Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pour redonner l'espoir à la gauche : une tribune de Laurent Brun, cheminot, syndicaliste

15 Février 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Syndicalisme en débat, #Qu'est-ce que la "gauche", #Élections

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Poggiale Avidor Berthe 19/02/2021 11:45

Réponse à Laurent Brun


Je reprend ce passage « Si nous voulons reconstruire une organisation de masse et un rapport de force plus conséquent, il faut reconstruire une véritable idéologie de la transformation sociale. Et vite. »

Et bien Cher Camarade vous avez un bâillon dans la gorge qui vous empêche de crier haut et fort, et de l’écrire clairement, que la reconstruction d’une véritable idéologie de transformation sociale ne peut passer que par la reconstruction d’un grand parti communiste de type bolchévik.

La précision de votre analyse m’amène à penser que vous avez compris que la bourgeoisie a veillé au grain et qu’elle a perverti les organisations de la classe ouvrière en assurant la domination sans partage des directions et cadres révisionnistes, opportunistes et réformistes sur le mouvement ouvrier et sur le mouvement pseudo-communiste en France et à l’international. Et s’appuyant sur une ignoble propagande à la Goebbels elle a tellement suggestionné le mental d’une majorité de prolétaires et de la population, que, finalement, le socialisme n’est même plus une hypothèse de solution aux maux du capitalisme. C’est que le mot « socialisme », tant galvaudé, dissimule dans la bouche des réformistes toutes les tares inexpugnables de l’impérialisme.

Or depuis que le PCF a abandonné la doctrine communiste pour devenir l’actuel parti révisionniste et réformiste, la classe ouvrière vit une période sombre. Le capitalisme et l’impérialisme mondial, avec le concours actif et complaisant des sociaux-démocrates, attaquent toutes les avancées sociales et démocratiques obtenues, dans le sang, à l’issue de longues luttes. L’alternative socialiste et communiste s’éloigne.

L’étude matérialiste dialectique des faits de l’Histoire démontre, sans ambiguïté les reniements de la direction du PCF d’hier( Le 18 novembre 1946 Maurice Thorez, déclare, lors d’une interview au Times, que «  le chemin pris par les bolchéviks en URSS n’est pas valable en France » Autrement dit il actait l’abandon total de la conception Marxiste-Léniniste de la révolution socialiste, et imposait l’idée que «  par avancées successives de réformes démocratiques, sociales et économiques, le capitalisme allait s’effondrer de lui même ) et d’aujourd’hui. En effet l’Euro-communisme a permis aux partis communistes européens, le PCF en tête, de prendre leurs distances avec l’URSS bolchévik après la mort de son leader charismatique Joseph Staline, de cracher sur lui ( grâce à l’infâme rapport du renégat Khrouchtchev ) et sur le système socialiste allant vers le communisme de l’URSS et de s’associer, sans vergogne, à l’intégration européenne qui a abouti à l’Europe actuelle qui n’est qu’un relai du grand capital industriel et banquier de l’oligarchie qui gère nos vies. ( cette Europe qui est un projet nazi )


Donc évidemment reconstruire un grand parti révolutionnaire, communiste et de type bolchévik cela passe par l’éviction implacable de tous les opportunistes incrustés comme des tiques au sein des diverses directions du « soi disant PCF actuel » qui se sont casés afin de ne pas pointer au chômage ; et la même éviction est nécessaire au sein de l’actuelle direction de la CGT vendue corps et bien au Médef.

In fine, tant qu’un parti révolutionnaire communiste, de type bolchévik, doté d’un programme clair, d’une stratégie et d’une tactique scientifique, fait défaut, la lutte, soit demeure à mi chemin, soit échoue. C’est ce qu’enseigne, à ce jour, notamment l’expérience du mouvement dits des gilets jaunes et des nombreuses luttes des peuples des divers continents.

Et je rappelle ce qu’écrivait Lénine dont les écrits, encore à ce jour, restent évidents « Sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire. On ne saurait trop insister sur cette idée à une époque où l'engouement pour les formes les plus étroites de l'action pratique va de pair avec la propagande à la mode de l'opportunisme. »  Que faire - 1902