Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Boric, président élu du Chili, recadré par le petit-fils de Salvador Allende sur les droits de l'homme à Cuba, au Venezuela, et au Nicaragua.

25 Janvier 2022 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Chili, #Cuba, #Venezuela, #Amérique latine, #lutte contre l'impérialisme, #Qu'est-ce que la "gauche"

Pablo Sepulveda Allende

Pablo Sepulveda Allende

Très intéressant.  
 
La lettre du petit-fils de Salvador Allende à Gabriel Boric, alors député, au sujet des droits de l'homme à Cuba, au Venezuela et au Nicaragua.
 
Les débats au sein de la gauche latino-américaine, et chilienne en particulier, vont rebondir sous la présidence Boric. 
 
(note de Bruno Guigue, lu sur son compte FB)
 
lien au texte d'origine : lire ici
 
"Député, j’ose vous répondre car je vois le danger que cela représente pour des dirigeants importants comme vous, jeunes référents de la « nouvelle gauche » qui a émergé au Frente Amplio,de faire des comparaisons simplistes, absurdes et mal informées sur des questions aussi délicates que celle des droits de l’homme.
 
Il est très partial et grossier que vous assimiliez – sans le moindre argument – le prétendu « affaiblissement des conditions démocratiques fondamentales au Venezuela », la « restriction permanente des libertés à Cuba » et « la répression du gouvernement Ortega au Nicaragua » aux atrocités avérées de la dictature militaire au Chili, à l’interventionnisme criminel évident des États-Unis dans le monde entier. et le terrorisme de l’État d’Israël contre le peuple de Palestine.
 
Le fait que vous écriviez de telles absurdités ne « fait pas de vous un pseudo agent de la CIA », mais cela dénote une irresponsabilité et une immaturité politique importantes qui peuvent vous transformer en un idiot utile pour la droite, ou pire, vous faire finir par être cette « gauche » dont la droite a envie : une gauche stupide et ambiguë, une gauche inoffensive qui, en raison de l’opportunisme, préfère apparaître comme « politiquement correct », une gauche tiède qui ne veut avoir de problèmes avec personne.
 
Une telle gauche est déroutante, car elle n’ose pas pointer du doigt et affronter courageusement les vrais ennemis des peuples. D’où le danger d’émettre des opinions politiquement immatures.
 
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le Venezuela est si vilipendé et attaqué dans les médias ? Pourquoi est-il dans les nouvelles tous les jours dans pratiquement tous les pays du monde occidental où les médias grand public dominent? Pourquoi est-il en infériorité numérique et attaqué de tous les côtés ? Pourquoi ces grands bulletins de nouvelles gardent-ils le silence sur les massacres continus en Colombie et au Mexique? Pourquoi ceux qui s’arrachent les cheveux en s’inquiétant d’un député vénézuélien qui a avoué avoir participé à une tentative d’assassinat n’ont-ils pas le courage d’exiger qu’Israël mette fin au génocide du peuple palestinien ?
 
Un monde à l’envers. C’est le monde de la politique sans cœur et sans courage.
 
Margarita Labarca Goddard [avocate chilienne des droits de l’homme] a déjà expliqué clairement et avec force pourquoi vous vous trompez dans vos jugements envers Cuba, le Venezuela et le Nicaragua. J’ajouterai seulement que le Venezuela a une démocratie beaucoup plus saine et plus transparente que celle du Chili, si vous le souhaitez, je peux vous faire part de mes arguments et nous pourrons avoir un débat, si cela vous intéresse.
 
Il est également facile de soutenir pourquoi la « restriction permanente des libertés à Cuba » est une erreur. Sans compter que le mot « liberté » est tellement mal utilisé qu’à présent son vrai sens est ambigu, et une définition sensée nécessite même un débat philosophique. Ou dites-moi, qu’est-ce que la liberté ?
 
Je nomme ces deux pays parce que je les connais très bien. J’ai vécu à Cuba pendant neuf ans et au Venezuela, j’en ai vécu neuf autres. Je ne connais pas le Nicaragua de première main, mais je vous invite à vous demander quelle aurait été la réaction d’un gouvernement de droite aux actions de gangs criminels engagés et lourdement armés qui ont pris le contrôle de secteurs entiers des villes les plus importantes du pays. En outre, ces gangs de mercenaires ont été organisés pour commettre des actes abominables tels que l’enlèvement, la torture, la mutilation, le viol et même brûler des dizaines d’êtres humains vivants, pour le simple fait d’être des sympathisants d’une cause – dans ce cas, les sandinistes. La persécution a atteint le point où des familles entières ont été assassinées dans leurs propres maisons.
 
Même avec les ressources, le cadre juridique et la force de prendre des mesures immédiates et énergiques contre une telle déstabilisation fasciste, le gouvernement légitimement élu du Nicaragua a fait preuve de retenue. Pensez-vous que si un gouvernement de droite avait été au pouvoir, il aurait eu une position aussi conciliante et aurait appelé au dialogue pour résoudre le conflit ?
 
L’histoire nous donne des réponses.
 
Je comprends que vous ayez pu être dérouté par les puissants « médias » qui ont pris sur eux l’accusation de victimiser les auteurs, tout comme ils l’ont fait il y a un an au Venezuela à l’époque des soi-disant guarimbas.
 
Par conséquent, Gabriel, objectivement parlant et à travers une argumentation sérieuse – et non des opinions formées et façonnées par un média qui répète quotidiennement de fausses déclarations et des mensonges – il n’y a pas deux poids, deux mesures par lequel nous défendons Cuba, le Venezuela et le Nicaragua.
 
Ces pays n’ont pas de personnes disparues ou torturées; ils n’emprisonnent pas ceux qui pensent différemment, mais oui, ils emprisonnent des criminels, qu’il s’agisse de députés, de politiciens ou de soi-disant étudiants. Il me semble plutôt que c’est vous qui avez « deux poids, deux mesures », qui émettez des jugements confortables sur la moralité formés par la manipulation et l’ignorance.
 
En ce qui concerne les médias, la démocratie et les libertés, nous pourrions comparer le Chili à ces pays. Je vous assure que, malheureusement, le Chili ne s’en sortirait pas très bien, et encore moins, si nous incluons les droits de l’homme, économiques et sociaux, car au Chili, ceux-ci semblent n’être rien de plus que des marchandises.
 
« Une personne atteint son plus haut niveau d’ignorance quand elle répudie quelque chose dont elle ne sait rien. »
 
Cordialement!
 
Pablo Sepúlveda Allende, médecin, coordinateur du Réseau des intellectuels pour la défense de l’humanité (REDH) et petit-fils de l’ancien président Salvador Allende Gossens.
 
(El Ciudadano)
 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Quel dommage que vous ne mettiez pas le lien vers le texte original pour une diffusion vers l'Espagne
Répondre
R
Voilà : https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwiZoYXtic_1AhXCyIUKHaDdCYAQFnoECA0QAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.elciudadano.com%2Fchile%2Fnieto-de-salvador-allende-le-responde-a-boric-el-doble-estandar-en-ddhh-y-la-izquierda-nice%2F08%2F23%2F&usg=AOvVaw1kip8KebAKmEtyjIgP9-9s
R
On le trouve partout sur le net.