Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

L'extrême-gauche, encore et toujours, contre la révolution ouvrière

11 Juin 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Théorie immédiate, #Qu'est-ce que la "gauche", #GQ, #Front historique, #Positions

 

La maladie infantile du communisme (une suite à Lénine) :

Il y a une grande différence entre l’activité révolutionnaire dont le centre et la raison d’être se trouve au final dans l’intérêt et dans l’action du prolétariat et l’activité politique d’extrême-gauche qui volontiers prêche la révolution, mais pas de manière à la rendre populaire parmi les masses !

Cette tendance politique n’est en effet pas du tout une expression du prolétariat, ni même de la petite bourgeoisie, mais plutôt une expression de secteurs ou d’individus déclassés de la bourgeoisie proprement dite, et de son intelligentsia. Il faut rechercher le sens et la fonction sociopolitiques de l’extrême-gauche dans les contradictions internes de la bourgeoise : fractions montantes, ou au contraire groupes fragilisés à le recherche de rentes, problèmes d’affectation des héritiers, des cadets, des parents pauvres, ou parfois dynamique de transformation inhérente au capital lui-même, et à son besoin d'un panel à qui proposer le renouvellement des marchandises à offrir sur le marché.

On voit que la structure sociologique de l'extrême-gauche est presque la même que celle de l’extrême-droite internationale classique, avant qu’elle ait reçu la correction de 1945 administrée par l’Armée Rouge.

Extrême-gauche et extrême-droite ont en commun le culte de Nietzsche et la haine de l’URSS.

La gauche et l’extrême gauche dans le système cohérent de la vie politique bourgeoise, sont formées de ceux qui veulent changer l’ordre capitaliste pour l’améliorer, le modérer, le rendre plus humain, et les plus extrêmes dans cette direction sont ceux qui pensent avoir quelque chose à gagner directement dans la dramatisation de l’agitation politique notamment en attirant l’attention sur leur personne.

Il y a dans tous les partis des professionnels de la politique, et sans eux, pas de continuité ni d’action cohérente possible, mais ces professionnels peuvent rester au service du prolétariat, ou se servir de sa cause, pour se servir eux-mêmes, et entre les deux comportements plutôt qu’une frontière bien délimitées par des grands principes (mais la moralité individuelle joue aussi son rôle) il y a plutôt une zone grise de transition. On trouve rarement dans la biographie d’un militant 100 % d’abnégation, ou 100 % d'opportunisme.

Le critère de distinction entre le groupe révolutionnaire prolétarien et le groupe d’extrême-gauche à l’agitation spectaculaire, mais politiquement passif ou même nocif, est donc non pas le radicalisme verbal mais le réalisme politique, et la volonté d’exercer le pouvoir au nom du prolétariat.

Bien entendu, nous considérons ici comme « d’extrême-gauche » ceux qui se désignent eux-mêmes ainsi, ou qui se satisfont de cette étiquette quand elle leur est accolée par les autres et par les médias. Nous les désignons plus généralement comme les « gauchistes », comme le faisait Lénine, qui visait dans sa brochure de 1922, La maladie infantile du communisme, le courant conseilliste ou « soviétiste » qui se revendiquait exagérément de Rosa Luxembourg et qui interprétait le slogan « tout le pouvoir aux soviets » comme un appel à l’autogestion généralisée. Et dont Socialisme ou Barbarie et les situationnistes sont des continuateurs, deux générations plus tard (l’Internationale Situationniste fut fondée par Debord et ses complices en 1957). Mais le gauchisme comme tradition politique bourgeoise relève plutôt d’autres courants, moins innocents, aux financements opaques, dont les développements principaux sont d’ailleurs bien postérieurs à Lénine, ce sont l’anarchisme individualiste, le trotskysme, et le maoïsme de salon.

Ce qui caractérise tous ces courants, c’est le refus des étapes intermédiaires entre la situation présente et le communisme, et le refus des compromis et des alliances provisoires nécessaires pour y parvenir. C'est l'incompréhension de la dialectique (on ne comprenait pas, par exemple, qu'il faille faire la guerre à Hitler pour préserver la paix). Et donc le refus, théorisé ou non, de l’État socialiste et de sa politique machiavélienne, et de sa stratégie qui pour en être une ne peut pas être à tout moment transparente.

Ce critère de la pratique peut être parfois difficile à utiliser : si un gauchiste comme Mélenchon en arrive à briguer réellement le pouvoir, il devient du même coup relativement plus légitime qu’un parti prolétarien trop faible pour envisager ce but. Parfois des politiciens douteux se retrouvent à leur propre étonnement dans un costume trop grand pour eux.

D’autre part il s’est développé, de concert avec l’écologisme (qui a beaucoup de liens à son origine avec le courant anarchiste), un nouvel esprit gauchiste non seulement sectaire comme il l’a toujours été, mais sectoriel, communautaire, séparatif, « intersectionnel » qui met l’accent sur les luttes de minorités considérées à tort ou à raison comme particulièrement opprimées.

Ce faisant il n’aide en rien les membres des dites minorités qui sont réellement opprimés, c’est à dire ceux qui font partie du prolétariat. Les autres, d’aide ils n’ont pas besoin.

Ce gauchisme est la continuation, mais aussi la métamorphose et dans bien des cas l’inversion des combats pour les droits civiques qui ont marqués les années 1960 et 1970 dans les métropoles occidentales. Pour l’essentiel, ces combats ont gagné la partie à l’époque et les discriminations institutionnelles ont disparu : les dates charnières étant la promulgation de l’amendement des droits civiques en 1964 aux États-Unis, et la fin du type de société qualifiée par Foucault (parangon intellectuel du gauchisme libéralisant) de « société disciplinaire », à la suite des mouvements qui comme mai 68 terminent l’histoire du mouvement ouvrier traditionnel, tout en écrivant les premières pages des « révolutions colorées » libérales. Le laissez-faire des mœurs et le laissez-faire économique sont les deux expressions du même slogan des années-fric, « chacun fait ce qui lui plait-plait-plait », comme dit la chanson Chagrin d’Amour (1980).

Or la situation générale des minorités dans le nouvel âge du capitalisme post 68 – et on inclura pour la commodité de la démonstration les femmes qui ne sont pas une minorité – c’est la réalité de leur émancipation. Cette émancipation, qui concerne aussi bien les Noirs américain que les Français d’origine maghrébine, les femmes que les homosexuels, les indigènes américains et les minorités ethnolinguistiques un peu partout dans le monde, et même les groupes religieux dissidents, se caractérise par la recomposition à la faveur du mouvement dans leurs rangs d’une bourgeoisie et d’une petite bourgeoisie interne qui prétend au droit de représenter l’ensemble de la communauté sur des bases inter-classistes, et qui s’accapare tout le fruit matériel de la lutte émancipatrice. Les Afro-Américains ou les français d’origine maghrébine sont invités à se sentir libres parce qu’ils peuvent s’identifier à des présentateurs de télévision, des vedettes du sport ou du show-biz ou à de grandes fortunes, et qu’ils peuvent s’ils le souhaitent suivre exclusivement des canaux de diffusion culturels animés à leur intention où ils ne verront que des gens qui leur ressemblent.

Le capitalisme va flatter ces représentants (qui ne sont jamais démocratiquement désignés) et même leur accorder le bénéfice d’une discrimination positive, qui consiste non pas à leur faire une place parmi la bourgeoise déjà nantie et bien installée (d’où chez eux le maintien d’un sourd ressentiment), mais à leur réserver un quota favorable parmi ceux qui sortent des classes exploitées et qui réussissent leur promotion dans la bourgeoisie. La discrimination positive des minorités pour favoriser l’ascension sociale de quelques individus est donc en fait une discrimination tout court à l’encontre des prolétaires sans qualité, c’est à dire n’appartenant pas à une minorité.

Le discours bourgeois est à peu près celui-ci : enrichissez vous comme l’ont fait les plus méritants ou les plus valeureux de vos représentants, et le discours victimaire qui n’en continue pas moins ne porte finalement plus que sur ce point : contrairement aux promesses, il n’est pas possible d'enrichir tout le monde, ni de s’enrichir autant qu’on le voudrait. Et comme on sait, le désir est sans limite.

Pour la grande majorité, qui ne change pas de classe sociale au cours de sa vie, cette politique n’a aucune autre effet que celui de rendre invisible ses revendications. Pour prendre un exemple comme un autre, un ouvrier d’industrie n’a rien à perdre à une extension des droits des groupes estampillés LGTB (etc.) mais il va quand même bien souvent en prendre ombrage, non pas tant parce qu’il serait un homophobe irrécupérable mais parce qu’il aura le sentiment hélas justifié que cette cause n’est en fait mise en avant dans les médias et les partis politiques que pour prendre la place de la sienne, qu’il estimera, et je pense justement, bien plus universelle bien que moins idéaliste. A terme, ce sentiment de frustration, et cette jalousie de la bonne place accordée dans les médias aux surenchères permanentes des représentants des minoritaires peut finalement contribuer à diffuser massivement une sorte de racisme secondaire qui s’appuiera sur le constat que ces néo-bourgeois sont effectivement favorisés, et particulièrement pour l’accès au quart d’heure de célébrité à laquelle se résume l’idée du bonheur post-moderne.

Minoritaire ou non minoritaires doivent pourtant tous les deux se préoccuper de leur beefsteak, même s’il est préparé à base de tofu. Mais le porte-parole minoritaire qui milite en tant que tel a déjà résolu ce problème et vise plutôt à obtenir de tous les autres non plus un droit à l’indifférence qui est acquis depuis longtemps, mais une reconnaissance spéciale qui ressemble beaucoup à une résurrection en plein XXIème siècle de la notion de privilège. Et on remarquera que les minoritaires entre eux n’ont pas particulièrement de tolérance pour les privilèges de reconnaissance revendiqués par une autre minorité.

Par réaction, la majorité sans qualité en vient à réclamer le privilège de l'antériorité, et à se « minoriser » en se réfugiant dans le roman historique et les clichés scolaires de l’histoire de France, et la boucle est bouclée.

Par contre, le beefsteak, ils l’ont tous en commun, et pendant qu’ils se disputent entre eux sur leurs identités respectives, ils sont tous en train de se le faire rogner à l’âge du capitalisme hyper tolérant, mais encore plus hyper exploiteur.

Et donc n’en déplaise à Frédéric Lordon, les femmes de chambre de l’hôtel Ibis des Batignoles sont des ouvrières qui ne sont pas prêtes à le lâcher, et non des « noires », ou des « femmes », bien qu’elles soient presque toutes des femmes noires. Ce ne sont pas des filles à papa qui revendiquent un coupe-file pour passer à la télé et s’engueuler avec Zemour, mais des travailleuses qui luttent contre l’exploitation, pour le bien de tous !

GQ 8 juin 2021

 

PS Je critique les gauchistes, mais je suis conscient du fait que des personnes sincères peuvent se retrouver dans leurs rangs, comme ce fut d'ailleurs mon cas, par erreur de jeunesse, ou par les mauvais hasards de l'existence.

 

 

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bob 12/06/2021 16:50

Melenchon gauchiste ?
de nombreux militants du NPA n'ont jamais lu Trotski
le PC qui continue a faire des alliance avec le PS ou EELV ...
je crois que tout le monde est dans une grande confusion et que chacun essai de l'expliquer avec des arguments ancien alors qu'il faudrait reconsiderer les choses differements

politzer 12/06/2021 16:37

Mélenchon a fait Hollande en 2012 SANS RIEN DEMANDER en échange ! était il "tenu" ou rendait il service pour obtenir qq chose en douce ?
A ma connaissance les seuls gauchistes sont au NPA, les autres étiquetés gauchistes ne sont que des socio-démocrates ( la gauche (lol) du défunt PS et son résidu)réformistes comme d hab, la grande gueule en plus dont l efficacité politique est inversement proportionnelle à ses tonitruantes déclarations ! Toute la galaxie qui se réclame de la gauche ou que les chiens médiatiques , porte-parole du groupe multimilliardaire au pouvoir ( De Bésieux vient de demander à Marcon qu il s active sur la réforme des retraites!) aiment à désigner comme telle, mentent outrageusement cez qui a pour effet de dissimuler le caractère libéral_libertaire de leurs revendications politiques et sociales. Et les chefs sont bien aise d appeler à la défense des libertés ( des minorités petites bourgeoises alliées à leur sous prolétariat immigrés )pour faire oublier leur opportunisme sinon leur complicité avec le régime !

Réveil Communiste 12/06/2021 21:06

Les gauchistes ont tendance à être à la fois gauchistes et sociaux démocrates. Il y a des gauchistes au NPA, ches "Ensemble", chez EELV ( de moins en moins), au PCF, à la FI, et d'ancien style aux deux POI et à LO. Sans parler des groupes Antifa, Anars, Zadistes, et les débris de la tradition autonome et dans la décomposition de la culture de l'Université Paris 8 ... mais aussi chez des souverainistes de gauche et des admirateurs des GJ qui rendent un culte complètement inepte à George Orwell.

GQ 12/06/2021 15:36

A propos de gauchiste, on remarquera le vote anti-cubain de Manon Aubry, que Mélenchon avait tiré de son chapeau pour conduire la liste européenne de LFI avec le succès qu'on a pu voir. On peut dire que ce dernier, comme Tsipras, a fait son petit tour, et puis voilà.

gQ 11/06/2021 14:02

Fabien Roussel, interpellé sur l'expulsion des demandeurs d'asile déboutés répond fort justement "quand on n'est pas bénéficiaire du droit d'asile, on a vocation à retourner chez soi"., ce qui est qualifié par les trotskystes de service (révolution permanente) de "sortie xénophobe".

Qu'est ce qu'ils auraient voulu qu'il dise, ces belles âmes? que les déboutés et autres irréguliers ont droit de rester en France, même quand le droit, justement, dit le contraire? On voudrait qu'il prononce des propos qui le disqualifierait directement auprès de l'électorat populaire?

On ne sait pas quoi ajouter devant tant de mauvaise foi et de stupidité. "Extrême gauche", ça signifie de plus en plus "extrêmement con" .

Ou plus exactement, ce courant politique au dossier historique surchargé révèle chaque jour davantage sont caractère fondamental d'être une faction bourgeoise et antipopulaire ; (ndgq 11 juin 2021)