Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Les militants de gauche doivent-ils défendre le droit à l'asile politique de leurs ennemis?

11 Juin 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ, #Positions, #lutte contre l'impérialisme, #l'Europe impérialiste et capitaliste, #Répression

Le passeport Nansen, inventé dans les années 1920 pour protéger les Russes blancs

Le passeport Nansen, inventé dans les années 1920 pour protéger les Russes blancs

A relire dans le contexte d'une remarque de bon sens de Fabien Roussel  ("si on ne bénéficie pas du droit d'asile, on a vocation à rentrer chez soi") qui provoque la fureur typique de l'extrême-gauche bourgeoise quand on questionne, même de très loin, leurs vaches sacrées!(ndgq 11 juin 2021).

Qu’est ce qu’un réfugié politique aujourd’hui, sachant que les réfugiés climatiques n’existent pas et que les réfugiés de guerre restent en général près de chez eux, dans l’espoir de pouvoir y retourner ?

Pour commencer, les quelques réfugiés parvenus jusqu'en Occident de zones de guerre (Irak, Syrie, Afghanistan) n’auraient pas eu à fuir leur pays si nous-mêmes n’y avions pas provoqué la guerre par nos ingérences impérialistes. Les guerres sponsorisées par l’Occident et la Turquie en Libye et en Syrie en livrant ces pays et les zones maritimes qui les bordent à tous les trafics sont à l’origine directe des milliers de morts annuels en Méditerranée, au large de l’Italie, de l’Espagne et de la Grèce.

En ce qui concerne les réfugiés politiques proprement dits, cela fait bien longtemps qu’il n’y a plus guère de réfugiés de gauche. Les derniers en date sont les militants persécutés en Amérique latine des années 1970 ; la persécution n’a certainement pas cessé depuis ce temps là mais le flux s’est mystérieusement tari d’un coup dans les années 1980. Et les réfugiés italiens des années de plomb, dont le statut vient d’être une nouvelle fois brutalement remis en question.

Les réfugiés politiques ou soi-disant tels au XXIème siècle sont majoritairement des individus qui à l’instar des parents de l’assassin de Conflans ont quitté leur pays d’origine où ils se sont rendu indésirables parce qu’ils relèvent du terrorisme, du fascisme, du fondamentalisme religieux, du séparatisme ethnique ou de l’ultralibéralisme – sans parler de la corruption. Accorder l'asile à de tels réfugiés est en fait un acte d'hostilité envers leurs pays d'origine (Cuba, Russie, Chine, Venezuela, Syrie, etc.), et les raisons humanitaires qui sont invoquées ne sont que des prétextes à l'intention de ceux qui veulent bien se laisser tromper.

Depuis la fin des années 1980, ceux qui combattent le capitalisme ne bénéficient jamais de ce statut, et il est remis en cause pour ceux qui l’avaient obtenu auparavant. Même les sociaux démocrates libéraux laïcs algériens n’arrivaient pas à l’obtenir dans les années 1990. Mais il est vrai que la plupart de ceux qui sollicitent le statut aujourd’hui n’ont tout simplement jamais eu aucune position politique en dehors de celle qu’il leur faut pour obtenir le précieux papier.

Le droit d’asile tel qu'il est pratiqué aujourd'hui est une pure tartufferie. Le monde est rempli d'oligarques voleurs russes en fuite et de parasites sociaux vénézuélien grassement entretenus avec l’argent volé à leur pays par les gouvernements et les institutions financières occidentales, et les défenseurs des droits de l’homme colombiens, à peine plus à gauche que Anne Hidalgo sont assassinés chaque jour dans l’indifférence absolue de leurs collègues patentés de ce coté-ci de l’océan.

Il devrait être clair pour des militants de gauche que défendre le droit d’asile des fascistes, des intégristes, ou simplement des admirateurs inconditionnels du libéralisme est complètement à coté de la plaque (aux États-Unis de tels « réfugiés » iraniens ou tibétains ont participé avec enthousiasme à la tentative de putsch du Capitole). Cela ne témoigne pas comme le croient ceux qui le font de leur grandeur d’âme, mais de leur narcissisme moral, couplé à une certaine hypocrisie politique : si on veut protéger les séditieux de Hong Kong, c’est qu’au fond on n’a rien à dire contre leur désir de capitalisme occidentalisé.

Qu’on ne vienne pas dire avec un air outragé qu’on défend dans le cas de ces pseudo-réfugiés « la liberté » en soi. La liberté politique en termes absolus n’existe pas. La liberté des fascistes, et des agents de l'impérialisme, c’est notre mort, et notre liberté, c’est les fascistes, les impérialistes, et surtout les patrons qui les financent, en prison !

Et quant à la démocratie, il faut avoir un sacré culot pour prétendre qu'on vit ici en démocratie, et que c'est la démocratie que les militants stipendiés des "révolutions de couleurs" que nos gouvernements protègent, à l'instar du notoire Navalny, cherchent à instaurer dans leurs pays !

Rosa Luxembourg avait dit « la liberté c’est la liberté de ceux qui ne pensent pas comme moi » et on la félicite grandement dans la sphère libérale (et libertaire) pour ces bons principes qui finalement ne lui ont pas servi à grand chose, puisque ceux qui ne pensaient pas comme elle l’ont tuée.

GQ, 20 mai 2021, revu le 4 juin

PS Si Rosa Luxembourg avait été moins tolérante et si elle avait conduit la dictature du prolétariat au pouvoir en Allemagne dans les années 1920, la bohème berlinoise aurait sans doute été moins libre de s'envoyer en l'air, mais le IIIème Reich n'aurait pas pris la suite et les futurs nazis auraient été rééduqués. Sauf bien sûr les émigrants réfugiés à l'étranger qui auraient eux aussi bénéficié comme leurs congénères russes du passeport Nansen (qui fut par contre refusé dans la réalité historique aux juifs allemands).

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 11/06/2021 14:13

Fabien Roussel, interpellé sur l'expulsion des demandeurs d'asile déboutés répond fort justement "quand on n'est pas bénéficiaire du droit d'asile, on a vocation à retourner chez soi"., ce qui est qualifié par les trotskystes de service (révolution permanente) de "sortie xénophobe".

Qu'est ce qu'ils auraient voulu qu'il dise, ces belles âmes? que les déboutés et autres irréguliers ont droit de rester en France, même quand le droit, justement, dit le contraire? On voudrait qu'il prononce des propos qui le disqualifierait directement auprès de l'électorat populaire?

On ne sait pas quoi ajouter devant tant de mauvaise foi et de stupidité. "Extrême gauche", ça signifie de plus en plus "extrêmement con" .

Ou plus exactement, ce courant politique au dossier historique surchargé révèle chaque jour davantage sont caractère fondamental d'être une faction bourgeoise et antipopulaire ; (ndgq 11 juin 2021)

Réveil Communiste 11/06/2021 14:14

Fabien Roussel est bon, sauf sur l'Europe

GQg 24/05/2021 18:15

Une réaction reçue :

Ton article est une juste analyse mais je n'aime pas trop le ton qui y est employé. Tu cites en passant deux femmes comme Hidalgo et Rosa Luxembourg (dos à dos) et je n'y vois pas l'intérêt. Tu ne dis pas l'autre pendant des réfugiés qui n'appartiendraient pas aux catégories que tu énumères. À ce demander si aujourd'hui il y a encore des réfugiés dignes d'être accueillis ? Tu en site une (catégorie) qui date un peu celle des juifs allemand qui n'ont pas bénéficier en leur temps de la carte de réfugiés politiques.

P. N.

Réveil Communiste 24/05/2021 18:17

Je ne suis pas contre le droit d'asile en soi, je suis contre le fait de défendre le droit d'asile pour des intégristes, des ultra-libéraux, des agitateurs au service de la CIA, etc;

il y a plein de réfugiés potentiels mais ils ne perdent pas leur temps à demander le statut, ils savent qu'il sera refusé (et la persécution des anciens dse Brigades rouges est un signal qui leur est envoyé).

Je ne cite pas ces deux femmes dans le même contexte "dos à dos" Anne Hidalgo, c'est juste pour marquer la limite de ce que j'appelle la "gauche" et qu'on dit qu'elle sera candidate aux présidentielles, et Rosa Luxembourg, c'est à cause de la citation célèbre sur la liberté, qui ne reflète pas d'ailleurs le fond de sa pensée. ce qu'elle aurait voulu, c'est que le débat soit absolument libre entre communistes, et interdit aux autres.

GQ

Paule Lanta 20/05/2021 19:17

Pourquoi ces "réfugiés choisissent ils la France? la France Afrique de "Papa m'a dit" celle du génocide du Rwanda m'en semblent une raison "pour eux rationnelle".

Réveil Communiste 20/05/2021 19:24

les émigrants africains vont en France quand ils sont francophones et ils savent qu'ils n'ont aucune chance d'obtenir l'asile politique.