Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Un patron Polonais regrette le socialisme et bat sa coulpe

25 Avril 2020 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Europe de l'Est, #Economie, #Front historique

 

Bilan du socialisme réel

 

Ce texte qui fait le bilan des trente années de transformation capitaliste en fonction d’un bilan ré-estimé du socialisme réel et, parce qu’il vient d’un capitaliste polonais toujours attaché au mythe de la petite propriété, il prend toute sa profondeur. Il mérite d’être lu car il est révélateur d’une évolution des opinions qui se développe en profondeur et touche des milieux qui ne sont pas parmi les plus défavorisés aujourd’hui ...et pourtant. 

 

Jerzy Krajewski, Directeur de l’Institut européen du Business, vice-président de la Confédération industrielle et commerciale de la Chambre de commerce polonaise.

 

(Chapeau de Bruno Drweski)

 

Evolution démographique et bilan du socialisme réel à partir de l’exemple polonais.

 

L'éclatement de l'URSS a été une mauvais chose pour la Pologne, et surtout pour les autres pays de l'ancien Comecon. La Pologne a en fait largement bénéficié du commerce qu’elle entretenait avec l'URSS. Elle achetait du pétrole, du gaz et des minerais métalliques à bas prix, et vendait des navires, des machines-outils, des cosmétiques, des meubles, etc. Sur le plan économique, l'URSS était de fait une colonie polonaise, et la Pologne était pour elle une métropole. 

 

J'ai souvent réconforté mes lecteurs en leur disant que la Pologne n'allait pas mal, qu'elle a connu de nombreux succès économiques au cours des 30 dernières années, que les Polonais vivent le meilleur moment de leur histoire, que nous avons une démocratie parlementaire et des médias libres. Cependant, la crise du Covid 19 a montré à quel point tout cela était fragile, superficiel et infantile.

 

La République populaire de Pologne (RPP) était un pays sérieux dont la société était préparée à la guerre nucléaire, elle était formée dès les écoles primaires à la manière de faire face à la menace. Les jeunes hommes étaient obligés d'effectuer leur service militaire. La RPP disposait de structures toujours préparées à faire face à la menace. Grâce à la coopération au sein du Conseil d'assistance économique mutuelle (COMECON), l'économie s'est développée de manière très dynamique. Le pays était largement autosuffisant. Elle produisait des médicaments dans ses propres usines et ne dépendait pas de l'approvisionnement étranger.

 

L'étendue de la liberté en République populaire de Pologne était beaucoup plus grande qu'elle ne l’est aujourd'hui.

 

Le plus grand nombre de personnes libres vivant de leurs propres entreprises et fermes se trouvait en Pologne dans les années 1945-1947, quand il y avait un million de magasins privés, de boulangeries, de boucheries, de moulins, de forges, de banques coopératives, ...et des millions de fermes privées. Après la bataille pour le commerce menée par les communistes en 1947, au cours de laquelle la propriété privée a été nationalisée ou transformée en coopératives, il y a eu beaucoup moins de magasins privés. Cependant, tout le commerce en Pologne appartenait encore à des entités polonaises. L'effondrement de l'URSS a conduit au fait qu'aujourd'hui le commerce polonais est dominé par des capitaux étrangers. Des milliers de petits magasins s'effondrent. Il y a de moins en moins de personnes libres en Pologne. Le capital étranger domine également l'industrie. La pensée technique et la recherche et le développement polonais se sont effondrées.

 

Le démantèlement de l'URSS a provoqué un désastre démographique dans tous les pays de l'ancien Comecon. En Pologne, l'un des plus grands pays. La nation polonaise vivant en Pologne est en train de s'éteindre par la baisse de la natalité et l’émigration massive, alors que le nombre de Polonais en Pologne a augmenté pendant toute la durée de l'alliance entre la Pologne et l'URSS.

 

Mais nous devrions pleurer pour l'URSS. Je la pleure. J'ai expliqué pourquoi je la pleure. Je suis désolé pour la Pologne et pour la nation polonaise.

 

Pour évaluer l'État et son économie dans le passé, j'utilise des données statistiques telles que la production industrielle, le niveau du revenu disponible selon la parité de pouvoir d'achat par habitant, le niveau de chômage, le nombre de naissances et de décès, l'espérance de vie, le nombre de suicides, le niveau d'éducation, la valeur des exportations, la part des capitaux étrangers dans l'industrie, le commerce et les banques, le niveau de dette extérieure de l'État, des entreprises et des banques.

 

Il est crucial pour la nation polonaise de savoir si sa taille augmente ou diminue. Dans la République populaire de Pologne, elle se développait. Actuellement, le nombre de Polonais en Pologne est en baisse, nous sommes en train de disparaître. C'est un grand avantage de la République populaire de Pologne par rapport à l'actuelle.

 

Le niveau de dette extérieure de l'État polonais, des entreprises et des banques dans la RPP était beaucoup plus faible qu'à l'heure actuelle. Elle a augmenté à la fin des années 1970 parce que la FED avait alors considérablement augmenté ses taux d'intérêt. Les années 1980 ont été difficiles, mais depuis le milieu des années 1980, l'économie polonaise s’est portée de mieux en mieux. Je crois que si les politiciens soviétiques avaient maintenu l'URSS et Comecon jusqu'à présent, la situation démographique et économique des pays du Comecon, y compris de la Pologne, aurait été meilleure qu'aujourd'hui. C'était une grande zone économique, une grande communauté économique, qui parce qu’elle était protégée par des droits de douane, était capable de rivaliser avec l'Occident, tout comme l'économie chinoise à l’heure actuelle.

 

Aujourd'hui, les entreprises occidentales qui ont investi d'énormes sommes d'argent dans les anciens pays du Comecon, les drainent impitoyablement. L'exemple le plus effronté de pillage des sociétés de nombreux pays postcommunistes est celui des fonds de pension communes, créées à la fin du XXe siècle sur ordre des institutions financières occidentales, dans le seul but de permettre aux capitaux occidentaux de toucher des commissions pour la gestion des fonds de pension à capital variable.

 

Actuellement, le gouvernement de Droit et Justice est en train d'introduire un mécanisme similaire de pillage avec l'aide des plans de capitalisation des employés. Depuis mars 2020, nous avons vu l'économie polonaise et les entreprises polonaises être écrasées par le gouvernement polonais sous prétexte de lutter contre Covid 19.

 

En 2020, si nous avions poursuivi dans la dynamique du système précédent, il y aurait 60 millions de femmes et d'hommes vivrant en Pologne, nous aurions nos propres usines de voitures et d'ordinateurs, le commerce et les banques seraient aux mains des Polonais.

 

Comparativement, le rationnement introduit pour le sucre en Pologne en 1976 n’a que peu d’importance, d’autant plus que le sucre est nocif pour la santé et qu’il était donc rationnel d'en limiter la consommation.

 

La question clé, cependant, est de savoir s'il était erroné que l'URSS et le COMECON se séparent. Je suis moi-même surpris de trouver autant d'arguments pour justifier le fait que l'URSS et le COMECON avaient de nombreux avantages. Il y avait quelque chose dans leur culture qui a poussé à l’augmentation du nombre d'habitants de l'URSS et du Comecon, malgré un niveau de vie relativement élevé (sûrement plus élevé qu'en Afrique). Qu'est-ce qui créait cette vitalité ? Je ne sais pas. L'absence de chômage et une idéologie qui donnait de l'espoir dans l'avenir, la foi dans le progrès et la justesse des principes adotpés ont peut-être joué un rôle important. Peut-être y a-t-il des études sociologiques qui pourraient l'expliquer.

 

Les pays de l'URSS et du Comecon n'ont pas connu non plus de consumérisme sans limites, et c'est pourquoi ils ont été moins nocifs pour notre planète. Les gens ne gaspillaient pas la nourriture, ils avaient moins de vêtements, ils avaient des meubles qu'ils rénovaient, qu'ils ne jetaient pas. Ils avaient moins de voitures, ils utilisaient plus souvent les transports publics. L'économie de la rareté était donc plus écologique que l'économie de marché avec des produits excédentaires. Cependant, cette économie de la rareté a continué à pousser au développement l’URSS et d'autres pays du Comecon, la plus rapidement en Bulgarie. C'est ce dernier pays qui me fait regretter les choses le plus fortement. C'est le pays qui se dépeuple le plus rapidement depuis l'effondrement du Comecon. Des gens sympathiques y vivent. J'ai rencontré des femmes bulgares formidables dans un camp d'étudiants près de Plovdiv en 1985.

 

Nous ne vérifierons plus jamais à quoi auraient pu ressembler en 2020 la Pologne et le Comecon, si les politiciens de Moscou n'avaient pas décidé de démanteler le Comecon et le Pacte de Varsovie au milieu des années 1980, pour unifier l'Allemagne.

 

Cependant, je pense qu'il n'est pas évident que si le Parti communiste de l'Union soviétique et le PZPR en Pologne avaient continué à gouverner, ce serait bien pire. Peut-être serait-il préférable qu'en Pologne vivent 60 millions de Polonais, que nous ayons nos propres usines de voitures et d'ordinateurs, et que le commerce et les banques soient aux mains des Polonais.

 

Ces pensées sont nées dans ma tête plus tôt. Je les ai exprimées lors d'une discussion avec Stanisław Lewicki. Ce sont des pensées surprenantes. Je me sens maintenant comme en 1988, lorsque j'ai écrit que la Pologne devrait revenir à l'économie de marché et à la démocratie parlementaire. En 2020, il s'est avéré que l'économie de marché comporte de nombreux risques et que la démocratie parlementaire conduit à de mauvaises décisions parce qu'elle manque de perspectives à long terme, qu'elle fonctionne d'élection en élection.

 

Cependant, il n'y aura pas de retour à l’URSS et au Comecon. Nous nageons dans des eaux inconnues.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article