Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Qu'est ce que ça signifie, "la gauche"?

22 Avril 2022 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Qu'est-ce que la "gauche", #Front historique, #GQ, #Élections, #Mille raisons de regretter l'URSS, #Chine

Qu'est ce que ça signifie, "la gauche"?

Il faut "être de gauche" ! Être de droite c’est être contre Dreyfus et pour le Maréchal Pétain. C’est être raciste et intolérant, etc.

La gauche est une notion floue qui continue à jouer un rôle important dans les jugements de valeur des militants politiques et des sympathisants et à surdéterminer leurs réactions. Car les gens de gauche sont gentils, les gens de droite sont méchants !

Mais au-delà des représentations caricaturales, qu’est-ce que signifient exactement ces termes, la gauche et la droite ?

On raconte que pendant la Révolution, lors de la première réunion de l’Assemblée législative, en 1791, les députés monarchistes qui s’étaient donnés le mot se précipitèrent à l’ouverture de la salle pour occuper en groupe compact le coté droit, pour pouvoir jouer sur la valorisation langagière et idéologique de la « droite » contre son opposé, la « gauche » qui a des connotations glauques.

Au départ la « droite » désigne donc les idées des partisans de la tradition, de la monarchie, de la religion, qui se sont choisis pour symbole la dextre honorable et noble et qui ont laissé la sinistre aux autres, les révolutionnaires de 1789, les partisans des droits de l’homme et de l’égalité. Ils leur ont laissé la main gauche, symbolique de l’incapacité et des tâches sordides.

La droite était donc bien partie pour occuper la première place dans le royaume du cœur et pourtant le cours de l’histoire a provoqué insensiblement l’inversion de la hiérarchie symbolique, au point qu’à l’époque où j’ai reçu mon éducation politique élémentaire (années 60 et 70) littéralement personne ne voulait plus être rangé avec la droite, ni les gaullistes, ni les fascistes, ni les conservateurs, ni les bourgeois ; dire de quelqu’un, « il est de droite » était devenu une façon de dire « c’est un vieux con ».

Il faut remarquer qu’entre la gauche et la droite se trouve placé depuis toujours un centre modéré et libéral qui cherche à échapper à ce clivage et qui a réussi à le faire disparaître dans les pays anglo-saxon, où dire « il est de gauche » signifie à peu près « c’est un petit con ».

Mais ça fait longtemps qu’on n’en est plus là !

Il y a maintenant plusieurs sens historiques au clivage symbolique droite-gauche qui perdurent et qui sont utilisés dans la plus grande confusion. Les trois principales "gauches" qui se superposent, qui se confondent et qui s'opposent souvent entre elles sont maintenant :

1) Gauche issue de 1789 : la gauche républicaine, humaniste, des droits de l’homme et du citoyen, du suffrage universel, de la démocratie, de la laïcité. Victor Hugo, Émile Zola, Jean Jaurès, etc.

2) Gauche issue de 1917 : la gauche révolutionnaire qui se définit par les luttes de la classe ouvrière pour le pouvoir politique et des colonies pour leur indépendance. C’est la gauche qui persiste à s’inspirer de la Commune de Paris de 1871 et de la Révolution russe d’Octobre 1917. Karl Marx, Lénine, Mao, etc.

3 ) Gauche de 1968 : la gauche individualiste héritière de mai 1968 : rejet de l’État, des frontières, de la police, du travail et de l’autorité, écologisme, liberté des mœurs, exaltation des marginaux et des minoritaires.

Existe-t-il aujourd’hui une raison pour que ces diverses traditions politiques politiques et culturelles soient désignées par le même terme ? Et qu’elles aient vocation à s’unir ? C’est loin d’aller de soi contrairement à ce qu’a l’air de penser beaucoup de monde.

La gauche républicaine, et la gauche individualiste, évoquent dans leurs discours hyperboliques des principes et des idées universelles, et qui en tant que telles peuvent en effet être partagées par tous. Mais sociologiquement et politiquement elles expriment et représentent des secteurs de la bourgeoisie parce qu'elles esquivent la question politique et économique centrale qui est l’exploitation des travailleurs. La gauche révolutionnaire représente le prolétariat et les peuples opprimés par l’impérialisme. Et ces idées ne peuvent donc pas, par définition, être partagées par les exploiteurs, ni par les néocolonialistes. De mon point de vue cette gauche-là, la gauche de la lutte des classes, est la seule véritable. Les autres "gauches" sont des variétés plus ou moins assumées du libéralisme politique.

Cette différence de fond n’empêche pas les alliances, notamment les alliances antifascistes dont le but est la simple survie des alliés, parce qu’au bout du bout le but et le concept du fascisme, c’est de tuer les gens de gauche (et les juifs, suspectés de l’être tous peu ou prou) . Mais cette alliance se justifie rarement dans les faits. J’entends le mantra « le fascisme revient » depuis que je suis né, et je pense qu’il ne reviendra pas avant que ne reviennent les conditions de son apparition, à savoir une révolution socialiste, menace existentielle pour la bourgeoisie qui doit l'endiguer par tous les moyens et la détruire par la terreur et par la guerre. Ou s'il revient, comme le prévoyait Pasolini en 1968, ce sera sous le masque de l'inverse, l'antifascisme.

Depuis que la Chine, officiellement socialiste et qui l’est par certains aspects, remet en cause la domination cinq fois séculaire de l’Occident sur le monde on constate effectivement une certaine « fascisation » dans notre continent, et en Amérique du Nord ; mais les représentants de l’extrême droite ne sont pas les seuls à y participer, ni les plus dangereux.

Autre question : Marx est-il de gauche ? On peut en douter. Il est de gauche si on considère d’où il provenait, du mouvement révolutionnaire bourgeois de l’époque romantique, mais il avait déjà dépassé complètement ce concept quand il écrivit le Manifeste du Parti Communiste avec Engels. La meilleure critique de la gauche qui existe, c’est lui qui l’a faite, en décrivant les révolutionnaires de 1848 qui rejouent 1793 au lieu d’agir concrètement. Dans la mesure où Marx considère que ce ne sont pas les idées qui conduisent le monde mais au contraire qu’elles sont déterminées par les conditions matérielles, il n’est ni de gauche ni de droite. Et Lénine non plus, l’homme de « l’analyse concrète des situations concrètes ».

Marx soutient le mouvement objectif et le progrès objectif de l’humanité et ce ne sont pas les bons sentiment, les grandes phrases et les effets de manche des politiciens éclairés qui font avancer le monde mais la critique objective du prolétariat, sa lutte matérielle pour le pain quotidien, puis pour le pouvoir politique.

En fin de compte le slogan de LO ,"le camp des travailleurs" définit très bien ce qu'est la véritable gauche. Il est dommage cependant que cette organisation dogmatique  étymologiquement trotskyste n'ait jamais eu de stratégie pour conduire ce camp à la victoire. Mais ce n'est pas la seule dans ce cas.

GQ 7 février 2022, relu le 22 avril

 

 

 

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
La gauche, c'est le choix de l'intérêt général, contre la primauté des intérêts particuliers. Ce que le PCF a oublié depuis M. Mitterrand. Et son ralliement au mondialisme abondé par les places et le fric. La faillite de "la gauche", s'est traduite par la montée du FN, et l'effondrement des partis "de gauche", qui ne sont plus à gauche au sens traditionnel du terme. Ils sont mondialistes au sens oligarchique du terme.Ces gens n'ont plus de boussole sinon celle du porte monnaie. Peut-être en retrouveront-ils une idéologiquement présentable d'ici trente ou quarante ans si les Français en décident ainsi?
Répondre
R
A mon avis il suffit de savoir ce qu'on veut et de s'y tenir
F
A réveil communiste: Dans une proposition chaque terme à son importance, la ponctuation également.Ecrire que l'intérêt général est celui de la classe dominante revient à reprendre la théorie du ruissellement chère à Bernard de Mondeville.<br /> <br /> Aujourd'hui c'est la bourgeoisie issue justement de la classe montante 89 qui a spolié les sans culottes de leur victoire sur le terrain et à regarder tous azimuths, chacun tirant à hue et à dia la gauche révolutionnaire (sens marxiste) ayant disparu je ne vois pas qui pourrait prendre le relais. Votre commentaire mériteraient quelques adjonctions.<br /> <br /> Aujourd'hui nous sommes en 2022 et si les voies du Seigneurs sont impénétrables les ressources intellectuelles des tenants du capitalisme n'ont pas été évaluées à leur juste mesures par ceux ou celles qui aspirent à remplacer " le système Capitaliste". Remarques qui vaut également pour le post stalinisme.
R
L’intérêt général, dans une société divisée en classes, c'est l’intérêt de la classe dominante. Cette définition vaut pour la "gauche de 89" uniquement.