Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Comment fonctionne le contrôle de l'information - et de l'opinion - en Occident

17 Mai 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Répression, #Ce que dit la presse, #Impérialisme, #États-Unis

Comment fonctionne le contrôle de l'information - et de l'opinion - en Occident

Envoyé par Bruno Drweski

Voici un article tiré de The Grayzone

 

Un média grand public a accepté mon exposé sur ce que les médias refusent de dire à propos de l'empire américain - puis a refusé de me laisser le dire.

par Matthew Alford – le 13 mai 2021

 

Un journal universitaire grand public appelé The Conversation a approuvé mon article sur les questions de politique étrangère dont les médias occidentaux refusent de parler. Alors que l'article était prêt à être publié, tout a mal tourné.

 

C'est une histoire sur le fonctionnement des médias. Plus précisément, il s'agit de ma tentative ratée de publier un article dans les grands médias sur certaines des choses que les médias évitent systématiquement lorsqu'ils couvrent la politique étrangère des États-Unis et du Royaume-Uni.

Vous vous dites peut-être : "C'est de ta faute - pourquoi aurais-tu pensé que tu pourrais faire publier un article sur ce que les grands médias refusent de dire dans les grands médias ?".

Eh bien, parce qu'il existe un réseau en ligne d'organismes à but non lucratif appelé The Conversation, dont la mission est de donner aux universitaires comme moi une plateforme pour transmettre des versions journalistiques de leurs recherches. The Conversation dit considérer les universités comme "une salle de presse géante" et les articles qui en résultent sont réimprimés gratuitement par les journaux. Opérant à l'échelle internationale depuis une dizaine d'années, il touche 40 millions de personnes.

J'avais déjà écrit deux articles pour The Conversation en 2017 et 2018 qui critiquaient la politique des industries américaines du cinéma et de la musique, respectivement. Le premier article a totalisé 121 000 vues et les deux ont été republiés au Royaume-Uni par le journal Independent et dans d'autres pays.

J'ai donc décidé de proposer à The Conversation un nouvel article soulignant les aspects prédictifs du "modèle de propagande" des professeurs renommés Edward Herman et Noam Chomsky, qui identifie une couverture fortement biaisée de la politique étrangère au cours des cinquante dernières années. J'ai demandé le soutien d'autres spécialistes du modèle de propagande et The Conversation m'a assigné un rédacteur en chef.

The Conversation utilise un logiciel spécial qui détermine automatiquement la "lisibilité" d'un article. Pendant plus d'une semaine, mes associés et moi avons travaillé jusqu'à ce que le logiciel nous classe à 85 %, ce qui signifie que nous écrivions pour des "élèves du secondaire", c'est-à-dire de façon claire et simple. Le rédacteur en chef a mis en place une imagerie et a même déployé un titre inhabituel et dramatique : "Comment les médias occidentaux amplifient et rationalisent la guerre et la violence approuvées par l'État - pendant que des millions de personnes meurent."

C'est à ce moment-là que tout a terriblement mal tourné. Noam Chomsky lui-même a qualifié notre expérience de publication de " toute une histoire " et s'est dit " surpris " par le résultat.

Avant de détailler ce qui s'est passé, permettez-moi de vous donner une idée de ce que j'avais mis dans l'article. Ce faisant, j'espère mettre en évidence, voire quantifier, la gravité des fausses déclarations des médias en citant les recherches les plus fiables dans mon domaine.

Dans l'article original figure un (ndrc) :

Écran de prévisualisation de notre article juste quelques minutes après l'intervention du rédacteur en chef de The Conversation, Stephen Khan, qui y a mis fin.

 

"Tout le monde s'en fout"

Nous avons commencé notre texte en observant comment c'était un article de foi dans les médias américains pendant la deuxième guerre d'Indochine (1955-75) que les troupes américaines avaient été déployées pour "défendre le Sud-Vietnam" contre "l'agression" des communistes du Nord. Parmi les commentateurs publics, Noam Chomsky - bien que ne disposant pas d'une plateforme d'information pour l'accueillir - était le seul à faire la simple observation que les États-Unis avaient "attaqué le Sud-Vietnam" [c'est nous qui soulignons].

Chomsky avait pourtant raison : rien qu'en 1962, les États-Unis ont effectué 2 048 sorties aériennes et ont stationné plus de 11 000 soldats sur le terrain au Sud-Vietnam. Mais ce n'était même pas le début. À la fin de la guerre, deux tiers des bombes américaines - deux fois le tonnage total détoné pendant la Seconde Guerre mondiale - avaient été larguées sur le Sud. Dans cette guerre dite "du Vietnam", l'Amérique a également pulvérisé deux pays voisins, le Cambodge et le Laos.

En 1975, la dictature indonésienne de Suharto a envahi et occupé son petit voisin, le Timor oriental, se rendant coupable de famine organisée, de mariage et de stérilisation forcés, de bombardements et d'exécutions en masse. La couverture américaine du Timor oriental dans les principaux journaux a en fait diminué après l'invasion et s'est stabilisée lorsque les atrocités ont atteint leur paroxysme. Dans le New York Times, elle s'est résumée à cinq lignes pour toute l'année 1977.

Bien que les États-Unis n'aient pas engagé de troupes, leur soutien diplomatique et militaire était vital pour la guerre de l'Indonésie ; après leur retrait à la fin des années 1990, l'Indonésie s'est à son tour retirée de l'île. Un officier supérieur de la CIA en Indonésie, alors à la retraite, a déclaré au cinéaste John Pilger :

Il y avait des gens rassemblés dans des bâtiments scolaires et brûlés [et] dans des champs et mitraillés [...] Nous avons envoyé aux généraux indonésiens tout ce dont ils ont eu besoin pour mener une guerre majeure contre quelqu'un qui n'avait pas d'armes à feu. [...] Tout ce que vous voulez, ils l'ont eu [...] Rien de tout cela n'a été diffusé dans les médias. Personne ne s'en est soucié.

Depuis l'élection d'Hugo Chavez en 1998, le Venezuela est régulièrement diabolisé comme une " dictature socialiste. " En avril 2019, Juan Guaidó a fait appel à l'armée pour renverser le successeur de Chavez, Nicolás Maduro, et littéralement aucun commentateur américain d'élite ne s'y est opposé, qualifiant plutôt la tentative de coup d'État de "soulèvement", de "protestation" ou même de "défi lancé par l'opposition et soutenu par l'armée".

Les médias occidentaux ont assidûment minimisé les conséquences de la déstabilisation du Venezuela dirigée par les États-Unis. Un rapport de 2019 du Center for Economic and Policy Research a révélé que les États-Unis ont bloqué l'importation d'insuline, de machines de dialyse et de médicaments contre le cancer et le VIH, y compris ceux que le Venezuela avait déjà achetés. Au total, 40 000 Vénézuéliens sont morts entre août 2017 et décembre 2018 à cause de cela. Mais ce rapport n'a été mentionné dans aucune publication nationale britannique, à l'exception de l'Independent.

Deux ans plus tard, la rapporteuse spéciale de l'ONU Alena Douhan a publié un tableau encore plus sombre, affirmant que le Venezuela vit "avec 1 % de ses revenus d'avant les sanctions." Alors que CNN a couvert le rapport édifiant de Douhan, le Guardian, le New York Times, le Washington Post et la BBC ont gardé un silence total à ce sujet.

La guerre de l'Arabie saoudite au Yémen a commencé en mars 2015 et est rapidement devenue la pire crise humanitaire du monde. Elle a bénéficié du soutien vital des États-Unis et du Royaume-Uni. Dans le cadre de son analyse de la couverture médiatique, en mars 2020, Declassified UK a découvert que 7 000 citoyens britanniques avaient été impliqués de manière opérationnelle dans l'effort de guerre. Dans ce contexte, ils ont fait le commentaire suivant :

Très peu d'articles décrivent le conflit au Yémen pour ce qu'il est étant donné l'ampleur du rôle militaire du Royaume-Uni - une guerre britannique. L'expression "guerre britannique au Yémen" [ou ses variantes] ne donne aucun résultat de recherche dans le texte d'un article au cours des cinq dernières années. Les résultats les plus proches sont un article de l'Independent intitulé : " Le gouvernement a finalement admis que la Grande-Bretagne est en guerre au Yémen " (écrit non pas par un journaliste, mais par une députée de l'opposition, Diane Abbott) (2016), et deux dans le Guardian (2016 et 2019).

En 2019, le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a insinué dans le magazine Politico qu'en étant le deuxième plus grand vendeur d'armes à l'Arabie saoudite, le Royaume-Uni était bien placé pour aider à mettre fin à la violence, et que retirer son soutien serait vain.

Les remarques de Hunt sont passées sans être commentées dans la presse, même si un ancien fonctionnaire du ministère de la Défense a révélé au Guardian quelques semaines plus tard que "les patrons saoudiens dépendent absolument de BAE Systems".

Les promesses mielleuses de Hunt d'un "chemin vers la paix" n'ont rien donné et la guerre est plutôt entrée dans son année la plus meurtrière. Un employé de BAE a déclaré : "Si nous n'étions pas là, dans sept à quatorze jours, il n'y aurait plus un seul jet dans le ciel."

Abandonné à la dernière minute

Notre article pour The Conversation devait être publié dans la matinée du jeudi 25 avril 2019. Alors que le morceau était prêt à être mis en ligne, le rédacteur en chef est intervenu pour une dernière vérification.

Une heure plus tard, le premier rédacteur m'a appelé pour me dire qu'il y avait un retard.

Lorsque notre brouillon nous est revenu, la phrase du rédacteur en chef "Pendant que des millions meurent" avait été supprimée. Toutes les références au Vietnam, au Timor oriental, à l'Indonésie et au Venezuela avaient été supprimées. En fait, la mention de Noam Chomsky et d'Edward Herman ainsi qu'une référence à notre propre statut de spécialistes de la propagande avaient également été supprimées.

Un paragraphe que nous avions écrit sur la couverture du bombardement de la Libye par l'OTAN en 2011 était annoté en lettres capitales : "Il faut écrire ici une ligne sur la nature du régime [du colonel Mouammar] Kadhafi. On ne peut pas ignorer ses atrocités".

Nous avons reconnu les exactions de Kadhafi et proposé d'inclure la ligne. Nous avons également souligné que ce sont nos "rebelles" en Libye qui ont commis des violations des droits de l'homme à grande échelle contre les Africains noirs et que l'intervention de l'OTAN a multiplié au moins par sept le nombre de morts en Libye. Nous avons cité la Commission des affaires étrangères de la Chambre des communes :

Malgré sa rhétorique, la thèse selon laquelle [...] Kadhafi aurait ordonné le massacre de civils à Benghazi n'est pas étayée par les preuves disponibles. Le régime de Kadhafi avait repris des villes aux rebelles sans attaquer de civils au début du mois de février 2011 [...] La disparité entre les pertes masculines et féminines [ces dernières étant inférieures à 2,5 %] laisse penser que les forces du régime de Kadhafi ont ciblé les combattants masculins dans une guerre civile et n'ont pas attaqué les civils sans discernement. Plus largement, le bilan des 40 années d'effroyables violations des droits de l'homme de Mouammar Kadhafi ne comprenait pas d'attaques à grande échelle contre des civils libyens.

Nous n'avons reçu aucune réfutation.

Notre rédacteur en chef semblait croire que l'article serait maintenu, nous avons donc continué à y travailler et sommes restés en contact régulier pendant plus d'un mois. Plus tard, ils m'ont dit de recommencer à zéro, alors j'ai recommencé.

J'ai souligné l'ironie du fait qu'un article sur ce que les médias refusent de dire sur la politique étrangère occidentale avait été "abandonné à la dernière minute en raison de son contenu politique" et que "cela semble aller à l'encontre de la propre charte de The Conversation et de son esprit de coopération avec nos universités".

Nous avons demandé un commentaire supplémentaire au rédacteur en chef, mais on nous a répondu qu'il était parti pour un mois de congé sabbatique. Lorsque nous l'avons relancé, il n'a pas répondu.

En fin de compte, le rédacteur en chef a dit d'aller voir ailleurs, ce qui n'est pas si facile de nos jours, soit dit en passant, puisque les journaux semblent moins dépendre des universitaires indépendants parce qu'ils obtiennent des articles gratuitement de - oui, vous l'avez deviné - The Conversation, qui assure son propre financement privé.

Noam Chomsky a commenté l'épisode sur The Grayzone : "Alors que ces déclarations [sur les crimes passés des États-Unis] étaient très controversées à l'époque, j'ai pensé que même le courant dominant pourrait les tolérer aujourd'hui - en les transmutant en histoire ancienne, en erreurs, et ainsi de suite."

Chomsky a aussi fait ses propres expériences concernant les dirigeants qui font la pluie et le beau temps. Sa première collaboration avec Edward Herman, Counter-Revolutionary Violence : Bloodbaths in Fact & Propaganda (1973) a été publiée par Warner. Le responsable de l'exploitation des livres de la société mère de Warner détestait tellement le livre qu'il en a retiré jusqu'au dernier exemplaire, puis a fermé sa propre division d'édition. Seuls 500 exemplaires ont survécu sur les 20 000 imprimés.

Ainsi, malgré le "choc" de Chomsky face à la nature inhabituellement pointue et clairement documentée de notre expérience de publication, il a observé que "malheureusement, c'est la norme".

Un brouillon de notre article rejeté a été repris par des publications marginales et, comme on pouvait s'y attendre, a été affublé de l'étiquette orwellienne "censuré". Mais ce que The Conversation a fait n'était pas vraiment de la censure - c'était juste un autre choix éditorial standard qui s'est avéré être, comme toujours, en faveur d'intérêts politiques et commerciaux établis et prévalant sur toute autre considération.

Je ne suis pas sûr de la mesure dans laquelle The Conversation agit ainsi de manière systématique. Je sais cependant que mon collègue Stephen Harper leur a proposé un article critiquant les frappes de missiles du président Trump en 2017 contre la Syrie. Il a également été abandonné dans des circonstances vagues et, en peu de temps, un autre article est rapidement apparu, louant les frappes comme "une bonne chose".

Déformés au-delà de toute raison

Le Vietnam, le Timor oriental, le Venezuela, l'Arabie saoudite et la Libye sont les cas qui m'ont le plus frappé par leurs omissions flagrantes. Parmi les autres exemples d'omissions qui m'ont frappé, citons :

- le sort d'environ 900 insulaires expulsés sans ménagement par les États-Unis et le Royaume-Uni pour construire une base militaire à Diego Garcia (1968-73) ;

- le comité des sanctions qui a empêché l'Irak de l'ère Saddam d'importer une longue série d'articles - y compris des médicaments pour le cœur, des ours en peluche, des serviettes hygiéniques et des linceuls pour les morts - qui n'avaient aucune utilité militaire (1990-2003) ;

- et le soutien de la CIA/MI6 à une "ligne de rat" secrète de cargaisons approvisionnant les groupes d'opposition syriens - un scandale de sécurité nationale mentionné seulement six fois dans la presse britannique, parmi 150 000 articles citant la Syrie entre 2011 et 2020.

Dans d'autres cas, les médias sont obsédés par un sujet particulier en rendent compte avec si peu de contexte que sa signification est déformée au-delà de toute raison. Prenons l'exemple de l'hystérie des médias à propos de l'activité russe : dans un échantillon de données allant du 20 février au 31 mars 2017, Rachel Maddow, de MSNBC, a passé 640 minutes à parler de 15 questions liées à la Russie, et seulement 551 minutes à couvrir 43 autres sujets.

Aujourd'hui, les médias transforment encore systématiquement les rumeurs de fonctionnaires anonymes ou d'agents de la CIA en premières pages des journaux (vérifiez mes hyperliens, ils sont délirants), tandis que l'OTAN envisage de déployer davantage de troupes à la frontière de la Russie.

Mais ce qui m'intrigue le plus, ce sont les cas où les journaux télévisés inversent ou omettent complètement des informations essentielles. Le New York Times n'a jamais qualifié de despote, de dictateur ou de tyran le chef d'État camerounais Paul Biya, le plus ancien chef d'État non royal au monde. Pas un seul média grand public n'a qualifié le coup d'État bolivien de 2019 de coup d'État.

Le New York Times n'a pas utilisé l'expression "démocrate de droite" depuis plus de 30 ans - une indication subtile que, pour les médias, tous les politiciens du Parti démocrate sont de facto des représentants de la pensée de gauche.

Bien entendu, les médias ne sont pas les seuls responsables de la mauvaise représentation de la politique étrangère. Les États eux-mêmes sont particulièrement susceptibles de tromper, surtout aux moments cruciaux en temps de guerre. En 1964, c'est l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) qui a fabriqué l'incident du golfe du Tonkin, déclenchant ainsi la guerre terrestre totale des États-Unis au Viêt Nam.

En 1990, c'est la société de relations publiques Hill & Knowlton et ses clients du groupe de pression Citoyens pour un Koweït libre qui ont entraîné une enfant à mentir effrontément au Congrès en affirmant qu'elle avait vu des soldats irakiens sortir 15 bébés des couveuses de l'hôpital et les laisser "mourir sur le sol froid". En 2002-2003, ce sont les gouvernements américain et britannique qui ont manipulé et diffusé des preuves de piètre qualité sur les armes de destruction massive inexistantes de l'Irak afin de légitimer l'invasion.

Notre rédacteur original de The Conversation avait tout à fait raison : Les médias occidentaux "amplifient et rationalisent" ces "guerres et violences sanctionnées par l'État" de manière routinière. Plus précisément, même s'ils ne sont pas nécessairement à l'origine des fausses vérités ou de la désinformation, en omettant simplement des faits évidents et des vérités de base, les médias jouent leur rôle en encourageant l'ignorance endémique.

Et des millions de personnes sont mortes - des morts violentes facilement évitables causées par des individus et des institutions puissants en Occident, conséquence directe du déploiement de matériel militaire. Des millions de personnes ont été tuées et des centaines de millions de sous-munitions et de bombes ont été larguées - suffisamment pour recouvrir toutes les rues du monde de dizaines d'engins explosifs.

Tout cela sans tenir compte de l'impact de nos sanctions, ni de l'effet disproportionné de notre complexe militaro-industriel sur le changement climatique, ni des effusions de sang qui traînent silencieusement dans le sillage d'industries longtemps choyées comme le tabac et les mines.

Il est ironique que j'aie moi-même délibérément omis dans mon article tout commentaire sur certains des domaines les plus inaccessibles, les plus angoissants ou les plus controversés du journalisme de politique étrangère, qui sont bien étudiées par les universitaires et les commentateurs sérieux dans mon domaine. Je n'ai pas mentionné le black-out médiatique historique en Irlande du Nord, y compris les soupçons discrets selon lesquels les attentats à la bombe de Birmingham en 1974 et d'Omagh en 1998 ont été autorisés pour protéger l'identité des espions et des informateurs occidentaux.

Je n'ai pas non plus parlé de la faible couverture des preuves intrigantes fournies par les lanceurs d'alerte indiquant qu'une fausse attaque chimique a été mise en scène par les insurgés syriens et couverte par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Je n'ai rien dit de la façon dont les informations ignorent et méprisent tour à tour Julian Assange, l'éditeur de Wikileaks, dont l'emprisonnement kafkaïen à Londres est maintenant discrètement reconnu - bien que dépouillé des détails déchirants - comme une torture psychologique.

Je n'ai rien dit de ce que Chomsky appelle le "déclin sévère" de la couverture médiatique de l'abrogation du contrôle des armes. Je n'ai pas non plus fait de commentaire sur le traitement médiatique d'Israël-Palestine, où une nation demeure littéralement tenue en cage.

Il y a beaucoup d'informations utiles dans les médias grand public si vous regardez attentivement, mais il n'est tout simplement pas possible de faire confiance à leur approche ou à leurs interprétations de la politique étrangère. Si une guerre ouverte éclate avec l'Iran, la Chine ou la Russie, vous pouvez parier que, quelle que soit la manière dont elle commencera, la même ignorance délibérée persistera chez nos géants des médias, jusqu'à ce que les bombes à hydrogène fassent fondre leurs serveurs.

Tout le monde a sa dent contre le courant dominant. Je ne suis pas un pacifiste, mais je soutiens certainement les efforts pour résoudre des conflits. L'"équipe de la paix" est ma "tribu", vous vous attendez donc naturellement à ce que je grince des dents devant des histoires qui rejettent cette approche.

Cependant, lorsqu'il s'agit de la puissance occidentale, je pense que quelque chose de plus fondamental se fait jour que les habituels préjugés et les différences d'opinion. En effet, il est courant - même lorsqu'il s'agit des pratiques les plus vicieuses de la politique étrangère britannique et américaine - que les grands médias occidentaux occultent tout simplement les contenus critiques essentiels qui pourtant leur sautent aux yeux.

Au moment de mettre sous presse, The Grayzone a sollicité une prise de position du rédacteur en chef de The Conversation sur cet imbroglio. Il nous a expliqué que toutes les parties devaient se mettre d'accord sur tout article destiné à The Conversation et a insisté sur le fait que, "dans ce cas précis, il n'a clairement pas été possible de parvenir à un point où la publication était possible".

Il a ajouté : "J'espère que cela est utile".

 

Je remercie :

Kit Klarenberg

Alan MacLeod

Daniel Broudy

Jeffrey Klaehn

Florian Zollman

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article