mettant le maximum de prolétaires en chômage. <br /> Cette casse des classes ouvrières par le grand capital financier mondial et français est la conséquence des faits ci-dessous :<br /> A ) Le grand capital mondial ( dont le grand capital français fait partie ) depuis la grande révolution prolétarienne d’Octobre 1917, a constaté, avec horreur que la classe ouvrière est en mesure de vaincre et d’éradiquer le capitalisme assassin de masse et de mettre en œuvre des politiques économiques, industrielles et sociales dont l’objectif est la valorisation constante du niveau de vie des populations. <br /> B ) Elle a donc recouru, outre à la persécution féroce des révolutionnaires, à la montée en puissance des KOLABOS du réformisme de la social démocratie afin de dévoyer toutes les tentatives de révolution prolétarienne dont le but serait «  le modèle socialiste de collectivisation des moyens de production, d’économie planifiée, et de droit au travail » pour arriver à une économie communiste.<br /> C ) Elle a recouru à tous les moyens à sa disposition pour détruite totalement le mouvement ouvrier révolutionnaire. Hélas, après la mort du grand homme d’État que fut Staline, et la destruction de l’URSS elle est arrivée à son but, et se glorifie en disant « La vérité, dit-elle, la vérité absolue comme l'a démontré l'échec du communisme, notre vérité, c'est le capitalisme. La guerre entre le capitalisme et le communisme (celui des précurseurs Marx et Engels, de leurs continuateurs Lénine et Staline), cette guerre, disent-ils, nous l'avons gagnée définitivement »<br /> CEPENDANT ( ce qui suit je ne l’ai pas écrit mais je le pense profondément ) Les durs échecs éprouvés par les communistes marxistes-léninistes dans le monde, la fin sans gloire du Parti Communiste d'Union Soviétique ‑ éclaté aujourd'hui en plusieurs fractions opposées ‑, l'arrogance de la bourgeoisie mondiale qui croit avoir échappé à son grand cauchemar, et qui prétend nous enterrer, rien de tout cela ne peut abolir le "rêve" que nous poursuivons, même si l'écart entre ce "rêve" et la réalité telle que nous pouvons l'analyser s'est agrandi. L'insuccès ne démontre pas l'erreur, comme le prétendent bourgeois et révisionnistes confondus. Des principes justes ‑ ceux du marxisme-léninisme ‑ peuvent ne pas aboutir à une réalisation concrète. Ce n'est pas l'échec qui doit permettre de les remettre en cause. Ils répondent à une nécessité toujours vivante, impérieuse
Répondre
R
Ceux qui souhaitent mettre en place un revenu universel ont pour objectif d en finir avec notre système de sécurité sociale qui lui avait vocation à devenir universel et qui ne l à pas été à cause de ceux à droite comme à gauche qui n ont cessé de l attaquer pour réduire sa couverture.<br /> Avec leur revenu universel , plus besoin d indemnités journalières maladie plus besoin de retraite et donc plus de sécurité sociale alors qu un véritable revenu universel serait de verser de bons salaires de bénéficier d une sécurité sociale à 100%, des retraites au moins égales à un Smic revalorisé et calculées sur les 10 meilleurs années salariées des allocations familiales des le premier enfant jusqu à la fin des études.. Avec de telles mesures tous les citoyens bénéficieraient d un vrai revenu universel de sa naissance jusqu' à sa mort... Le programme du CNR n' est pas ringard avec la misère qui se répand il est au contraire plus que jamais d' actualité, il doit donc être repris et amélioré.<br /> NON aux solutions bidons tel que le revenu universel OUI à une sécurité sociale universelle et solidaire gérée par ses bénéficiaires..
J
Excellent !
Répondre