Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Jerzy Zieteck, patriote polonais et communiste

17 Juin 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Europe de l'Est, #Front historique

Jerzy Zieteck, patriote polonais et communiste

Envoyé par Bruno Drweski

 
 
Le 10 juin est le 120e anniversaire de la naissance du général, voïévode (préfet) de Silésie, grand patriote polonais, communiste, Silésien, participant au troisième soulèvement silésien anti-Allemagne de 1921, participant aux combats avec l'envahisseur fasciste - Jerzy Ziętek.
 
Jerzy Ziętek est né le 10 juin 1901 à Gliwice, et il est décédé le 20 novembre 1985 à Zabrze. Dans sa jeunesse, il a été actif dans les cercles patriotiques polonais de la paroisse de Saint-Barthélemy en Silésie. Plus tard, il est devenu membre de l'Organisation militaire polonaise de Haute-Silésie, en même temps qu'il soutenait les activités du Commissariat au plébiscite polonais pour le district de Gliwice. Pendant le soulèvement armé de 1921 contre les Freikorps et les formations militaires allemandes, Ziętek a pris une part active au combat des insurgés polonais stationnés près de Gliwice. En raison de son activité patriotique pro-polonaise inébranlable, il avait été expulsé du collège allemand en 1920, et avait dû passer son examen de fin d'études secondaires en externe devant le comité d'éducation du Commissariat au plébiscite polonais à Bytom. En 1928, il fut nommé maire de Radzionków et dans les années 1931-35, il a été membre du parlement élu dans des conditions de régime autoritaire. En tant que chef de la commune de Radzionków, jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale, il a créé le Parc du Peuple "Józef Piłsudski", un centre de santé, des jardins ouvriers, un cinéma et un stade, et grâce à lui la ville s'est très fortement développée. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, il fuit vers Lwow (Lviv), d'où il est envoyé par le NKVD aux travaux forcés au fin fond de l'URSS pour ses activités pro-régime Pilsudski précédentes, y travaillant comme ouvrier dans la construction d'une centrale électrique, puis comme ouvrier dans une usine d'essence de vinaigre.
 
Après avoir changé d'opinion et être devenu marxiste et, en même temps désireux de remplir son devoir patriotique, il rejoint alors la 2e division d'infanterie de l'armée polonaise organisée par l'Union des Patriotes polonais en URSS qui combat aux côtés de l'armée rouge. Là, il a d'abord été rédacteur, puis il a été nommé officier politique. Après avoir terminé l'école des officiers politiques de Sielce, il est nommé sous-lieutenant, et en juillet 1944 lieutenant, et à la fin de cette année, il était déjà major, grade avec lequel il termine la guerre. En 1945, il est nommé voïévode adjoint (préfet adjoint) de Silésie. Plus tard, il a occupé de nombreux postes, depuis celui de voïévode adjoint, puis de voïévode jusqu'à celui de député au Parlement de la République populaire de Pologne, qu'il a occupé jusqu'en 1985. Membre éminent du Parti ouvrier unifié polonais jusqu'à la fin de sa vie, il a été vice-président du Conseil suprême de l'Union des Combattants pour la Liberté et la Démocratie (association des anciens combattants). À l'occasion du 50e anniversaire du troisième soulèvement de Silésie en 1972, il a été élevé au rang de général pour ses services rendus sur le champ de bataille en 1921 et de 1943 à 1945. Il était connu pour être un dirigeant proche du peuple, opposé aux carriéristes, parlant aux gens dans le dialecte ouvrier local. Doté d'une forte conscience de classe et d'un patriotisme à toute épreuve. Concepteur de maisons de la culture, du réseau de parcs écologiques construit dans les années 1950-60 autour du bassin industriel silésien, parmi lequel l'immense Parc de la Culture et du Repos au milieu de l'agglomération Katowice-Chorzow et doté de plusieurs forêts, de nombreux restaurants, buvettes, centres culturels, d'un stade, d'un petit train pour enfants, d'un jardin zoologique et d'un planétarium. Parc qui est aujourd'hui privatisé et menacé d'achats à la découpe par des agents immobiliers privés. Malgré les pressions du régime au pouvoir actuellement en Pologne, les habitants de Haute-Silésie ont imposé la construction d'un monument en son honneur en 2005 et qui n'a a pas pu être détruit jusqu'à aujourd'hui malgré les pressions du gouvernement anti-communiste et sa loi de décommunisation.
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article