Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Il y a 65 ans, l'interdiction du KPD en Allemagne fédérale

18 Août 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Répression, #L'Internationale, #l'Europe impérialiste et capitaliste, #Europe de l'Est

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Sur l’interdiction du Parti communiste Allemand ( KPD )il y a 65 ans

L’interdiction du Parti Communiste Allemand le 17 août 1956 n’est pas une décision fortuite mais bien un enjeu idéologique de l’oligarchie mondiale « drivée » par l’impérialisme des Etats Unis. Et l’interdiction actuelle du DKP *** ne fait que conforter cet enjeu idéologique.

Car le communisme reste, pour l’oligarchie financière mondiale, l’ennemi à annihiler.

Rappelons nous :

* Des documents d’archives publiés en 2012 confirment l’organisation de la Seconde Guerre mondiale par des banquiers états-uniens et britanniques, couverts par le président Franklin Roosevelt et le Premier ministre Neville Chamberlain, dans l’espoir de détruire l’URSS, c’est à dire le bolchévisme.
Au moment où Hitler a accédé au pouvoir, le capital financier US contrôlait quasiment tous les secteurs d’importance stratégique de l’industrie allemande : raffinage du pétrole, production de carburant de synthèse, chimie, construction automobile, aviation, ingénierie électrique, radio, ainsi qu’une grande partie de l’industrie de la construction mécanique (278 sociétés au total). Les grandes banques allemandes, telles que la Deutsche Bank, la Dresdner Bank, la Donat Bank et quelques autres, étaient sous contrôle US. Le 30 janvier 1933, Hitler devenait chancelier d’Allemagne. Auparavant, sa candidature avait été étudiée à la loupe par les banquiers américains. Hjalmar Schacht s’est rendu aux ÉtatsUnis à l’automne 1930 pour parler de cette nomination avec des collègues américains. La désignation de Hitler a finalement été approuvée lors d’une réunion secrète de financiers aux États-Unis.

* Les soi-disant alliés de l’URSS bolchévik ne s’étaient pas engagés dans la Seconde Guerre mondiale pour vaincre le fascisme, mais véritablement pour substituer leur domination a celle des nazis, et ils ont volontairement refusé de créer un deuxième front afin de faire durer les combats dans l’espoir de voir le 3ème Reich nazi venir à bout de l’implacable résistance de l’URSS bolchévik.
* Les Etats Unis et l’Angleterre ne cessèrent jamais, pendant les quatre années de ce terrible conflit, outre de continuer de fructueuses affaires avec le Reich nazi, de comploter pour tenter d’arriver à un accord avec Hitler dans le but d’attaquer, tous ensemble, l’URSS qu’ils croyaient à bout de souffle. Ils ne purent mettre leurs tentatives à exécution.
AUSSI après la capitulation sans condition le 9 mai 1945 du 3ème Reich nazi les « soi disant alliés de l’URSS Bolchévik, ( laquelle avait assumé pratiquement seule la résistance implacable à l’occupant nazi dans une guerre d’une violence inouïe et d’un niveau inimaginable de brutalité et de destruction qui aura duré 1418 jours ) la dénazification prévue ne fut qu’une vaste mascarade. ( sauf dans le secteur Soviétique de l’Allemagne vaincue ) tous les complices et assassins du régime hitlérien jouirent d’un préjugé favorable et échappèrent pour nombre d’entre eux, aux châtiment qu’ils méritaient. En 1948 l’Allemagne fédérale, sous la houlette d’Adenauer et à l’initiative de l’impérialisme des Etats Unis, a gracié et maintenu en poste tous les criminels de guerre et fonctionnaires qui avaient collaborés avec le nazisme. Ainsi l’Allemagne fédérale paie des pensions aux gradés de la Wehtmacht qui ont commis tant de massacres en URSS et les pays limitrophes.
Et avec la mise en œuvre de l’Union Européenne, qui a été conçue par le fascisme nazi et « accouchée »par les impérialismes Etats Uniens, Français et Allemands, une vaste entreprise de révisionnisme historique a été mise en œuvre, à savoir faire passer les communistes pour les alter ego des nazis !!!!

Ayant d’abord rebaptisé le 9 mai, jour de la victoire des peuples en 1945, en “journée de l’Europe” dans le but d’effacer la photo du drapeau rouge flottant sur le Reichstag, et d’effacer le sacrifice des vingt huit millions de Soviétiques qui ont donné leurs vies pour que nous vivions, l’Europe du capital poursuit son plan qui consiste à identifier la victime avec le bourreau en se référant à la journée du 23 août 1939 où le pacte de non agression a été signé.
L’Europe du capital veut blanchir son caractère de classe impérialiste, qui a engendré le fascisme et le nazisme.

Et aujourd’hui, l’Europe du capital veut blanchir les massacres impunis, perpétrés par ce même impérialisme, dans le monde. De cette façon, elle aspire à atteindre politiquement et idéologiquement tous ceux qui continuent à lutter contre l’exploitation et l’injustice de classe, qui résistent à l’attaque barbare contre tout droit social, syndical et démocratique des peuples projetés dans les conditions de la crise économique mondiale du capitalisme .

En conclusion :

Il faut le dire et le redire, le crier haut et fort, l’anticommunisme viscéral, la haine absolue de l’Union Soviétique bolchévik ( jusqu’en 1953 mort du charismatique Joseph Staline ) de son économie socialiste allant vers une économie communiste, qui étaient le trait dominant du 3ème Reich nazi, donc de l’idéologie nazie, n’ont pas été éradiqués avec l’écrasement du 3ème Reich nazi, par l’URSS bolchévik et son Armée Rouge. Ils sont devenus le trait dominant des pays européens, d’outre atlantique et du monde entier.


*** La résistance des militants communistes Allemands, malgré les persécutions atroces qu’ils subirent, fut impitoyable à l’encontre du régime hitlérien
Répondre