Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Europe et syndicats : collaboration de classes

18 Juin 2022 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Syndicalisme en débat, #l'Europe impérialiste et capitaliste

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Tentative de la prise du contrôle de la CGT par des réformistes incrustés, comme des tiques, au sein de la direction de la CGT, qui a cessé, après le mandat d’Henry Krasucki, d’être un syndicat de classe et de masse. <br /> <br /> Anna Persichini, militante CGT de la Métallurgie   lance un alerte :     <br /> « Coup sur coup, Philippe Martinez (CGT) et Yves Veyrier (FO) viennent vaillamment d'annoncer leurs départs respectifs des secrétariats généraux de la CGT et de Force ouvrière. <br /> Sans procéder à un bilan tant soit peu précis de leur passage proprement catastrophique à la tête de leurs Organisations syndicales (adhésions en chute libre dans les deux cas, divisions profondes, discrédit croissant des confédérations auprès des salariés, essor du syndicalisme jaune CFDT, résultats revendicatifs désastreux sur tous les terrains: acquis sociaux, salaires réels, privatisation galopante de ce qui reste du secteur public, crise gravissime de l'Education nationale, de l'Hôpital public, de l'Université et des autres services publics, délocalisation massive finale en vue de Renault, de Vallourec et de PSA...), les deux secrétaires généraux encore en place ont fait introniser leurs successeurs respectifs auprès des "parlements" respectifs des deux syndicats………………… »<br /> FO a été créée par la CIA, quelques temps après la Libération de notre pays de l‘occupation du Reich nazi, dans le but clair et net, de fracturer la CGT issue de la Résistance à l’occupant nazi et déstabiliser les militants et syndiqués CGT qui voulaient associer leur engagement syndical de classe à leur engagement politique de communistes, car, à l’issue de la guerre le but était la mise en œuvre, SANS TARDER, d’ une société affranchie de l’exploitation capitaliste, à savoir la mise en œuvre d’une société à économie socialiste allant vers une économie communiste.<br /> Donc la forfaiture de FO ne doit pas étonner sachant qui cautionne ce syndicat « patronal », Par contre la forfaiture avérée de la direction confédérale de la CGT représentée, à ce jour par Philippe Martinez mais que l’ont doit faire remonter à Louis Viannet, successeur d’Henry Krasucki, questionne avec douleur<br /> Je me permets de citer les réflexions de Jean Lévy, qui, sans circonvolutions inutiles, rappelle ce que doit être un syndicat de classe et de masse «  Ce qu'il faut à la CGT, c'est renouer avec un syndicalisme de classe, rassemblant salariés et retraités contre la politique au services des intérêts financiers, telle que l'ont menée les gouvernements successifs de droite ou faussement "de gauche", politique aggravée par Macron, dont l'objectif et la feuille de route sont de totalement privatiser l'économie française dans le cadre européen, et de mettre celle-ci au service exclusif des intérêts financiers. <br /> <br /> C'est donc une rupture totale de la CGT avec cette funeste politique que doit refléter l'élection d'un nouveau secrétaire général, et donc sa prise de distance avec la CES, appendice du capital européen.<br /> Les affrontements de classe ne vont que s'aiguiser et la CGT doit redevenir la grande force offensive du monde du travail, qu'elle était encore sous la direction de Benoît Frachon et de Henri Krasucki.<br /> <br /> D'autre part, la CGT devrait être un acteur de premier plan dans la lutte contre l'impérialisme occidental, dont la France fait partie, et qui sous la direction des États-Unis,  menace la paix en Europe et dans le monde avec l'OTAN, véritable légion étrangère US. <br /> Quitter cette organisation de guerre devrait être pour la CGT un mot d'ordre prioritaire.<br /> Enfin, l'organisation interne de la CGT devait retrouver sa forme originelle d'une organisation fédérée où les syndicats de base décideraient en dernier ressort.<br /> Nous sommes, avec ces propositions, aux antipodes de l'organisation actuelle centralisée décidant à la place des syndicats et des syndiqués.<br /> JEAN LÉVY<br /> Syndiqué CGT en septembre 1944 »<br /> <br /> Rappel<br /> La forfaiture des Viannet, Le Paon, Thibault et Martinez trouve son origine dans le fait, terrible pour la classe ouvrière mondiale ( et bien sur française) , qu’après mars 1953, à la mort de Joseph Staline, les renégats incrustés au sein du PCUS ont tout mis en œuvre pour rétablir, en URSS, un capitalisme pur et dur. Et le XXème Congrès du PCUS, tenu en 1956, et le processus de déstalinisation inique qu'il amorça, ne firent que proclamer ouvertement la victoire (qui s'avéra hélas définitive) des forces contre-révolutionnaires.<br /> Les social-traîtres, la multitude de bureaucrates syndicaux et autres, imprégnés jusqu’à la moelle de l’esprit du capitalisme, idéalisent la démocratie bourgeoise qui est leur horizon indépassable et ne veulent "qu'humaniser le capitalisme". Ces renégats accrochés à leurs prébendes au sein des divers organismes de la CGT, payés plus avec les financements patronaux qu’avec les cotisations des adhérents, toute honte bue, se glorifient de leurs collaborations de classe qui, tous les jours, paupérisent les prolétaires, les retraités, les jeunes sans emplois, la population.<br /> Les «  ROUGES » encore présents au sein des diverses directions syndicales de la CGT auront-t-ils la pugnacité permettant de contrer ce coup de force dévastateur ???
Répondre