Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Rencontre du Parti communiste de Biélorussie avec un diplomate français

1 Juillet 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Europe de l'Est, #l'Europe impérialiste et capitaliste, #Impérialisme, #Mille raisons de regretter l'URSS, #lutte contre l'impérialisme

Rencontre du Parti communiste de Biélorussie avec un diplomate français
 
dim. 27 juin à 23:30
 
 

MINSK : LA RENCONTRE DE LA DIRECTION DU PCB AVEC L'AMBASSADEUR FRANÇAIS S'EST DÉROULÉE DANS LE RESPECT DE NOS PRIN

CIPES. 

 

Le 25 juin, à l'initiative de la partie française, une réunion avec l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de France en Biélorussie Nicolas de Bouilland de Lacoste s'est tenue au Comité central du Parti communiste de Biélorussie.

Alexei Sokol, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Biélorussie ; Dmitry Miroshnichenko, chef du département du travail d'organisation du Parti du Comité central du Parti communiste de Biélorussie ; Nikolai Volovich, chef du département du travail idéologique du Comité central du Parti communiste de Biélorussie ; Evgeny Vinnik, chef adjoint du personnel du Comité central du Parti communiste de Biélorussie ; Yuri Kruglik, deuxième secrétaire du Comité du Parti de la ville de Minsk ; des représentants de l'association publique "Ligue de la jeunesse communiste" ont pris part à la réunion.

Au cours de la réunion, la délégation du Parti communiste de Biélorussie, dirigée par le premier secrétaire du Comité central du PCB, Aleksei Sokol, a déclaré que les pressions politiques et les sanctions exercées sur la République de Biélorussie ainsi que l'ingérence dans les affaires intérieures de notre État souverain étaient inacceptables.

Aliaksei Sokol a notamment déclaré que nous ne nous faisons aucune illusion sur les objectifs des États occidentaux - les initiateurs des sanctions sectorielles contre le Belarus. Il s'agit essentiellement d'une nouvelle étape de l'agression hybride menée contre notre État depuis plus d'un an déjà. Les sanctions sectorielles ne sont imposées au Belarus que pour les produits où il y a une lutte concurrentielle sur les marchés de l'Union européenne - de l'industrie automobile à l'industrie pétrochimique. En même temps, ces sanctions ont une tâche politique fondamentale - détruire les entreprises et donc l'État social biélorusse et les garanties sociales pour la population formées à partir de l'assiette fiscale de ces entreprises.

En outre, le camarade Sokol a noté que, bien avant les élections, un travail visant à organiser une "révolution colorée" suivant la méthodologie du célèbre Gene Sharp a été réalisée. Ce qui s'est passé après le 9 août 2020 est le résultat de l'utilisation de toutes sortes de technologies politiques. Toutes ces technologies ont été appliquées par l'Occident collectif en Yougoslavie, en Moldavie, en Géorgie, au Kirghizstan, en Ukraine, au Venezuela, etc. Les communistes du Belarus ne souhaitent pas un tel destin pour leur pays. Le peuple biélarussien a le droit de déterminer son propre cours de développement de façon indépendante et souveraine.

Le premier secrétaire du comité central du parti communiste du Belarus a noté que le Belarus survivra à ces pressions. Nous avons déjà une grande expérience de la vie sous sanctions. En outre, nous constatons que certains pays vivent également sous le coup de sanctions. Prenez, par exemple, l'Iran ou le blocus économique de Cuba. L'économie biélarussienne poursuivra certainement son développement progressif, tandis que l'orientation sociale de l'État sera préservée, car il existe de nombreux autres pays dans le monde, outre l'Union européenne, qui sont prêts à coopérer sur un pied d'égalité avec la République du Belarus. Notre pays doit prendre des mesures réciproques pour protéger ses intérêts nationaux.

Nicolas de Lacoste, à son tour, a déclaré que son objectif est de rencontrer toutes les forces politiques de Biélorussie afin d'évaluer objectivement la situation réelle dans notre pays. Dans le même temps, l'ambassadeur a énoncé toutes sortes de faussetés et de clichés de la propagande occidentale sur la situation au Belarus, et a déclaré cyniquement que l'imposition de sanctions était dictée par le souci du bien-être du peuple biélarussien.

L'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française en République de Biélorussie a accusé notre pays d'avoir tardé à inviter la délégation de l'OSCE pour observer l'élection présidentielle qui s'est tenue en août 2020 et, par conséquent, il a déclaré " ...son manque de confiance dans les résultats de l'élection". Les participants à la réunion ont piégé le chef de la mission diplomatique française dans un tour de passe-passe car il a montré que la partie biélorusse a souhaité inviter des observateurs de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE. Cependant, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe a décidé de ne pas envoyer d'observateurs, invoquant la situation épidémiologique difficile liée à la pandémie COVID-19.

En outre, Nicolas de Bouillant de Lacoste, qui est arrivé en Biélorussie il y a seulement trois mois environ, a tenté de spéculer sur la "violence" des forces de sécurité envers les manifestants "pacifiques". L'ambassadeur de la Cinquième République française a déclaré qu'il avait vu de ses propres yeux les conséquences de la "torture" et d'autres actions violentes des forces de l'ordre biélorusses. Interrogé par les membres de la délégation du PCB sur l'usage de la violence par la police française contre les "gilets jaunes", le diplomate a répondu que c'était différent - les actions de la police française visaient à rétablir la loi et l'ordre, ainsi qu'à protéger la population des éléments radicaux.

L'ambassadeur de France s'est montré particulièrement intéressé par les travaux de la Commission constitutionnelle. Il souhaite notamment savoir si un référendum sera organisé et si sa date a été fixée, si la neutralité de notre pays, la politique multisectorielle au Belarus resteront dans la Constitution, et si la vente libre de terres au Belarus sera autorisée. En outre, l'ambassadeur a demandé quels sont les postulats les plus importants pour notre parti lorsqu'il travaille sur les amendements à la Constitution de la République du Bélarus.

Alexei Sokol a souligné que la Constitution actuelle est pleinement conforme aux orientations du programme du Parti communiste du Belarus, tandis que l'approche de la réforme de la loi fondamentale du pays doit être précise et exacte. Les Biélarussiens se sont activement impliqués dans le processus de modification de la Constitution. La commission a déjà reçu un grand nombre de propositions. Cependant, il existe des propositions qui sont dictées par le temps. Par exemple, il est nécessaire d'inscrire dans la Constitution le droit du peuple biélarussien à développer des technologies nucléaires à des fins pacifiques dans le secteur de l'énergie nucléaire.

A l'issue de la réunion, les parties ont constaté qu'il est actuellement impossible de concilier nos positions quant à la situation autour et à l'intérieur du Belarus. Résumant la réunion, Aliaksei Sokol a déclaré : "Si l'Union européenne souhaite sincèrement aider la Biélorussie et le peuple biélorusse, la meilleure aide qu'elle puisse nous offrir est de protéger la République de Biélorussie de Tihanovskaya et des autres fugitifs, et de ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de notre pays !"

Service de presse du PCB

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article